Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Actes et Paroles - II

Par Victor Hugo

Œuvre du domaine public.

Date de publication sur Atramenta : 10 mars 2011 à 13h29

Dernière modification : 22 juin 2015 à 16h07

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

VII

Le crime est consommé. Qui l’a commis ? Ce pape ?

Non. Ce roi ? non. Le glaive à leur bras faible échappe.

Qui donc est le coupable alors ? Lui. L’homme obscur ;

Celui qui s’embusqua derrière notre mur ;

Le fils du Sinon grec et du Judas biblique ;

Celui qui, souriant, guetta la république,

Son serment sur le front, son poignard à la main.

Il est parmi vous, rois, ô groupe à peine humain,

Un homme que l’éclair de temps en temps regarde.

Ce condamné, qui triple autour de lui sa garde,

Perd sa peine. Son tour approche. Quand ? Bientôt.

C’est pourquoi l’on entend un grondement là-haut.

L’ombre est sur vos palais, ô rois. La nuit l’apporte.

Tel que l’exécuteur frappant à votre porte,

Le tonnerre demande à parler à quelqu’un.

Et cependant l’odeur des morts, affreux parfum

Qui se mêle à l’encens des Tedeums superbes,

Monte du fond des bois, du fond des prés pleins d’herbes,

Des steppes, des marais, des vallons, en tous lieux !

Au fatal boulevard de Paris oublieux,

Au Mexique, en Pologne, en Crète où la nuit tombe,

En Italie, on sent un miasme de tombe,

Comme si, sur ce globe et sous le firmament,

Étant dans sa saison d’épanouissement,

Vaste mancenillier de la terre en démence,

Le carnage vermeil ouvrait sa fleur immense.

Partout des égorgés ! des massacrés partout !

Le cadavre est à terre et l’idée est debout.

Ils gisent étendus dans les plaines farouches,

L’appel aux armes flotte au-dessus de leurs bouches.

On les dirait semés. Ils le sont. Le sillon

Se nomme liberté. La mort est l’aquilon,

Et les morts glorieux sont la graine sublime

Qu’elle disperse au loin sur l’avenir, abîme.

Germez, héros ! et vous, cadavres, pourrissez.

Fais ton œuvre, ô mystère ! épars, nus, hérissés,

Béants, montrant au ciel leurs bras coupés qui pendent,

Tous ces exterminés immobiles attendent.

Et tandis que les rois, joyeux et désastreux,

Font une fête auguste et triomphale entre eux,

Tandis que leur olympe abonde, au fond des nues,

En fanfare, en festins, en joie, en gorges nues,

Rit, chante, et, sur nos fronts, montre aux hommes contents

Une fraternité de czars et de sultans,

De son côté, là-bas, au désert, sous la bise,

Dans l’ombre avec la mort le vautour fraternise ;

Les bêtes du sépulcre ont leur vil rendez-vous ;

Le freux, la louche orfraie, et le pygargue roux,

L’âpre autour, les milans, féroces hirondelles,

Volent droit aux charniers, et tous à tire-d’ailes.

Se hâtent vers les morts, et ces rauques oiseaux

S’abattent, l’un mordant la chair, l’autre les os,

Et, criant, s’appelant, le feu sous les paupières,

Viennent boire le sang qui coule entre les pierres.

Chapitre suivant : VIII

Couverture
Couverture de "Actes et Paroles - II"
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 4 aiment
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. PENDANT L’EXIL 1852-1870
  2. CE QUE C’EST QUE L’EXIL
  3. I
  4. II
  5. III
  6. IV
  7. V
  8. VI
  9. VII
  10. VIII
  11. IX
  12. x
  13. XI
  14. XII
  15. XIII
  16. XIV
  17. XV
  18. XVI
  19. PENDANT L’EXIL
  20. 1852
  21. I – EN QUITTANT LA BELGIQUE
  22. II – EN ARRIVANT À JERSEY
  23. III – DECLARATION À PROPOS DE L’EMPIRE
  24. IV – BANQUET POLONAIS
  25. 1853
  26. I – SUR LA TOMBE DE JEAN BOUSQUET AU CIMETIÈRE SAINT-JEAN, À JERSEY
  27. II. SUR LA TOMBE DE LOUISE JULIEN
  28. III – VINGT-TROISIÈME ANNIVERSAIRE DE LA RÉVOLUTION POLONAISE
  29. 1854
  30. I – AUX HABITANTS DE GUERNESEY
  31. 1855
  32. I – SIXIÈME ANNIVERSAIRE DU 24 FÉVRIER 1848
  33. II – LETTRE À LOUIS BONAPARTE
  34. III – EXPULSION DE JERSEY
  35. 1856
  36. I
  37. À L’ITALIE
  38. II – LA GRÈCE
  39. 1859
  40. I – L’AMNISTIE
  41. II – JOHN BROWN
  42. 1860
  43. I – RENTRÉE À JERSEY
  44. II
  45. 1861
  46. L’Expédition de Chine.
  47. 1862
  48. I – LES CONDAMNÉS DE CHARLEROI
  49. II – ARMAND BARBÈS
  50. III – LES MISÉRABLES
  51. IV – LE BANQUET DES ENFANTS
  52. V – GENÈVE ET LA PEINE DE MORT
  53. VI – AFFAIRE DOISE
  54. 1863
  55. I – À L’ARMÉE RUSSE
  56. II – GARIBALDI
  57. III – LA GUERRE DU MEXIQUE
  58. 1864
  59. I – LE CENTENAIRE DE SHAKESPEARE
  60. II – LES RUES ET MAISONS DU VIEUX BLOIS
  61. 1865
  62. I – EMILY DE PUTRON
  63. II – LA STATUE DE BECCARIA
  64. III – LE CENTENAIRE DE DANTE
  65. IV – CONGRÈS DES ÉTUDIANTS
  66. 1866
  67. I – LA LIBERTÉ
  68. II – LE CONDAMNÉ À MORT DE JERSEY BRADLEY
  69. III – LA CRÈTE
  70. 1867
  71. I – LA CRÈTE
  72. II – LES FENIANS
  73. III – L’EMPEREUR MAXIMILIEN
  74. IV – VOLTAIRE
  75. V – JOHN BROWN
  76. VI – LA PEINE DE MORT
  77. VII – HERNANI
  78. VIII – MENTANA
  79. I
  80. II
  81. III
  82. IV
  83. V
  84. VI
  85. VII
  86. VIII
  87. IX – LES ENFANTS PAUVRES
  88. 1868
  89. I – MANIN
  90. II – GUSTAVE FLOURENS
  91. III – L’ESPAGNE
  92. IV – SECONDE LETTRE À L’ESPAGNE
  93. V – LES ENFANTS PAUVRES
  94. 1869
  95. I – LA CRÈTE
  96. II – AUX CINQ RÉDACTEURS-FONDATEURS DU RAPPEL
  97. III – CONGRÈS DE LA PAIX À LAUSANNE
  98. IV – RÉPONSE À FÉLIX PYAT
  99. V – LA CRISE D’OCTOBRE 1869
  100. VI – GEORGE PEABODY
  101. VII – À CHARLES HUGO
  102. VIII – LES ENFANTS PAUVRES
  103. 1870
  104. I – CUBA
  105. II – POUR CUBA
  106. III – LUCRECE BORGIA
  107. IV – WASHINGTON
  108. V – HENNETT DE KESLER
  109. VI – AUX MARINS DE LA MANCHE
  110. VII – LES SAUVETEURS
  111. VIII – LE TRAVAIL EN AMÉRIQUE
  112. IX – LE PLÉBISCITE
  113. X – LA GUERRE EN EUROPE
  114. NOTES
  115. 1853
  116. 1854
  117. 1860
  118. 1862
  119. 1863
  120. 1864
  121. 1865
  122. 1866
  123. 1867
  124. 1869
  125. 1870
  126. 1883
Que pensez vous de cette oeuvre ?