Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Quelques nouvelles du NET

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 1 avril 2011 à 0h00

Dernière modification : 16 octobre 2013 à 1h07

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Mégalo Maniaque


 
Une sorte de profession de foi pour inciter à écrire, s'affirmer, défendre ses idées, faire vivre le Net...


 
En réponse à mes allégations suivantes sur un Forum de discussion

     «…Enfin, je préfère être lu par 1000 gratuitement que 1 payant.

    
Car dans cent ans, on ne regardera pas combien j'ai gagné, mais comment j'aurai réussi à faire passer mes idées.

    (Sur le Net, Fred Le Borgne incitait les internautes à se libérer des contingences matérielle et à bâtir une société enfin utopique car selon lui, le progrès bien géré pouvait le permettre. Pour cela, il fallait condamner le profit et renverser les politiques incapables pour les remplacer par des citoyens responsables devant leurs administrés... Sa pensée inspira le mouvement borgniste de la fin du 21 siècle en Europe : extrait du cours d'histoire de terminale en 2127).

    "Le mal, c'est bien connu, c'est pas bien"

    Devise de Fred Le Borgne empruntée à la chanson "télécharger, c'est illégal"

    
Expliquez cette devise, et par des exemples pris dans l’œuvre de Fred le Borgne, justifiez le choix de celle-ci comme préambule à tous ses écrits.

    (Épreuve de philosophie du BAC Scientifique, région Aquitaine, année 2128)

    "Depuis que j'ai lu la "Guerre contre les Majors", de Fred Le Borgne, je me suis mise à l'accordéon et me suis fait teindre en rousse. Les personnages féminins de ce livre m'ont donné confiance en moi..."

    Anonyme féminin dans "Elle et Lui"

    
Parce que vois-tu ?????, si on n'a pas des rêves comme ceux-là, ce n'est pas la peine d'écrire selon moi.»

    Je me suis fait traité de mégalo.

    

    Alors j’ai répondu



    "Dernière nouvelle. Cette fois, c’est officiel. Fred Le Borgne est un cyclope hydrocéphale qui a les chevilles qui enflent.

    Mégalo ? Tu m’as traité de mégalo donc ! Gare au mordant…

    Pour avoir parlé de Borgnisme étudié en classe au siècle prochain, parce que ma « devise » serait un sujet de philosophie au Bac, parce qu’une lectrice aurait trouvé une raison de se sentir mieux au contact de mes personnages…

    Mégalo, alors que je nageais apparemment dans l’auto-dérision…

    Mégalo, ce n’est pas selon moi, le bon terme, quand je parle de rêve, mais que je ne me fais pas d’illusions, d’où l’utilisation du ridicule.

    Mais si tu as senti tout le sérieux de ma démarche, c’est parce que la volonté de « servir » l’Histoire, d’élever l’Homme et d’apporter une expérience au lecteur est réellement le but de toute création littéraire, et pas seulement le mien.

    Même la poésie, articulée sur la musicalité, doit être empreinte de signification. Un texte qui doit expliquer ou décrire doit être clair pour réussir. Et sa musicalité doit être douce car ce qui est clair doit s’énoncer aisément. La prose peut sembler plus « simple » que la poésie, mais en fait, entre un bon et un mauvais auteur, c’est aussi une question d’équilibre et de sonorité. Un bon texte doit pouvoir être lu sans que l’orateur ne s’essouffle. Enfin, il faut que l’auditeur-lecteur puisse gérer le rythme de sa pensée sur celui du texte.

    Sinon, la lecture intérieure est « brisée » dans son élan par les saccades de la médiocrité et l'esprit renâcle à la compréhension et à la mémorisation..

    Et jusqu’à maintenant, je n’ai parlé que de la forme.

    Le contenu, quant à lui, doit répondre à l’attente du lecteur, et donc être conforme au genre du texte. Une démonstration se doit d’être rigoureuse et exacte. Les phrases doivent être au plus près de l’action dans un roman. Une réflexion doit mettre le lecteur en phase entre le contenu et son analyse. C’est là où l’artiste, à la différence du tâcheron, entre en action. L’artiste est là pour que l’œuvre qu’il crée soit complète. Le tâcheron se fixe un but, des objectifs et s’estime satisfait en fonction du respect de son «cahier des charges».

    Alors, moi, pour l’instant, je ne suis pas un écrivain professionnel, je ne suis pas un artiste patenté, mais chaque fois que je m’approche de mon clavier, j’y crois, même s'il faut, qu'on doit et que c'est dur de gérer ce genre de répétitions.

    Mon but, comme tout artiste, c’est de changer la boue en or. Mes ambitions, comme tout honnête homme, c’est de m’élever et d’élever avec moi mes contemporains. Mon désir, comme tout être vivant, c’est de me perpétrer.

    Pour certains, se perpétrer, c’est avoir des enfants. Pour moi, c’est avoir des disciples pour que les meilleures de mes idées puissent prolonger ma présence, donc mon existence.

    Cela pourrait paraître présomptueux, mais lorsque sur le plan de la pensée j’ouvre la voie, je m’attends à ce qu’après moi, celui qui m’a suivi passe en tête.

    Et pour bien des voies empruntées, je passe encore derrière quelqu’un. Dans la recherche scientifique, comme dans la poursuite de l’évolution, le parcours déjà effectué s’allonge, alors qu’on entrevoit des horizons toujours plus lointains.

    Mais il est du devoir de chacun, tel la fourmi, d’ouvrir la voie ou de l’élargir pour les suivants, en fonction de ses capacités bien entendu. À un moment, dans une voie, je serai peut-être celui qui fera la course en tête, mais cette course n’a pas de fin, et je serai de toute façon un jour ou l’autre dépassé. C’est une réalité pour moi, comme pour tous.

    J’aurai une chance de faire la course en tête un moment, si je travaille et si je suis exigeant. Alors, les contingences matérielles peuvent être réglées au minimum. Tant que je suis à cent pour cent pour mon travail artistique. Je n’ai pas à en faire la moitié pour avoir le loisir de trouver à le vendre au meilleur prix. En plus, le résultat obtenu doit, c’est sa vocation quand il est de qualité, profiter aux autres.

    Des tâcherons plutôt médiocres bloquent aujourd’hui les outils de diffusion artistique. Leur point faible, c’est l’argent. Avec leurs références très basses, ils pervertissent la jeunesse qui ne parvient plus à assimiler, dans sa majeure partie, ce qui était une vraie culture, par manque de moyens intellectuels correctement développés dans le système éducatif. Ce fossé culturel qui se creuse avantage les élites et repousse les classes plus défavorisées vers la précarité et l’exploitation.

    À mon « petit » niveau, je me suis donné pour mission de donner envie aux gens volontaires pour me lire de sortir de l’ornière.

    Si une seule personne, après avoir lu un de mes textes, se découvre une envie d’être meilleure, d’en savoir plus, d’aider les autres à s’en tirer aussi, alors je ne regretterai aucun de mes efforts.

    Je vivrai alors aussi longtemps que peut vivre une société qui a pour but l’épanouissement intellectuel de tous et la lutte contre la décadence et l’adversité.

    Le Net est un outil merveilleux. À la différence d’un livre qui ne peut être ouvert que par quelques-uns, s'il n’est pas recouvert par d’autres, un site internet est une fenêtre ouverte à tous. Grâce à la recherche de mots clés, et avec le temps, si ce que j’écris parvient à intéresser, de plus en plus de gens me diffuseront, de plus en plus y accéderont.

    Bien sûr, je n’ai pas la prétention d’être un gourou. Mais une personne qui suit mon raisonnement sur un sujet abordé construit le sien, d’abord par acceptation ou par refus de mes propos, ensuite par sa synthèse personnelle. En tant que fil conducteur, j’ai accéléré sa phase de réflexion-création sur le sujet qu’il souhaitait acquérir. Un jeune arrivera donc plus tôt à un point donné, ou sera allé plus loin que moi dans une même période. Et quand il parviendra à la frontière, il sera mieux armé que tous ses prédécesseurs pour la faire reculer. L’évolution est une œuvre collective.

    Pour en finir avec MOI, j’ai donc décidé de noircir les pages des forums, de donner mes points de vue et de créer des petites œuvres récréatives à contenu pédagogique.

    Si l’ensemble de mon œuvre ne doit pas être reconnu, par sa modestie ou par son insignifiance, si mes maigres propos doivent être noyés sous la multitude et la qualité du travail des autres, j’espère au moins que mon apport intellectuel global permettra à une personne d’aller plus loin qu’elle n’aurait été sans. J’espère qu’ensuite le travail de cette personne facilite l’évolution d’une autre et qu’enfin, à un moment donné, le gain (en chemin parcouru, en progrès culturel, en richesse intellectuelle) soit conséquent.

    Ambitieux programme certes, mais pas si mégalo, car à la portée de toute personne qui veut s’en donner la peine, pour lui, pour les autres, pour les suivants…C’est juste un credo personnel qui motive une action citoyenne.

    Revenons-en à ma dernière conclusion : « L’évolution est une œuvre collective ».

    À ce titre, toute création dépasse son créateur qui a bénéficié de l’acquis de ses prédécesseurs autant que de ses contemporains. Il doit donc être rétribué pour ses efforts, récompensé et honoré pour la qualité réalisée mais il ne peut se prévaloir d’un quelconque droit de propriété qui limiterait la liberté d’utiliser le nouvel acquis dans la recherche des suivants, et chaque dissimulation de résultat scientifique, de procédé technique devrait être considéré comme criminel. L’appât du gain, à ne pas confondre avec le souci de rentabilité, est le moteur des médiocres. La propriété intellectuelle telle qu’elle est pratiquée est un vol. Le blocage sur les produits culturels (les vrais) une injure.

    Je mets toujours un beau texte, une musique ou un résultat scientifique sur le même plan.

    En effet, ce n’est pas pour rien qu’ils tombent sous la notion de propriété intellectuelle. Ils sont chacun facteur de progrès spirituel pour celui qui y accède et d’avantage certain pour celui qui le confisque à son propre usage.

    Pour parler ensuite des imposteurs, qui saturent et pervertissent volontairement les esprits avec des idées courtes, des « distractions basses moralement » et des interruptions intempestives (Publicité, téléphone…) dans la poursuite d’un raisonnement constructif, je dirais «Criminels». Pour parler de ceux qui nous manipulent volontairement à seule fin de s’enrichir ou de prendre le pouvoir, je dirais « traîtres ». Enfin, à ceux qui confondent réussite et qualité avec admiration et argent, je dirais «minables ».

    Alors, comme je risque d'être fâché avec beaucoup de monde, je rappelle qu’il ne tient qu’à soi de vouloir repartir sur des bases saines, de désirer s’améliorer, de s’investir comme d’investir en soi et de ne pas avoir peur de « respirer trop fort » (Emprunt à Elsa, dans un très bel article sur e- Torpedo).

    J’ai donc un peu saisi par les cheveux cette opportunité de dire qu’écrire peut être un acte d’engagement, que c’est un travail difficile sur la forme et le fond, et que malheureusement, quand on forume un peu vite, on peut avoir mal traduit sa pensée. Néanmoins, si on ne se persuade pas que ce qu’on fait est utile (même si c'est peu efficace, une goutte d'eau là où il faudrait un océan), et bien, on le fait mal ou on ne le fait plus.

    De plus, la part de « rêve » fait partie du charme de la création.

    N’oubliez pas que dans ma dernière nouvelle sur ce sujet, j’ai quand même fait péter la planète, avant de confier la reconstruction du « jardin d’Éden» à une Intelligence Artificielle. Alors après ça, on se sent plus fort.

    Mais écrire n’est pas réservé aux intellectuels. À force d’argumenter, d’affirmer son opinion en la justifiant par des faits ou des synthèses d’expérience, ou parce que c’est ainsi qu’on voit les choses, on s’améliore.

    Sur un forum, on peut faire l ‘« artiste » par un bon mot seulement de temps en temps. Alors, n’hésitez pas à dire ce que vous avez dans le ventre, même avec quelques fautes d’orthographe. Il faut dire que les lettres ont tendance à se mélanger parfois sur un clavier… surtout vers deux heures du matin.

    Mégalo ?

    

Chapitre suivant : Fil noir

Couverture
Couverture de "Quelques nouvelles du NET"
Etat
Cette oeuvre est déclarée complète, relue et corrigée par son auteur.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 4 aiment
Fond : 4 coeurs sur 5
Très bon : 2 lecteurs
Forme : 4 plumes sur 5
Fluide, agréable, sans fautes... : 2 lecteurs
Table des matières
  1. Préface
  2. Ad Vitam et Æternam
  3. Drapeau Noir
  4. Le forum Maléfique
  5. Nuit d'angoisse
  6. Fibre artistique
  7. Masques et Mascarades
  8. Virtuellement sien
  9. Sentimental Blog
  10. Résopolis
  11. Jackpot
  12. L'ascète prophète du Net
  13. Paris au mois d' Août
  14. Inspiration
  15. Le Sujet délire (pas très Net)
  16. Nipponne
  17. Survivre sur le Net
  18. Mégalo Maniaque
  19. Fil noir
  20. Grand Foutoir
Que pensez vous de cette oeuvre ?