Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Nout, déesse du ciel

Par Roger Lamouline

Oeuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 23 novembre 2015 à 10h53

Dernière modification : 8 août 2016 à 14h30

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Nout, déesse du ciel

                             NOUT,  DÉSSE DU CIEL  

                                       

                                  Avant-propos

 

Je suis comme tout le monde fasciné par la culture des anciens Égyptiens. Comme tout le monde, je n’y comprend rien ou fort peu de choses.

Pourtant, je crois avoir compris la mythologie de Nout, la déesse du ciel.

Autant en faire profiter les lecteurs d’Atramenta. 

                                 

                       1. NOUT CHEZ ELLE À DENDERA

 

Nous sommes en Egypte en 1799, pendant la fameuse expédition de Bonaparte. Les savants qui accompagnent l’armée et remontent le Nil arrivent au nord de Louxor dans un endroit que les Grecs nommaient Tentyris et les Égyptiens Dandarah (devenu Dendera en Français). Ils savent qu’il existe en ce lieu un beau temple bien conservé car quelques voyageur intrépides l’avaient signalé, à moitié enfoncé dans le sable.

 

Capture d e cran 2015 11 20 a 06 54 00

            Facade du temple en 1799. Description de l’Egypte. 

 

Un mur cache les lieux  sacrés aux regards des fidèles, tout en permettant à la lumière de les éclairer. Chacune des six colonnes du portique montre le visage de la déesse Hathor à qui ce temple était consacré. Sur le toit, des ruines de constructions "modernes".

Le dessinateur montre ces visages intacts, "pour embellir" sans doute,  car ils sont en réalité martelés par des croyants monothéistes coptes ou musulmans choqués de ces représentations idolâtres. Cela rappelle bien des  évènements actuels.   

Les savants français qui découvrent ce temple ne peuvent se rendre compte que ce qui se trouve à l’intérieur est étonnant et unique au monde.

Sur le toit, ils découvrent une série de chapelles consacrées au culte d’Osiris. En pénétrant dans l’une d’elle et levant les yeux, ils contemplent ce spectacle étonnant.

 

Capture d e cran 2015 11 19 a 10 12 12

                      Plafond d’une des chapelles d’Osiris en 1799.

                                  Description de l’Egypte. 

 

Une femme uniquement vêtue d’une chemise transparente les domine dans une position étrange. A côté d’elle,  une représentation circulaire du ciel, le fameux "zodiaque" de Dendera, de nos jours universellement connu. Cette oeuvre a été démontée en 1920 et remplacée par une copie en plâtre. L’original se  trouve actuellement au Louvre.

La figure ci-dessous montre l’état actuel de délabrement de cet ensemble.

 

Capture d e cran 2015 11 25 a 19 23 47

 

Mais que représente cette femme ? Pourquoi ces bras tendus et ce corps curieusement étiré ? Dans une autre chapelle, ce même corps est représenté trois fois à l’identique.

Dans d’autres temples égyptiens, on trouve la même figure; on se rend alors compte  que la jeune femme  forme une sorte de voûte.

 

Capture d e cran 2015 11 25 a 18 31 11

   

                       2.LA CRÉATION DU MONDE 

 

Pour comprendre, il faut remonter à la conception du monde des anciens Égyptiens et à leur mythe de la création. C’est ce que je vais essayer de raconter.

Le vieux papyrus ci-dessous est très explicite! Au départ, Nout, la déesse du ciel et son frère Geb, le dieu de la terre formaient un couple inséparable. 

 

Capture d e cran 2015 11 19 a 07 59 43

 

Pourtant, cette séparation fut accomplie par Shou, le dieu de l’air et du vent. Il s’agit de leur père qui supportait assez mal cette union, paraît-il.

 

Capture d e cran 2015 11 22 a 09 45 47

 Les Egyptiens sont rarement clairs (ils ne dessinaient pas pour nous), mais ici le symbolisme est évident, même pour un Occidental comme moi.

Nout est la voûte céleste. Son rire est l’orage, ses pleurs la pluie, ses doigts des mains et des pieds touchent le sol aux points cardinaux.

Geb, la terre, essaye vainement de se relever. Ses mouvements créent les montagnes et les tremblements de terre.

Entre eux, leur père Shou, l’air, les empêche de se rapprocher, pour l’éternité.  Un quatrième personnage est Tefnout, déesse de l’humidité et de la rosée, qui n’est pas représentée ici.

Au fond, il s’agit ici des quatre éléments des Egyptiens (ciel, terre, air, eau) que l’on peut comparer à ceux des Grecs et des Occidentaux  (feu, terre, air, eau)

 

                                3. LE MYTHE DE NOUT

 

A Dendera, dans l’entrée du temple, au plafond, entre les colonnes, se déroulent de longs bandeaux d’hiéroglyphes. Les deux bandeaux proches des murs sont d’un intérêt particulier car ils représentent chacun Nout et la moitié d’un zodiaque.  

Sur le premier bandeau, Nout est représentée fortement étirée (je l’ai ici raccourcie pour plus de clarté). Son corps représente manifestement l’élément liquide, les eaux primordiales ou quelque chose de ce genre.

 

Capture d e cran 2015 11 23 a 09 25 34

                               

Le symbolisme est très clair. Au crépuscule, elle avale le soleil ailé fatigué de sa course. Pendant la nuit, ce dernier circule dans son corps en se régénérant. A l’aube, elle accouche du Soleil (représenté ici par le scarabée sacré). 

Au dessus d’elle, une partie du zodiaque, qui symbolise par ses douze signes le trajet du soleil. On reconnaît ici le signe du Lion et, bien plus petit, celui du Capricorne.

 

Capture d e cran 2015 11 21 a 11 28 41

              Détail du plafond (Nout avale le Soleil)        

 

Le second bandeau offre la même représentation, mais ici le soleil naissant darde ses rayons sur le temple d’Athor, surmonté de la tête de la déesse, reconnaissable à ses oreilles de vache.  

 

Capture d e cran 2015 11 23 a 09 38 12

 

 

Capture d e cran 2015 11 25 a 23 20 19

                                 Plafond de l’entrée (Pronaos). 

 

Capture d e cran 2015 11 21 a 17 02 55                      Détail du plafond (Nout accouche du Soleil) 

  

Sur un autre plafond du temple, on retrouve Nout dans la même scène.  

 

Capture d e cran 2015 11 19 a 10 17 31

 

Ce temple de Dendera est le plus intéressant qui soit. Il est dédié à Hathor et partiellement à Isis. Cependant, il est le seul où Nout soit aussi présente sous sa représentation classique et accompagnée de zodiaques.

Le temple, quoique évidemment égyptien, ne fut construit sous sa forme actuelle que juste après la conquête de l’Egypte par les Romains, disons vers 50 avant JC.

On lit d’ailleurs près du zodiaque rond "Autocrator", autrement dit "Empereur", peut-être Néron. Pourtant, tout le symbolisme est très ancien. On ne peut pas dire que Nout fasse de l’ombre à Hathor car elle fut parfois représentée comme cette dernière sous forme d’une vache dont la peau du ventre représentait clairement le ciel et les cornes la lune. 

 

Capture d e cran 2015 11 19 a 08 00 56

 

                            4. DANS LA TOMBE DE RAMSÈS VI

 

De passage à Louxor, je n’ai pas pu visiter le temple de Dendera pour des raisons de sécurité. Pourtant, je suis descendu avec une foule de touristes dans le très long couloir qui mène dans la vallée des rois au tombeau de Ramsès VI.

Au plafond, deux représentations de Nout, de couleur ocre, s’étirent interminablement.  

. Capture d e cran 2015 11 21 a 12 09 21 1

                         Plafond de la tombe de Ramsès VI

 

J’explique à l’un ou l’autre touriste de quoi il s’agit. Du coup, on me pose des tas de questions sur Ramsès VI que je ne connais en aucune façon car je n’y connais rien en égyptologie. 

Les étoiles circulent dans le corps de Nout le jour; la nuit c’est le soleil. Très logique. 

 

                                          

Capture d e cran 2015 11 21 a 12 10 52

                      Plafond de la tombe. Nout accouche du Soleil

 

On remarque les ailes du soleil et le scarabée sacré,  faisant apparemment office de sage-femme. 

Plus loin, dans la chambre funéraire, le plafond offre une autre  représentation très claire du mythe.

 

Capture d e cran 2015 11 19 a 07 27 57

 

                           5. NOUT, PROTECTRICE DES MOMIES

 

Plus tard, je me suis rendu compte, que Nout figurait sur la paroi intérieure du couvercle de certains sarcophages. Elle n’est jamais tout à fait nue (décence vis à vis de la momie ?) et porte par contre une tenue élégante qui évoque pour nous une "robe du soir". Elle est souvent entourées d’un zodiaque. 

 

Capture d e cran 2015 11 23 a 10 46 05

 

 

Capture d e cran 2015 11 21 a 18 48 24Capture d e cran 2015 11 21 a 18 07 00Capture d e cran 2015 11 21 a 18 05 06

 

Attendre la résurrection en contemplant  ce spectacle. Le pied.

Sacrée Nout !

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Couverture
Couverture de "Nout, déesse du ciel"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 4 aiment
Fond : 5 coeurs sur 5
À lire absolument ! : 1 lecteur
Forme : 4 plumes sur 5
Fluide, agréable, sans fautes... : 1 lecteur
Table des matières
  1. Nout, déesse du ciel
Que pensez vous de cette oeuvre ?