Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne

Par Aquilegia Nox

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 16 septembre 2013 à 16h27

Dernière modification : 16 septembre 2013 à 16h37

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

22 février 2010

« Le numéro que vous essayez d’appeler n’est pas attribué. »

De mieux en mieux. Maintenant, le téléphone de Mina n’existe carrément plus.

« Mes amis n’ont rien trouvé dans leur jet qui permette de la localiser, mais ils ont entendu des rumeurs, comme quoi un « colis de taille humaine » aurait disparu. »

Merci Kaleb.

 

19h. Les loups aux loups (de Fribourg), les vampires… En fait je n’ai aucune idée de ce que fabrique Sven, mais moi j’ai hacké le serveur mail du sénéchal de Fribourg. C’est Elias qui m’a donné son mail, ensuite le serveur s’est ouvert sans trop de difficulté. C’est-à-dire, sans modestie aucune, que je suis très forte à ce petit jeu. Les vampires sont vraiment des créatures d’un âge révolu qui n’entravent rien à l’art de sécuriser un serveur.

Ni à celui de sécuriser des données. Ayant obtenu l’adresse du Prince à partir de la boîte du Sénéchal, j’ai accédé aussi à la sienne et trouvé un intéressant e mail dans lequel Berne l’avertit que si nous venions traîner nos guêtres à Fribourg, il devrait le leur signaler immédiatement, et surtout ne pas nous aider. Sympa. Mon téléphone sonne.

« Allo ? On a eu des infos : il y a eu deux groupes le jour où nous avons atterri en Suisse de nouveau. Le premier, les hunters. Le deuxième, les « Septs ». Ce seraient eux qui auraient Mina.

– Et sinon vous avez des bonnes nouvelles ?

– Euh… Il semblerait qu’on puisse espérer trouver des infos au Frisson, une boîte du coin. »

 

22h. Le Frisson est un peu en périphérie, dans une partie assez industrielle, un peu vieillotte. On pourrait presque, sur quelques centaines de mètres, sentir une odeur de vieux liverpool. Probablement à cause des bâtiments en brique.

Et la moisson d’infos est faible. Très. En fait, une seule, juste assez glauque pour être en équilibre sur le rebord de la crédibilité. Il y aurait dans le coin, des vampires friands de sang facile. Ils mettraient les humains dans des « fermes » pour les avoir à disponibilité en permanence.

 

On pédale dans la semoule. Comme il y a du wifi partout, de nos jours, je vais me poser dans un coin pour hacker le serveur de la police locale, histoire d’avoir des infos sur les humains récemment disparus. Il y a peut-être des indices à récupérer.

Surprise, ces deux derniers mois il y a eu une augmentation d’enlèvements, particulièrement de femmes qui ressemblent plus ou moins à Mina, dont un certain nombre ont été retrouvées dans la Sarine, sombre serpent aqueux qui traverse la ville. Par contre, pas de lieu d’enlèvement particulier.

 

Les rapports d’autopsie révèlent que les corps retrouvés sont très maigres, avec un masque de terreur sur le visage.

 

Minuit et demie. Voilà qui est très étrange. Sven et moi nous trouvons sur un barrage, là on plusieurs corps ont été retrouvés, probablement amenés par l’eau d’un endroit de largage inconnu, et la végétation a indubitablement une drôle de gueule. OK, nous sommes en février, mais là, les feuilles sont noires, racornies, ça pue la mort puissance dix, même pour un marais. J’en prélève quelques-unes et les enferme dans un petit sachet à l’intention de qui pourra les analyser.

 

1h. Deuxième spot où les corps ont été retrouvés sur la Sarine. Une berge buissonneuse, pas très loin de l’énorme falaise que la rivière a creusé et qui limite la ville. Quatre silhouettes sont déjà sur place, sur le qui-vive quand les yeux brillants croisent les nôtres. Je reconnais un visage familier, puis un autre… Les grands esprits se rencontrent dans les lieux les plus inattendus. Phobos avance vers moi.

« On a vu 25 pétasses… Enfin, des filles possédées, danser autour d’un arbre mouvant.

– Pardon ?

– Euh, il veut dire dans le monde des esprits.

– Ah. Merci Kaleb. Et sinon vous nous présentez vos potes ? »

Un type en rangers et veste en jean me jette un regard torve. Son comparse, qui a également l’air de sortir d’un clip des années 80, a un regard plus perçant et affirmé. Le chef ? Son grand pardessus ne cache pas une longue épée droite. Amateur de GN ? Ça prouve que le trip Higlander « on ne voit pas mon épée parce que j’ai un long manteau », c’est de la merde.

Présentations. Abrège, on n’a pas de temps à perdre.

« Vous pensez que ce sont les filles qui ont été tuées, que vous avez « vues » ?

– Probablement, ou alors ce sont les esprits des filles en train d’être tuées… Mais ça montre qu’on a emprisonné leur âme… Donc des lycans sont mêlés à cette affaire, c’est sûr.

– Une alliance vampires et lycans ?

– Ça veut dire qu’il y a vraiment du bénéfice à se faire. Il n’y a pas beaucoup de familles capables d’une telle chose.

– En tous cas, il faut faire hyper gaffe à qui l’on parle. »

 

Les lycans ont une super idée. Déterrer la dernière défunte, essayer de contacter son esprit pour lui demander ce qu’elle a vu. Putain, pourquoi ils aident pas les flics ? Ça serait tellement plus simple de résoudre les affaires de meurtres avec des supers voyants capables d’interroger les morts eux-mêmes… Quoique rien ne dise que les morts soient plus intelligents ou moins retors que les vivants… Enfin, y a un putain de bug dans la matrice, quand même… Faudra un jour qu’on m’explique comment penser sans neurones. C’est magique, c’est ça ? Mais oui, bien sûr. Allez vous faire foutre.

Bref. Rendez-vous demain soir pour la super-party.

En attendant, retour chez les hunters. Punaise, ça me fait bizarre à chaque fois que je le dis.

Chapitre suivant : 23 février 2010

Couverture
Couverture de "Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 1 lecteur aime
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. Préambule
  2. 07 février 2010
  3. 08 février 2010
  4. 10 février 2010
  5. 11 février 2010
  6. 12 février 2010
  7. 13 février 2010
  8. 14 février 2010
  9. 15 février 2010
  10. 16 février 2010
  11. 17 février 2010
  12. 18 février 2010
  13. 19 février 2010
  14. 20 février 2010
  15. 21 février 2010
  16. 22 février 2010
  17. 23 février 2010
  18. 24 février 2010
  19. 25 février 2010
  20. 26 février 2010
  21. 27 février 2010
  22. 28 février 2010
  23. 1er mars 2010
  24. 2 mars 2010
  25. 3 mars 2010
Que pensez vous de cette oeuvre ?