Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Brèves Philosophiques

Par Dominique Capo

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 10 avril 2016 à 20h09

Dernière modification : 9 septembre 2017 à 16h43

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Et demain…

L’être humain est la créature la plus complexe et la plus paradoxale que je connaisse. Elle aime autant qu’elle peut haïr. Elle peut être à la fois heureuse et malheureuse, pleine d’espoir et de désespoir. Elle est capable d’avoir autant de forces que de faiblesses, de sagesse que d’illusion. Elle s’accroche autant à son passé qu’elle à foi en son avenir. Elle est l’otage de ses traditions, de sa religion, de son espérance en quelque chose de plus grand qu’elle. Mais, parallèlement, elle se dote de technologies qui la dépassent, qui l’asservissent, qui l’abrutissent. Elle a aussi un désir irrépressible de liberté, d’indépendance, une envie de se dépasser et d’affronter l’inconnu pour voir ce qu’il y a au-delà. Or, elle a un besoin indéfectible de se sentir protégée, guidée, elle est effrayée par ce qu’elle ne comprend pas ou par celui qui est différent.

Ce sont ces contradictions qui font autant sa richesse que son infortune. Car, quel que soit le domaine concerné, depuis l’Aube de la Civilisation, elle est l’auteur de merveilles les plus incroyables, mais elle aussi la responsable des horreurs les plus inconcevables. Elle est capable de miséricordes et de bienveillances, comme de massacres de masse et d’intolérances.

Je ne suis ni meilleur ni plus mauvais qu’un autre. J’ai mes blessures et mes consistances. J’ai vécu des moments cauchemardesques ou exaltants. J’ai aimé autant que j’ai détesté.

Pourtant, au cours de toutes ces années, s’il y a une chose que j’ai retenue, c’est que l’Homme est capable de briser ses chaînes. Il n’est pas condamné à l’avance. Son intelligence, sa sagesse, son imagination, sont susceptibles de modifier ce en quoi il croit, de bouleverser des vérités qui lui semblaient absolues jusque-là. Il est capable d’affronter les pires tourments, de renverser les absolutismes, les dictatures les plus sévères, au nom d’un idéal qui le transcende. Ni les religions, ni les certitudes, ni les desseins, proclamés par quelques uns au nom de privilèges dont ils sont les seuls bénéficiaires, n’ont entravés sa marche en avant. Des temps les plus reculés – où l’être humain se cachait dans des grottes et était confronté aux rigueurs d’un univers démesuré – à la fin de l’Ère néocapitaliste et hyper-médiatique à laquelle nous sommes enchaînés, maintes civilisations se sont succédés. Toutes se sont effondrées, toutes ont disparues, et ne sont plus, aujourd’hui, que de lointains souvenirs dont nous nous remémorons parfois l’existence dans nos livres d’Histoire. Nombre de religions sont né, ont grandi, ont dominé, puis, finalement, se sont affaissé. Avant d’être remplacé par de nouveaux dogmes et de nouvelles croyances. Quoiqu’on en dise, quoiqu’on en pense, qu’on le veuille, qu’on l’accepte, ou pas, c’est dans la nature de l’Homme d’évoluer.

De « Lucy » à « Adriana Karembeu », l’être humain n’a fait qu’évoluer. Il est apparu il y a près de trois millions d’années maintenant. Une goutte d’eau au sein du parcours de notre planète de sa naissance – il y a 4,5 milliards d’années – à son anéantissement – d’ici quelques autres milliards d’années. Je ne sais pas si celui-ci est destiné à atteindre cet Age avancé. Personnellement, je ne le crois pas. Certes, il a encore des millénaires, voire des millions d’années, d’existence devant lui. Et malgré les bouleversements climatiques qui se multiplient, et vont, d’ici quelques décennies ou quelques siècles, modifier considérablement l’ensemble de notre écosystème, ce ne sera pas le premier auquel il sera confronté. Le précédent n’est pas si loin. Il a eu lieu il y a environ 12 000 ans, avec la fin du dernier Age Glaciaire. De fait, il s’adaptera à son nouvel environnement. Ce sera dur, éprouvant, source de tensions diverses et variées, de déplacements de populations. Il en a toujours été ainsi. C’est inévitable, inéluctable.

Ce qui l’est moins, par contre, c’est qu’envers et contre tout, l’être humain, va poursuivre son évolution. C’est que, malgré ses paradoxes, malgré les contradictions auxquels il attache tant de valeur, il ne vit actuellement qu’une minuscule étape de sa destinée. Et tout ce qui lui paraît si important, si vital, pour son bien être ou pour sa suprématie, va, un jour ou l’autre – et probablement plus tôt que tard – être balayé par les sociétés humaines en devenir. Rien n’est figé, il ne faut jamais l’oublier. Et ce qui était hier, n’est plus aujourd’hui, et ne sera certainement plus demain. Sinon, nous serions encore dans des grottes comme nos lointains ancêtres de la Préhistoire. Et d’ailleurs, quand on y regarde de plus près, il y une évidence qui saute immédiatement aux yeux : plus l’homme évolue, plus l’homme se détache de son animalité, de son instinct primitif auquel il a, depuis toujours, été soumis. Je sais ce que certains vont me rétorquer : « Ce n’est pas ce que nous constatons chaque jour, avec les guerres, la pollution, la violence, etc. ». C’est vrai… du moins en apparence. Mais, imperceptiblement, siècle après siècle, millénaire après millénaire, ce qui était acceptable, tolérable, normal même, se dissout.

Le meilleur exemple est celui de l’esclavage. L’esclavage existe depuis l’Antiquité. Certes, il est toujours présent sous des formes diverses et variées dans certaines parties du monde. Mais, malgré l’hypocrisie, malgré les résistances, malgré les habitudes si fermement ancrées dans plusieurs contrées de notre planète, il a tendance à disparaître.

Toutefois, il faudra encore des centaines ou des milliers d’années avant que nos instincts les plus primitifs s’atténuent définitivement. Il lui faudra affronter bien des soubresauts et des cataclysmes – qu’ils soient naturels ou de son fait. Et d’ici là, je gage que notre civilisation aura laissé place à la suivante. Je gage aussi que notre biotope aura connu des altérations sans commune mesure avec celles que nous affrontons en ce début de 21ème siècle. Je gage encore l’Homme de demain sera différent de celui d’aujourd’hui. Qu’il sera connecté, modifiable à l’envi, existant à la fois au sein de cette Réalité, comme au sein de milliers de Réalités alternatives. Qu’il aura laissé derrière lui les vieilles superstitions qui l’affaiblissent. Qu’il se sera confronté à l’ultime frontière qu’il n’a pas encore réussi à dépasser : notre Système Solaire. Et qu’ainsi, il se rendra compte que, non seulement, il n’est pas la seule espèce intelligente qui y règne ; mais, de plus, qu’il n’est pas la plus intelligente puisque d’autres auront évolué différemment et progressé bien plus que lui.

Ce n’est qu’alors, comme toute espèce dominante qui a habitée notre monde, que l’être humain s’éteindra à la suite d’un événement majeur. Comme cela a été le cas pour la précédente espèce dominante qu’a été l’espèce des dinosaures. Peut-être demain, peut-être dans un siècle, peut-être dans un millénaire, dans un million ou dans un milliard d’années. Nul ne le sait ; et encore moins moi que quiconque. La seule certitude que j’ai, c’est que toutes ces querelles intestines à notre espèce – qu’elles soient religieuses, politiques, financières, stratégiques, etc. - sont inutiles et ridicules. Et que, malgré ses paradoxes et ses contradictions, ses forces et ses faiblesses, ses richesses et ses mesquineries, elles n’empêcheront pas l’être humain de poursuivre son évolution.

Couverture
Couverture de "Brèves Philosophiques"
Etat
Cette oeuvre est déclarée complète, relue et corrigée par son auteur.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. Ultime avertissement
  2. Amer constat
  3. Non, Dieu n’a pas voulu cela
  4. La Croisée des Chemins
  5. Dieu, quelle hypocrisie
  6. Mille ans
  7. La Théorie des Races
  8. Société Moribonde
  9. Ignorance, combien d’innocents ai-je assassiné en ton nom
  10. Religion, que n’ai-je pas imposé en ton nom
  11. L’Occident et ses contradictions
  12. Une autre Humanité
  13. Si Dieu existe
  14. Qu’est-ce-que la Vérité
  15. Migrants, tout ce que nous leur devons
  16. L’indifférence
  17. Et demain…
  18. Les dessous d’une migration de masse
  19. De l’eau sur Mars
  20. Crédule Humanité
  21. Pauvre Père
  22. Croire
  23. " Ma liberté de penser "
  24. Le diktat de la mode
  25. Internet, Facebook et propagande
  26. Les paradoxes du phénomène religieux
  27. Addendum à mon texte concernant le phénomène religieux
  28. Le statut de la femme en Religion
  29. Mardi 22 Mars 2016
  30. La Grande Menace
  31. Amalgames, aveuglements et simplifications
  32. Je zappe et je passe
  33. Tout cela n’est pas bien sérieux
  34. La fin des illusions
  35. A propos des rassemblements place de la République
  36. Ce que reflète le "Panama papers" de nos société
  37. De l’Education de nos enfants
  38. De l’imperfection de l’enseignement scolaire
  39. Conscience universelle
  40. De ce que je partage au travers de mes "Textes Philosophiques"
  41. Changement de Civilisation
  42. Le libre arbitre
  43. Aspirations philosophiques
  44. Plus d’essence
  45. Je rêve…
  46. Une seule vie
  47. Je suis furieux
  48. Juger et être jugé
  49. Perturbations météorologiques
  50. Concernant l’Euro 2016
  51. Le droit à la différence
  52. Pourquoi je ne "crois" pas
  53. Juste un grain de sable…
  54. humanité et religion
  55. Le début de la fin
  56. Mon humble avis
  57. Paradoxes, humanité, et universalité
  58. Vive le sport
  59. Jésus est mort, vive le Christianisme
  60. La foi et la sagesse
  61. Emotions exacerbée et raison muselée
  62. Sexe, hypocrisie et religion
  63. Ages crépusculaires
  64. La Dictature des Conscience
  65. Fatigué du prosélitysme
  66. Prosélytisme exacerbé
  67. L’Horreur de l’Extremisme Religieux face à la Lumière de la Connaissance
  68. Laisse nous pleurer "nos" morts en paix
  69. Dérives et conséquences
  70. A mes contradicteurs, à mes détracteurs, et à mes juges
  71. Instincts primaires
  72. Juste un rève
  73. Moi, Dominique, chercheur, historien, aide-bibliothécaire…
  74. Au regard des autres
  75. Je leur dis non
  76. De l’enfant à l’adulte
  77. Burkini, sexe et intolérance
  78. D’aujourd’hui à demain
  79. Cosmologie, Evolution, et Religion
  80. Le Devenir de la "Valeur Travail"
  81. Avant le Big Bang
  82. Coup de gueule :
  83. Ma vision de la philosophie
  84. Conséquences tragiques liées au harcèlement scolaire
  85. Analyse politique personnelle
  86. Les causes et les conséquences d’une juste colère
  87. Le racisme ordinaire
  88. L’heure du choix
  89. USA : Le retour "choc" de la droite conservatrice
  90. Ce que j’ai à dire
  91. Une dernière ptite chose, peut-être…
  92. Alea Jacta Est
  93. Une once d’humilité ne fait jamais de mal
  94. Des profondeurs de mon âme
  95. Vae Victis
  96. Liberté
  97. Quelle honte :
  98. Nos derniers instants :
  99. Le Noel des "autres" :
  100. Introspection littéraire
  101. Quête existentielle
  102. La chute de l’Empire Occidental
  103. A propos des Primaires de la Gauche
  104. Vers un changement de Civilisation
  105. Eveiller les consciences
  106. Donald Trump, Marine LePen, François Fillion, Benoit Hamon, et les autres…
  107. Etre journaliste en politique en 2017
  108. Médias et politique
  109. Cyber-attaque, géo-politique, et élections présidentielles de Mai 2017
  110. Emmanuel Macron, la Colonisation, et ses propos sur les Pieds-Noirs
  111. Les Racines du Front National
  112. Ce que le Front National ne veut pas que vous voyiez
  113. Une Troisième Guerre Mondiale qui ne dit pas son nom
  114. Ma vision du débat Marine LePen vs Emmanuel Macron :
  115. La Chute des Géants
  116. L’attentat de Manchester
  117. Suicide collectif
  118. Que de certitudes, regard sur le Premier Tour des législatives Françaises de 2017
  119. A propos du Second Tour des Elections Législatives
  120. Irma, José, etc
Que pensez vous de cette oeuvre ?