Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

C'est long une vie pour se souvenir de tout

Par Jean-Pierre Duhard

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 30 mars 2014 à 16h54

Dernière modification : 17 avril 2015 à 16h45

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Une famille modeste (Germaine 1916-1936)

 

« C’est une fille ! » annonça Fernande Courtoux, la sage-femme de Saint-Savin-de-Blaye à Louise et Paul Penaud ce 12 septembre 1916 à L’Ombrières, dans la commune de Saint-Christoly (Gironde). On peut imaginer qu’elle consola le père, pour cette troisième fille, en ajoutant « au moins elle échappera à la guerre », faisant rage depuis 2 ans. Quant au père, blessé en août 1914 et réformé n° 1 depuis 1916, il dut penser, lui qui attendait enfin un fils : « oui, mais elle manquera à la vigne… » Le fils attendu naîtra 6 ans plus tard et deviendra marin.

Mme Courtoux donna les premiers soins au bébé, s’assura que la mère allait bien, et nota l’heure de naissance : 7 heures du soir. Les deux sœurs aînées, Yvette et Claudette, âgées de 9 et 6 ans contemplèrent sans mot dire cette intruse bruyante qui venait monopoliser l’attention de tous et leur disputer l’affection des parents. Les grands-parents maternels et paternels, qui habitaient dans la même commune et travaillaient la terre, les premiers à L’Ombrières même, les seconds aux Cabanes, à quelque 4 km de là, venus rendre visite à la récente accouchée, assurèrent qu’elle ressemblait plutôt à sa mère qu’à son père : c’était une Montangon, assuraient les grands-parents Marie et Denis ; oui, mais elle avait quelque chose des Penaud, rétorquaient l’autre grand-mère Marie et le grand-père Pierre. Les parents s’entendirent pour la prénommer Germaine, Marie, Rosemonde.

On l’appellera en fait Valmonde dans son adolescence et Germaine quand elle se mariera, et c’est ce dernier prénom que l’on retiendra pour la suite de cette histoire familiale. Les prénoms déclarés à la naissance n’étaient pas ceux d’usage en famille, ce qui rend les arbres généalogiques à la fois justes, sur le plan de l’État civil, et quelque peu inexacts au plan humain et familial. Ainsi, sa sœur aînée Yvette se prénommait en réalité Marguerite Alphonsine, la seconde, Paulette était Claudette, et le cadet, déclaré Louis, était appelé Yvon !

Paul et Louise, ses parents, s’étaient mariés jeunes, 8 ans plus tôt, l’époux avait 19 ans et l’épouse 20 ans. Le mariage civil avait été prononcé le 6 juillet 1908 à Saint-Christoly par M. Arnaudin, maire ; les parents des mariés, ne sachant écrire, n’ont pas signé. Quatre témoins non parents ont cosigné, Delbos Jean et Dupouy Jean (instituteurs), Bussier Georges (cordonnier) et Lamoré Élisée (négociant). Marguerite Alphonsine (Yvette), fille naturelle de Louise et déclarée « de père non dénommé », a été adoptée par Paul le jour du mariage, comme indiqué sur le registre d’État civil (n° 8).

Le père de Germaine, Paul Penaud, né le 23 avril 1889 (et déclaré Pierre) était le fils de Pierre Penaud, cultivateur alors âgé de 44 ans et de Marie-Emma Fortin, fille naturelle de Jeanine Fortin (veuve Roy) et âgée de 33 ans, elle aussi cultivatrice, qui s’étaient mariés le 23 mai 1881. Le nouveau papa était le cadet d’une famille de trois enfants mâles ; l’aîné, Pierre, né le 19 avril 1882 à Saint-Christoly, précisément aux Cabanes, s’était marié en 1904 avec une Marguerite Corbineau dont il eut deux enfants : Marie née en 1908 (2 filles) et Jean (sans enfants), qui étaient donc les neveux de Paul et Louise Penaud, et les cousins directs de Germaine. Le second fils, né en 1884, était décédé l’année suivante, à l’âge de 9 mois, de cause non connue.

La mère de Germaine, Marguerite Montangon (dite Louise), d’un an plus âgée, car née le 23 septembre 1888, était la fille de Jacques, Denis M. et de Marie Marchais (née le 8 avril 1857 à Bordeaux), sans profession, mariés le 9 janvier 1873 à Saint-Christoly et demeurant à Raclet. Le père de Louise, né le 18 décembre 1851, était le fils de Jean Montangon., âgé de 37 ans et scieur en long (comme son père) et de Louise Millepied, âgée de 30 ans. Il appartenait à une famille de 12 enfants. Il s’était marié à 21 ans, avec la jeune Marie, « âgée de quinze ans révolus », qui était la fille de Romain M. et Marie Millepied ; c’est une des plus jeunes mariées trouvées dans la généalogie familiale. Ni le père, ni les témoins (Jean Bertin et Jean Millepied) ne savaient écrire, et ne purent signer l’acte de naissance, et le maire Louis Pierre Lamoré eut du mal à apposer sa signature.  

 

Le pays Gabaye

 

Le pays Gabaye est au sud de la Saintonge et il a pour horizon l’estuaire de la Garonne, réunie à la Dordogne pour former la Gironde

 

Germaine

 

Les parents de Germaine (Louise Montangon et Paul Penaud)

Le papa de Germaine, greffeur de vigne,

entre sa belle-mère (g), et ses parents (dr)

Le père de Germaine avait été décoré de la Médaille militaire. L’étui contient le diplôme et un foulard orné des portraits des chefs d’état alliés en 1915 : Albert 1er, roi des Belges - Raymond Poincaré  Pdt de la République française - Georges V, roi d’Angleterre et Nicolas II Tsar de Russie. 

Saint-Christoly, village natal de Germaine

Germaine enfant sur les genoux de sa mère, la Louise

Germaine à 6 ans, au mariage de sa soeur aînée Yvette

 

 

 

Germaine enfant (6 ans, avant le décès de son père)

Germaine à 8-9 ans

Germaine à 15 ans

 

Germaine, grand-mère Emma, Yvon et Claudette 

 

Germaine en 1933 - sa mère est à dr., son jeune frère Yvon au milieu

Germaine (en bas) et son amie Paulette Rey

 

Germaine en 1935 apprend la coquetterie

​L’aînée des soeurs Penaud, Yvette, et sa nouvelle bicyclette

 

 

 

 

 

 

Couverture
Couverture de "C'est long une vie pour se souvenir de tout"
Etat
Cette oeuvre est en cours d'écriture (incomplète)
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 4 aiment
Fond : 5 coeurs sur 5
À lire absolument ! : 2 lecteurs
Forme : 4.5 plumes sur 5
Fluide, agréable, sans fautes... : 1 lecteur
Exceptionnelle ! : 1 lecteur
Table des matières
  1. Prologue
  2. Né avant le siècle (Roger 1900-1914)
  3. La Grande Guerre (1914-1918)
  4. Roger, le civil entre deux guerres (1923-1935)
  5. Une famille modeste (Germaine 1916-1936)
  6. Germaine, l’école de la vie
  7. Le temps des fiançailles (Roger et Germaine)
  8. Le deuxième conflit mondial
  9. Notre enfance à l’Usine de Soubie
Que pensez vous de cette oeuvre ?