Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Lesbos

Par Sonia Traumsen

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 30 juillet 2014 à 13h28

Dernière modification : 4 août 2014 à 10h17

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Lesbos

 

— Mère, je sais que vous m’aviez promise au bel Anchise, qui habite au-delà du flot sombre, proche de l’antre de Nausicaa. Sans doute lui aurais-je cousu une belle tunique, et de nos fils j’aurais conçu une gloire immortelle, en les poussant à l’assaut des murs ennemis. Et mes frères glorieux auraient alors porté vers lui mille offrandes venant de ta digne Maison.

— Mais pourquoi, chère fille, me regarder ainsi, alors que les dieux ont dompté le destin, et que de mon côté, moi, ta mère, je ne veux pour toi que le meilleur ? Craindrais-tu à ce point de franchir ces flots nombreux, qui ne sauraient pourtant résister à la force de nos rameurs, et craindrais-tu d’être séparée trop longtemps de mon cœur ?

— Non, mère, les dieux ont médité pour moi un destin plus sombre, car je dois sacrifier au temple de Lesbos.

— Par les dieux, ma fille, serais-tu de celles qui préfèrent à nos héros la douce quiétude des concubines, et veux-tu ruiner mon honneur, pour ainsi escompter te soustraire au bel Anchise, qui a déjà dressé pour toi le lit au bois de rose ?

— Hélas, mère, je crains qu’il me serait odieux de partager sa couche, car il est vrai que je n’ai point hérité de votre cœur l’honorable penchant pour nos héros. De cette crainte je me serais bien volontiers affranchie ; mais mon père vit la noble Vénus en rêve, qui lui aura tout révélé de moi. Mes goûts ne sont point coupables, puisque l’obscur destin a tranché pour nous les fils d’or de tous les désirs. Aussi Vénus m’a-t-elle choisie pour que je célèbre au temple d’Aphrodite, et que je m’adonne aux plaisirs, non parce qu’ils s’accordent à mes vœux, mais parce qu’il plaît aux dieux que je les remplisse sous les traits de la déesse, qui m’a conçue comme avatar. Et au terme des deux ans, pendant lesquels je serais livrée par plaisir à maintes concubines, je devrais être sacrifiée aux dieux, en offrant ma gorge au glaive vengeur.

— Malheur, quel genre de sort les dieux ont-ils tiré pour toi ! Fuis donc, ma fille, fuis sur la trirème bien armée qui attend dans le port, et par-delà les eaux profondes qui nous séparent d’Anchise, demande sa protection contre ce trait maudit ! Comment pourrais-je, moi ta très douce mère, escompter ta prompte fin sous le glaive, après deux ans menés dans la plus obscure débauche ? Certes, de deux sorts détestables, l’un n’est guère propice à tes goûts, mais mieux vaut encore partager la couche de l’homme, que d’être livrée aux Érinyes du remord, pour enfin subir le sort le plus funeste qui soit donné à une fille de si noble naissance !

— Mère, pardonnez-moi, mais je ne saurais fuir la volonté de mon père, car depuis le songe qu’il entrevit son cœur est pris par Vénus, et de mon côté je préfère encore le gynécée du temple, à celui qui me voue à ce divin époux. Anchise est pour vous un héros, et sans doute m’apparaît-il ainsi, du moins en rêve, mais il me deviendrait odieux, si tous les soirs je devais partager sa couche, et soumettre mon corps bien réel à ses assauts fougueux. Aussi, mère, puisque je dois à mon père obéissance, lui qui fut inspiré et qui daigna recevoir pour moi le messager des dieux, je préfère prendre le chemin du temple, qui est aussi celui de mes penchants, et s’il me faut mourir sous le glaive sacrificateur au terme de ces deux ans, cette fin sera pour moi une moindre mort, car depuis le temple, et lorsque je serai de retour chez les dieux, restée fidèle à la volonté de mon père, je ne permettrai pas que de funestes augures s’emparent de votre Maison. Et si maintenant déjà je ne suis plus de ce monde, dites à Anchise qu’assurément il trouvera à sa divine cour femme plus belle et plus soumise, car pour ce qui est de moi, je suis vouée au désir pair et à la mort, à la fois par la faute de mes penchants secrets, et par la volonté du temple.

Couverture
Couverture de "Lesbos"
Etat
Cette oeuvre est déclarée complète, relue et corrigée par son auteur.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 8 aiment
Fond : 4 coeurs sur 5
Très bon : 3 lecteurs
À lire absolument ! : 2 lecteurs
Forme : 5 plumes sur 5
Fluide, agréable, sans fautes... : 1 lecteur
Exceptionnelle ! : 4 lecteurs
Table des matières
  1. Lesbos
Que pensez vous de cette oeuvre ?