Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne

Par Aquilegia Nox

Œuvre publiée sous licence Creative Commons by-nc-nd 3.0

Date de publication sur Atramenta : 16 septembre 2013 à 16h27

Dernière modification : 16 septembre 2013 à 16h37

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

21 février 2010

18h. Attation, Phobos a un plan.

Donc, il a récupéré une manière d’emplois du temps de notre juriste après l’avoir pisté (il sort à 19h, et sort en voiture de son lieu de travail), et je vais essayer de me faire accepter dans les super soirées qu’il organise.

Pour cela, Sven va se faire passer pour un flic ripou molestant une pauvre jeune fille (moi, donc), qu’il a rencontrée dans une soirée échangiste et qu’il fait chanter, l’obligeant à accepter ses mains baladeuses sous peine de révéler ses activités sulfureuses.

Je sens qu’on va se marrer.

 

19h. Me voilà au tribunal fédéral, attifée comme jamais, c’est-à-dire en tailleurs beige, avec un chemisier blanc largement décolleté en dessous, chignon strict – autant que faire se peut en tous cas. Je suis à la sortie de parking plus exactement, avec Sven en bel unifome. Ça lui va remarquablement bien, d’ailleurs. Nous attendons monsieur le juge… Mais uniquement pour le prendre en filature. Pas question de nous faire remarquer dans un si haut lieu d’autorité…

 

19h30. Hop, ça a été rapide. Il vient d’entrer dans une assez luxueuse maison. Nous sommes garés un peu plus loin. Il a quand même fallu cinq minutes avant qu’on lui ouvre…

« S’il y a quelqu’un qui entre toutes les cinq minutes, ça veut dire que c’est une soirée, non ?

– Moui. Mais pour l’instant y a personne. »

Donc, le mieux c’est de rester en planque jusqu’à ce qu’il revienne. Et de bien surveiller la porte, parce qu’au moment où il sortira, s’il est seul, action, les acteurs entrent en scène.

 

21h. « Bathory ». Rue du chien blanc, au Mont. Et voilà le travail. Quelques larmes, beaucoup de reconnaissance, une histoire montée de toutes pièces et bingo, invitation en poche. Sauf que je ne sais pas si c’est chez Fratin.

Maintenant, plus qu’à récupérer Sven, je lui ai donné rendez-vous au Lézard Bleu.

 

23h30. Dans un bar cosy à Lausanne avec Sven, et Phobos et Kaleb qui ont occupé leur journée à enquêter du côté de l’armurerie. Debriefing.

Il s’avère que l’armurier est un chef de locus des Griffes de Sang, un pote de notre cher Frat. Phobos a signé un pacte de sang avec un loup des Griffes de Sang pour assurer sa sécurité… Et leur a donné des infos en « contrepartie » (sur la secte du Dieu-Loup)… Dit comme ça on dirait un pacte maffieux. Mais il a l’air de trouver une compensation dans le fait que les griffus semblent vouloir aider à détruire la secte en question.

« T’as pas l’impression d’avoir vendu ton âme au diable ?

– Tu parles du côté extrémiste des Griffes de Sang ? La secte est bien pire… »

Je ne suis pas entièrement convaincue.

Chapitre suivant : 22 février 2010

Couverture
Couverture de "Journal de Brawne Edwards - 6 - De Lausanne à Berne"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 1 lecteur aime
Fond : Aucun avis
Forme : Aucun avis
Table des matières
  1. Préambule
  2. 07 février 2010
  3. 08 février 2010
  4. 10 février 2010
  5. 11 février 2010
  6. 12 février 2010
  7. 13 février 2010
  8. 14 février 2010
  9. 15 février 2010
  10. 16 février 2010
  11. 17 février 2010
  12. 18 février 2010
  13. 19 février 2010
  14. 20 février 2010
  15. 21 février 2010
  16. 22 février 2010
  17. 23 février 2010
  18. 24 février 2010
  19. 25 février 2010
  20. 26 février 2010
  21. 27 février 2010
  22. 28 février 2010
  23. 1er mars 2010
  24. 2 mars 2010
  25. 3 mars 2010
Que pensez vous de cette oeuvre ?