Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

La nuit l'ombre est reine

Par Thomas Nouhaud

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 27 décembre 2017 à 16h03

Dernière modification : 3 janvier 2018 à 16h00

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Chapitre 4

Roussel monta voir directement le lieutenant Audrey Galin après le départ de son collègue. La jeune femme à la petite quarantaine, mais en paraît dix de moins. Cela fait dix-huit ans qu’elle travaille dans la maison. Elle a gravi tous les échelons un à un. Ce qui lui a valu d’être respectée de tous. Bien souvent les enquêtes qui arrivaient sur son bureau se terminaient par la résolution de celle-ci et l’arrestation du criminel. Mais l’affaire de la jeune femme faisait partie des autres. Son supérieur était étonné qu’elle n’ait pas encore résolu ce crime sordide. Et il savait que ça faisait tâche dans le bilan du poste.

— Affaire Deslauriers, qu’est-ce que tu as sur Franck Artois ?

Roussel fidèle à ses habitudes ne s’encombra pas des politesses. Tout le monde le savait à l’Hôtel de police, ça ne dérangeait plus.

— On l’a suspecté pour le meurtre. Son ADN était sur la victime. Il a été interrogé évidemment. Il a fourni un alibi pour le moment du meurtre. Il disait être sur la route toute la nuit et qu’il s’était arrêté à une station service à soixantaine de kilomètres de Bordeaux, aux environs de l’heure du crime.

— Et votre vérification ?

— On sait que la victime est partie de chez son amie à 3h30 précises et a été découverte à 4 h par les éboueurs de la ville qui faisaient leur tournée. Artois était à 3h50 à une station service d’Arcachon, la caméra l’a filmé. Donc ça ne peut pas être lui. Il n’avait pas le temps en 20 minutes de se rendre de Bordeaux à Arcachon. Il aurait dû rouler à près de 200 km/h. Les radars ne l’ont pas flashé, et on a eu aucun signalement d’une conduite à très grande vitesse. Ce jour-là les collègues étaient en poste pour une opération sur l’autoroute menant à Arcachon, ils l’auraient vu.

— Je vois et son ADN retrouvé sur la victime, quelle était son explication ?

— On a vérifié s’il avait une liaison avec la victime. On a rien trouvé sur ça. On a conclu à une coïncidence. On sait qu’Artois et la victime prenaient la même ligne de tram pour aller au travail. Tu sais bien qu’à l’heure de pointe c’est très courant de rentrer en contact avec quelqu’un, tu es plus à l’étroit que des sardines dans leur boite.

— Et la vidéosurveillance, elle a été vérifiée par le labo j’imagine.

— Tout juste, répondit Galin.

— Je te tiens au courant de notre enquête sur notre client, termina Roussel.

Même Houdini ne pouvait être à deux endroits en même temps, Artois semblait bel et bien innocent pour ce meurtre.

Chapitre suivant : Chapitre 5

Couverture
Couverture de "La nuit l'ombre est reine"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 1 lecteur aime
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. Chapitre 1
  2. Chapitre 2
  3. Chapitre 3
  4. Chapitre 4
  5. Chapitre 5
  6. Chapitre 6
  7. Chapitre 7
  8. Chapitre 8
  9. Chapitre 9
  10. Chapitre 10
  11. Chapitre 11
  12. Chapitre 12
  13. Chapitre 13
  14. Chapitre 14
  15. Chapitre 15
  16. Chapitre 16
  17. Chapitre 17
  18. Chapitre 18
  19. Chapitre 19
  20. Chapitre 20
Que pensez vous de cette oeuvre ?