Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

L'écriture ?

Par Anthony G. R. Caillet

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 30 janvier 2018 à 14h48

Dernière modification : 30 janvier 2018 à 17h04

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

L’écriture ?

J’allais écrire un nouveau chapitre de « Devenir auteur », mon premier texte sur Atramenta. Je ne savais pas quel bout prendre.
L’édition de mon recueil de poèmes, ma tendance à l’argumentation ab débilitam, ma production littéraire qui tend à faire nawak ? J’en savais rien. Alors, je voulais tout dire.
2017, pendant l’été, apparition des Vagabondages poétiques. Une trique de porc pour celui qui haïssait le lyrisme à la con, aux phrases mesurées et à la ponctuaction chétive, mais c’est pas avec ça que je paierai le pain du mois. Bah, tant qu’on a la trique, autant s’en branler. Le succès ne devrait pas se compter en arbres coupés, en pages vendues ou en nombre d’étoiles sur les critiques littos du Parisien. Bref, c’est cool.

Mon argumentation, on s’en tape un peu. Juste que, peut-être, si quelque chose paraît trop con pour être sérieux, c’est sans doute que j’essaie de laisser une idée. Assez amusant.

Quant à ma production… Il y a quelques années, j’écrivais sans cesse. Toujours un truc à la main, avec une idée en tête. J’ai publié, quand j’en ai eu l’occasion, rarement tout, mais assez pour dire « Oh, oh ! Je suis là ! Non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! » (surtout quand il s’agit de faire renifler Guy Tars).
J’ai eu des périodes vides, longues, et d’autres fastes, à la durée aléatoire. Je bourrinais, bourrinais, parfois un texte par jour, voire plus.
Là, c’est ni l’une, ni l’autre. Je bafouille un texte de temps en temps. Je ne manque pas d’idée, pourtant. Un peu de temps, par instant, mais non plus d’envie.
Mais… je ne sais pas, rien, pratiquement rien. Comme si j’avais perdu la flamme des premiers jours.

Et puis, il y a quelques jours, je lisais l’étrange histoire de Benjamin Button, et je me suis rappelé qu’ils en avaient fait un film, avec Brady Pittou. Ils manquaient d’idées ? Ou lui de fric ? I didn’t know.
Dans la nuit, je me suis mis à rêver de la réal’ de Trevor Payre. Ce connard en 4K… Pourquoi ? Non pas pour rêver de gloire, de coke et de putes, mais pour déconner un moment avec cette histoire. Z’imaginez ? Rien que le matos de Trev’ boufferait le budget !

Alors, je me suis réveillé. Milieu de matinée, j’étais à Charleville, près de la gare. J’étais en train d’y repenser, quand j’ai vu une manif’ de la CGT, quelques drapeaux, un truc à bruit comme on en entend dans les stades, rien de bien violent. Seulement, c’était des infirmières.
On en voit souvent, de plus en plus, même. Sous-payées, blindées d’heures sup’, en sous-effectif… L’état ne manque apparemment pas d’idées pour les emmerder. Ils s’en foutent, ils vont dans une clinique parigot six étoiles pour se faire soigner un rhume avec leur escorte.
Sauf que là, vite fait, j’ai vu : « Du temps pour les résidents ».

Vous vous rendez compte ? Des infirmières, obligées de manifester, pour avoir le temps de s’occuper des malades.

Hey, les connards, le travail à la chaîne existe encore sûrement, pas pour très longtemps certes, ouais, mais le Taylorisme, c’est fini ! Même Stakhanov a triché.
Les blouses, ce sont sans doute toutes des lumières, mais ce ne sont pas des flèches, des flashs, des machines à coucher-lever-laver-habiller. Trois minutes trente, c’est moins que le temps de bander sur le mauvais film de boules auquel je pense.

Il faut arrêter. L’état d’urgence devrait être aussi dans vos réflexions courantes, mesdames et messieurs les tout-gagne-pognon. L’état de l’État est déplorable, c’est une urgence… Faut-il qu’on écrive pour qu’un moins-débile-que-les-autres le comprenne ?

C’est là que j’ai compris que mon écriture relevait souvent d’une nécessité.

Couverture
Couverture de "L'écriture ?"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 7 aiment
Fond : 4.5 coeurs sur 5
Très bon : 1 lecteur
À lire absolument ! : 1 lecteur
Forme : 4 plumes sur 5
Fluide, agréable, sans fautes... : 2 lecteurs
Table des matières
  1. L’écriture ?
Que pensez vous de cette oeuvre ?