Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

La cache aux serveurs

20/02/2006, 19:29

5 mars 2015

« Une cache de serveurs Internet clandestins a été découverte sur la zone industrielle de Plaisir (Yvelines), dans un entrepôt en sous-sol. Six soldats américains ont été tués par une grenade lâchement jetée dans un espace confiné par un terroriste qui s’est enfui. Néanmoins, le matériel informatique est intact‭ ».

L’image nous montre un sas noirci derrière lequel clignotent des façades d’‭ordinateurs. L’officier de communication élude les questions concernant les circonstances et les investigations en cours. Secret absolu. « Tout au plus, affirme-t-il d’un air satisfait, je peux vous dire que grâce à cette découverte, d’autres suivront et que les heures du réseau internet clandestin sont comptées‭ ».

À l’état-major américain cependant, l’optimisme n’est pas de mise. Une nouvelle vidéo, diffusée par le réseau clandestin, donne une autre version des faits.

2 mars 2005 (Trois jours plus tôt)

L’homme a été trahi par son passé. Il figurait sur des photos prises par les marines vingt ans plus tôt lors de manœuvres communes en Ex-Yougoslavie. Alors simple sergent de l’IFOR, il était responsable du montage des quelques ordinateurs français en réseau pour l’État-major de la DMNSE. Son dossier civil indiquait un emploi de cariste dans cette société de déménagement.

Un emploi peu compatible avec ses capacités et ses diplômes. Il a été suivi jusqu’au siège de sa boîte.

Une section a pris d’assaut le bâtiment, sans rencontrer la moindre résistance de la part des employés présents. À l’intérieur, les soldats ont trouvé une trappe en bois donnant sur un escalier en béton. En suivant cet escalier, ils sont tombés face à une porte blindée.

Un petit peu de C4 au niveau de la serrure et ils sont entrés, dispositifs infra rouge sur les yeux, bouchons dans les oreilles, casque sur la tête, arme en avant.

Un homme leur tournait le dos. Il tapait avec frénésie au clavier de son micro-ordinateur. Craignant qu’il soit en train de détruire des données confidentielles, ‭‭‭un caporal ouvrit le feu. La balle qui traversa l’occipital de l’opérateur ressortit en faisant sauter une grande partie du frontal vers l’avant et projeta de la cervelle sur le moniteur de dix-neuf pouces plat, moniteur qui noircit dans la seconde, traversé lui aussi de la même balle.

Le reste de la tête retomba sur le clavier et le sang s’écoula sur et entre les touches. L’homme était seul et une alarme hurlait frénétiquement. Dix secondes plus tard, alors que toute l’équipe avait investi la pièce, à la recherche du dispositif d’arrêt de l’alarme, une explosion secouait la cache et tuait tous ses occupants, détruisant le matériel de la pièce principale comme tous les serveurs de la pièce voisine.

Durant trois jours, une équipe nettoya les lieux, obtura la pièce voisine et monta quelques micro-ordinateurs afin de les faire passer à la télévision et transformer ce fiasco en premier succès.

Peine perdue. Ce que les officiers du Renseignement purent voir, ce 5 mars 2015, en même temps que le reste du monde, c’était la mort du malheureux technicien, vue de face, puis l’intrusion des soldats et la terrible explosion meurtrière. La caméra ayant été détruite par la déflagration, le film s’acheva brutalement. Puis une voix off expliquait « cet homme était en train de vouloir sauver sa vie et celle des autres. En cas d’intrusion non autorisée par la première porte, une procédure d’auto-destruction est lancée. Si le technicien parvient à taper un code de six chiffres, il y a trois minutes de délai supplémentaire avant l’explosion pour permettre l’évacuation. Si la deuxième porte est forcée au C4, tout explose. L’ouvrir délicatement requiert plus de trois minutes. Si le technicien n’avait pas été abattu sans sommation, il aurait pu tout expliquer et se sauver avec les autres…

Enfin, la voix off se fendit d’un message de félicitations adressé aux américains : « Grâce à votre action d’éclat, vous avez réussi à détruire une grappe de serveurs. Ces serveurs, en raid avec d’autres grappes, avaient leurs données propres stockées sur les autres grappes. Il a donc suffit d’activer une nouvelle cache, une heure plus tard, pour pouvoir reprendre le débit théorique maximal sur le réseau. À cette vitesse-là (Huit mois pour découvrir cette cache), il vous faudra quelques siècles avant de toutes les découvrir‭. J’espère que vous appréciez votre séjour sur notre sol. Il coûte chaque jour à votre population et à celles de vos alliés une petite cinquantaine de millions d’euros dont un tiers est réinvesti dans notre beau pays. Nous vous remercions de cette manne inespérée que nul politicien en France n’est capable de vous restituer par le biais d’impôts. En effet, les Français vivent sans argent, mais avec des crédits de consommation sectorisés. Il n’existe aucun équivalent euro à dix unités d’alimentation, quinze unités logement ou vingt unités de loisir… Mais ne vous inquiétez pas. Nous savons très bien utiliser la solde que dépensent vos troufions dans nos claques. ».

Le réseau clandestin fut baptisé l’« hydre de Lerne‭ » et l’état-major engagea cinq-cents informaticiens indiens, à Bangalore, pour pouvoir étouffer d’un coup l’ensemble du système. Ce qu’ils n’avaient pas encore compris, c’est que de toute façon, il y avait un taux potentiel de remplacement de 1 pour 500, et que certaines grappes, prêtes à démarrer, étaient configurées pour prendre le relais, avec une situation avec 24 h d’écart, de la totalité du réseau, en moins de dix minutes.

Mais, l’État-Major Américain savait maintenant que l’Armée Française avait réussi là où toute autre armée avait échoué. Son effectif et ses matériels étaient totalement intégrés dans la structure civile. Nombre de citoyens devaient pouvoir s’armer et s’équiper en quelques heures, voire quelques minutes. À part pour des périodes d’entraînement, périodes suspendues depuis l’invasion, les militaires avaient un emploi régulier au sein du secteur civil. Le « pire‭ », c’est que le gouvernement fantoche croyait toujours qu’il devait en recréer une et s’étonnait du manque d’intérêt de leurs concitoyens pour les campagnes de recrutement…

Bien sûr, hiérarchie militaire et gouvernement parallèle devaient fonctionner de la même manière… Les institutions renversées par l’invasion n’avaient été qu’un simulacre, remplacé d’ailleurs par un nouveau. Leurs « alliés‭ » français, au « pouvoir‭ » ne se vantaient pas de servir à rien. L’ordre régnait en France grâce au vrai pouvoir, bien dissimulé, mais omniprésent. ‭‭‭Ne serait-ce que parce que c’était lui qui permettait aux français, par l’octroi de ces crédits consommation basés sur une juste répartition de la ressource, avec respect du minimum vital, valorisation au mérite et au travail effectué. Cette ressource leur permettait non de survivre, mais de vivre décemment. La guerre contre ce pouvoir aurait pu se faire par la destruction des infrastructures et des cultures agricoles justifiée par des affrontements guerriers. Mais ceux-ci n’avaient pu avoir lieu faute d’ennemi « visible ». Néanmoins, à peine les forces alliées seraient-elles reparties que les instances aujourd’hui en place seraient déchues sans coup férir.

Dans les casernes alliées, c’était le souk. Si l’annonce de six morts avait inquiété depuis soixante-douze heures, le petit film ‭‭‭ de trois minutes avait sapé tout le travail de remise au goût du jour de la discipline, sans compter pour les soldats à tous les niveaux la perte de confiance en leurs chefs suprêmes. Les sorties distraction reprenaient de plus belle. Si l’état-major avait diffusé ce qu’il savait, il serait passé pour paranoïaque. Il lui fallait absolument provoquer les Français pour avoir, tant qu’il en était encore temps, un véritable affrontement.

Chapitre suivant : La Campagne de France

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?