Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne

Par Aquilegia Nox

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 16 septembre 2013 à 16h27

Dernière modification : 16 septembre 2013 à 16h37

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

08 février 2010

Je rejoins les autres dans la chambre de Phobos. C’est drôle, il est en train d’adopter de plus en plus le train de vie des vampires, dort le jour et vit la nuit. Sven est là aussi, accoudé avec nonchalance. Je m’assois et regarde Phobos.

« Alors ? Que fait-on ?

– On attend qu’il soit 18h, que mon indic arrive.

– Quel indic ? Depuis quand tu as un indic ?

– C’est un clodo, grogne Sven.

– C’est pas un clodo ! C’est un gars que j’ai rencontré hier, il s’appelle Fred, est…

– Clodo. »

Phobos lève les yeux au ciel. Au tic nerveux qui agite sa main droite, il aurait bien envie d’une clope. Il inspire et ignore Sven.

« C’est un « Ombre de Loup », un de ceux qui récoltent des informations.

– Et ?

– Et on va attendre qu’il soit là, il te racontera lui-même.

– Tu te fous de ma gueule ? Qu’est-ce qu’il t’a dit ? »

Phobos soupire. Quelle feignasse quand il s’y met !

« Il a des contacts avec des vampires qui vivent dans les égouts. »

Là, c’est moi qui lève les yeux au ciel.

 

20h. Il y a de multiples raisons pour lesquelles je n’aime pas les Nosferatu. La première : leur philosophie de non-partage des connaissances est à l’opposé conceptuel de la mienne. La deuxième : ils monnayent leurs bribes de savoir à un prix exorbitant, et font malgré tout encore de la rétention de données en se donnant des airs. La troisième : les égouts, ça pue. Et je ne parle pas de leur aspect physique, la beauté étant une notion absolument relative et d’utilité négligeable dans notre contexte. Par contre, leur savoir leur donne une arrogance sans borne, et ça, ça me gonfle grave.

Néanmoins, ils nous ont permis d’apprendre des choses intéressantes. Notamment que le vrai nom de notre « HK » n’est autre que Helmut Kelper, et qu’il aurait récemment acquis une « marchandise savante ». Encore un que, je le sens, je ne vais pas aimer.

 

22h. Lausanne, Le Mont. Sur les indications des Nosfé, nous voilà chez Helmut. La maison est vaste, entourée d’un grand terrain à grands arbres arrogants, et bien gardée. Ça correspond à la vision d’Elias, je suppose. Plus qu’à entrer. Je sonne.

 

1h. Ça n’est pas un manoir, c’est la maison des enfers. Des pièces donnent sur des espaces plus grands que le bâtiment vu de l’extérieur, et le maître des lieux est sérieusement frappé. Sans parler de son égo démesuré. Aucune considération pour les autres que lui-même (éventuellement, les autres que magiciens de son niveau), il ne nous voit que comme des sujets d’expérience ou des jouets plus ou moins amusants. Il a réussi à nous faire halluciner à un point que je ne pensais pas possible sans user de champignons ou d’acide, nous servant à tous de petits cauchemars personnels, plus ou moins basés sur des souvenirs, dont pas un n’a voulu raconter les détails aux autres. Pour ma part, j’ai eu droit à une version revue et modifiée de l’étreinte qui m’a vue devenir vampire, version interdite aux moins de 18ans susceptible de concourir dans les catégories « gore/super gore » du festival du film fantastique, qui finit mal. Une version dans laquelle Elias aurait tué mes parents, et moi ma sœur – encore aurait-il fallut que j’en eusse une. Bref.

 

Je me demande encore comment nous en sommes sortis. Et je me demande encore davantage comment nous avons pu sortir avec le prof – jamais je n’avais vu un vampire à ce point affamé et désorienté, ça va être la croix et la bannière qu’il reprenne ses esprits – vu le temps qu’il a passé à se foutre de notre gueule et essayer de nous mener en bateau.

 

Heureusement qu’Elias est venu à la rescousse, c’est probablement ce qui a retenu « HK » de simplement tuer son prisonnier au lieu de nous le remettre. Mais peu importe. La seule chose qui compte, c’est qu’on l’ait récupéré. Le reste, je m’en tape, je m’en fous, je m’en contre tamponne.

Chapitre suivant : 10 février 2010

Couverture
Couverture de "Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 1 lecteur aime
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. Préambule
  2. 07 février 2010
  3. 08 février 2010
  4. 10 février 2010
  5. 11 février 2010
  6. 12 février 2010
  7. 13 février 2010
  8. 14 février 2010
  9. 15 février 2010
  10. 16 février 2010
  11. 17 février 2010
  12. 18 février 2010
  13. 19 février 2010
  14. 20 février 2010
  15. 21 février 2010
  16. 22 février 2010
  17. 23 février 2010
  18. 24 février 2010
  19. 25 février 2010
  20. 26 février 2010
  21. 27 février 2010
  22. 28 février 2010
  23. 1er mars 2010
  24. 2 mars 2010
  25. 3 mars 2010
Que pensez vous de cette oeuvre ?