Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Témoignages de guerre et de captivité, T.2 La captivité

Par Jean-Pierre Duhard

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 15 avril 2015 à 16h36

Dernière modification : 18 juillet 2019 à 20h07

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Tome 2 - Chapitre 2 - La correspondance des prisonniers

«Pour nous prisonniers, lettres et colis ont toujours un prix inestimable (Paul Delemotte). »

 

Au fil du temps et des hasards des trouvailles dans les ventes aux enchères et les foires aux vieux papiers, ce sont quelque 3000 documents de prisonniers de guerre (KG ou Kriegsgefangene) que j’ai réunis en une dizaine d’années, lettres, cartes, carnets, cahiers, photos, brochures, revues, etc. ; s’y sont ajoutés par la suite, des documents fournis par le BAVCC (bureau des archives des victimes des conflits contemporains) de Caen. Ces vieux papiers, lettres et cartes essentiellement, sont ce que j’appelle des documents orphelins de famille, puisqu’ils ont été abandonnés par leurs détenteurs et mis à l’encan : je les ai adoptés. Dans quelques cas, j’ai pu retrouver la famille. Des particuliers m’ont contacté pour me confier les documents gardés, afin que je les intègre à cet ouvrage, comme Jean-Paul Decocq et Annie Schulmann. Dans ceux reproduits, l’orthographe a été respectée, elle participe à l’authenticité.

Il est rare de trouver en vente des lots cohérents et complets, car tout n’a pas été conservé (rien de mes parents par exemple), beaucoup a été détruit par les héritiers n’en voyant pas l’intérêt, et les vendeurs fractionnent souvent les lots pour en tirer un plus grand profit et dispersent ainsi les documents. Un exemple : les courriers échangés entre le caporal-chef Robert Le Mettais, en captivité au Stalag IV-B et son épouse Denise, habitant à Paris 18e, un ensemble de près de 300 documents, a été proposé sur ebay en 9 lots constitués de 1 à 194 items, avec une mise à prix pour chacun de 10 à 150 euros. Le seul intérêt qui anime ces vendeurs est uniquement financier, au mépris de l’intérêt historique.

 

 

Cachet de la censure du camp : Gepruft (autorisé)

 

Lettre censurée (avertissement) : non respect des marges

 

Dès leur capture, les KG étaient regroupés dans des structures d’attente, stades (comme mon père à Colmar), casernes (comme Jean Brun à Sarrebourg) et camps divers (Fronstalags), puis dirigés vers des Stalags ou Oflags.

 

Le premier envoi du prisonnier était une carte avis de capture, remplie dès l’arrivée et l’enregistrement au camp, pour annoncer le lieu de détention (Stalag ou Oflag, n° matricule) avec l’identité du KG (nom, prénom, grade, corps) ; si le prisonnier changeait de camp, il prévenait sa famille par une carte spéciale, sans correspondance, précisant simplement la nouvelle adresse, avec le même matricule. Tous les envois étaient en franchise. Ces correspondances sont majoritairement écrites au crayon, l’encre ayant vite commencé à se faire rare dans les camps, où elle fut interdite, car pouvant être utilisé pour la falsification de papiers, ou la fabrication de faux tampons.

Lucien Huillet informait le 15 juillet 1940 ses parents : « Je suis prisonnier de guerre en Allemagne et en bonne santé » (option : "légèrement blessé") au Stalag I-B, matricule F 39928 ; suivaient son identité, son rang (2e classe) et son unité (96e RIA). Sur son avis, il a rayé une phrase pré-imprimée : « Nous serons transportés d’ici dans un autre camp au bout de quelques jours. N’écrivez jusqu’à ce que je vous donnerai la nouvelle adresse ». En cas de changement de camp, une carte spéciale était remise au KG afin qu’il puisse en informer les siens.

 

D’autres cartes suivaient, moins laconiques, comme celle du caporal Robert Le Mettais du Stalag IV-B :

« Chers tous. Vous confirme ma captivité en Allemagne ; suis en bonne santé et espère qu’il en est de même chez vous. Ayez bon moral et gardez courage et patience. Un colis me ferait plaisir, je puis en recevoir un par semaine (poids max. 5 kg). Si vous pouviez m’adresser pain d’épices ou biscuits nourrissants, chocolat, conserve, un canif et du tabac, j’en serais heureux. Merci à l’avance et bons baisers. Si vous m’écrivez, pas de longues lettres, pour le colis mentionnez le double de l’adresse à l’intérieur ; défense expresse d’envoyer : argent et liquides. Si ma Nouchette est repartie à Flers, prévenez-la. Pense bien à vous tous et vous embrasse (12 juin 1940, à ses parents au Havre). »

 

Avant de quitter la France, pendant leur séjour en Dulag ou Frontstalag, les prisonniers purent adresser des cartes à leurs proches par la Croix-Rouge. Mon père notait dans son carnet, le 10 juillet 1940 :

« Nous avons remis des cartes à la Croix-Rouge pour prévenir nos familles, car nous pensons que les lettres remises à la boîte du camp ne partent pas ».

 

 

Les premières lettres envoyées par Robert Le Mettais portent un tampon : "Pas de longues lettres ! Écriture très lisible !" Effectivement, ses lettres sont brèves, d’une écriture large et qui n’occupe pas la totalité de la surface disponible. Il a adressé également à sa famille un imprimé de ’’Consignes sur le service postal destiné aux prisonniers de guerre’’. 

 

Quelques cartes et lettres…

 

L’écriture phonétique d’Éloi Rudeau, 6 décembre 1941

Cyr Berlémont à son père, 11 juillet 1944

Émile Tabaux à son épouse, Stalag III-A

Luciel Prestel et ses pattes de mouche

Différents cachets de censure (ici Stalag IV-C)

 

La lettre de France (coll. jpd)

Couverture
Couverture de "Témoignages de guerre et de captivité, T.2 La captivité"
Etat
Cette oeuvre est en cours d'écriture (incomplète)
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 5 aiment
Fond : 5 coeurs sur 5
À lire absolument ! : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Tome 2 - Chapitre 1 - Faits prisonniers
  2. Tome 2 - Chapitre 2 - La correspondance des prisonniers
  3. Tome 2 - Chapitre 3 - Les colis de prisonniers
  4. Tome 2 - Chapitre 4 - Noëls de captivité
  5. Tome 2 - Chapitre 5 - Dieu était dans les camps
  6. Tome 2 - Chapitre 6 - Distractions et loisirs des prisonniers
  7. Tome 2 - Chapitre 7 - Les évasions
  8. Tome 2 - Chapitre 8 - Les morts pendant la captivité
  9. Tome 2 - Chapitre 9 - Les prisonniers en privation d’amour
  10. Tome 2 - Chapitre 10 - Les femmes de prisonniers
  11. Tome 2 - Chapitre 11 - Les retours des KG et déportés
  12. Tome 2 - Chapitre 12 - Etat sanitaire et longévité des KG
  13. Quelques fiches illustrées de prisonniers
Que pensez vous de cette oeuvre ?