Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Les Bonus

La clique des People

Ce texte s’applique à tous ceux qui ont laissé la honte s’installer

Artistes, je vous hais.

Vous aviez un talent. Vous l’avez vendu. Vous aviez des rêves. Vous voulez de l’argent. Vous aviez un public. Vous exploitez un marché. Vous étiez quelqu’un. Vous êtes un produit.

Acteurs, je vous déteste.

Vous aviez de la mémoire. Vous avez un répertoire. Vous aimiez les personnages. Vous êtes des pantins. Vous aimiez le drame, l’aventure, la comédie. Vous êtes Pathé..tiques.

Auteurs, je vous abjecte.

Vous connaissiez la littérature. Vous faites de la prose sans le savoir. Vous vouliez écrire pour l’immortalité. Vous faites de la mode. Vous deviez éduquer les masses. Vous les abêtissez pour leur plaire en les flattant. Vous deviez créer. Vous plagiez l’existant classique en le dégradant. Vous aviez la responsabilité du dictionnaire. Vous en avez fait un espace mortuaire, où les mots ne font que passer pour ensuite trépasser, parce qu’au lieu de les entretenir et de les faire vivre dans vos livres, vous interrogez les djeuns sans culture pour y mettre des « nouveautés‭ ».

Chanteurs… je vous cherche.

Où êtes-vous ? Ceux qui nous donnaient de la joie. Ceux qui savaient marier musique et paroles. Ceux qui avaient un message, de la personnalité et de l’amour à donner. Sur le net, dans le libre ? Il y a beaucoup d’apprentis « produit de consommation‭ », beaucoup de pauvreté, beaucoup de copiage. N’y aurait-il plus assez de notes pour qu’on ait besoin de bruits électroniques, de mixage… Écoutez Brassens.

Un chanteur, c’est d’abord une voix, puis des mots et enfin une petite ritournelle. Mais c’est surtout quelqu’un. Seulement les textes, la personnalité ‭‭‭aujourd’hui hein ?

Quant aux voix, lissées électroniquement, homogénéisées, elles ne laissent aujourd’hui passer aucune émotion. C’est une signature électronique que tout le monde imite.

C’est pour ça qu’un « petit chanteur‭ », dans la rue, est aujourd’hui meilleur que ce qu’on entend sur les ondes. Car il ressent ce qu’il chante, et nous le ressentons avec lui.

Ne parlons pas des chanteurs « engagés‭ ». Hypocrites et sans talent. Les chanteurs ne sont que des interprètes de paroliers prolifico-minabilis avec des sons « arrangés‭ »: le résultat est aseptisé et consommable par le plus grand nombre comme peut l’être une bouillie.

Producteurs, décideurs, fonctionnaires irresponsables et consorts, je vous déclare la guerre. Vous avez tué la culture en lui substituant vos produits minables. Vous avez créé un marché artificiel qui sous couvert de loisirs, est une véritable industrie du vent. Par contre, le détournement d’argent est bien réel, qu’il s’agisse de l’escroquerie à vendre un produit périssable très cher, de détourner des taxes et des subventions, de monopoliser des découvertes techniques à votre seul profit (aujourd’hui atteinte des programmes libres et du P2P, hier, vol de la télévision et de la radio par saturation des ondes et achat de tous les canaux possibles et demain vol de la hi fi par les formats propriétaires, le flicage en dur dans les lecteurs de musique (ce qui était impossible sur un tourne-disque ou une cassette audio) et de films (mort de l’analogique, qui est encore incontrôlable à 100% ‭‭‭ et trop compliqué à faire évoluer rapidement).

Demain, il sera impossible de passer de simples films de vacances pris avec son caméscope Hitachi sur sa télé SONY, car ils n’auront pas les mêmes formats de DRM.

Après avoir tué la culture classique, vous allez ‭‭‭ tuer la créativité personnelle qui aurait pu résister à votre décervelage en règle dans l’éducation ou par l’intermédiaire des « loisirs culturels‭ » (Télé, musique, radios, journaux)

People, je te méprise. Je te vomis. Je te conspue. Médiatique, que tu sois originaire du sport, de la mode, de la chanson, du music-hall, du théâtre, de la politique, de la radio, de la télévision, du cinéma ou d’ailleurs, dès que les journaleux sortent leur stylo ou tendent un micro, dès qu’une caméra pointe sur toi, tu penses à ton image, tu penses à ton argent et tu te crois supérieur au peuple qui attend ta « prestation‭ ».

T’es-tu bien regardé ? À vouloir plaire à ton microcosme, à vouloir convaincre le public d’acheter ta daube, à vouloir te convaincre de ton existence, tu te rabaisses à toutes les bassesses. Tu participes à des parties d’hypocrisie, tu défends la cause de tes financiers, tu mens à ceux qui te regardent. Et surtout, tu es souvent très con. Et tu entraînes avec toi les gens fragiles ou fatigués de leur journée, les enfants laissés à eux-mêmes, les vieux qui s’emmerdent, et surtout la masse de pauvres qui n’ont que la télé publique vers le fond de la déchéance intellectuelle en étouffant le sens critique, en habituant les gens à des produits minables, en faisant rêver au luxe alors que le vrai rêve c’est une bonne vie. Mais la frustration est le ferment de la consommation. Alors, tu gâches la vie des gens, avec leur propres moyens (redevance, consommation qui paie la pub) en plus.

People, tu es un parasite, une maladie, une plaie. Les fils et les copains prennent la place des pères au sein de la mare aux canards (ou de la fosse septique). Et tu t’étales partout comme une gangrène, une pollution, une invasion. Je n’ai pas assez de salive et assez d’encre pour lutter contre les tabloïds, les multi-chaînes gratuites ou payantes, les radios et même les emballages de petits déjeuner. Je n’ai même pas une place dans les médias que tu as colonisé. ‭‭‭ Mais sur le Net, je peux te dire mon dégoût, espèce de traître, de cafard, et même de bousier.

Ami internaute. Merci de m’avoir lu jusqu’au bout. Copie ce texte. Va le mettre partout où tu peux. Le Net doit rester propre, et permettre à la dignité de l’individu de reprendre le dessus.



Divagations

Avertissement Avant Lecture

Ce qui suit est une piste de réflexion personnelle qui peut intéresser ou au moins permettre la réflexion personnelle. C’est peut-être un peu simpliste, mais ça ne se veut pas « théoricien ». C’est juste pour que chacun, lorsque il votera, ou qu’il manifestera, ou qu’il s’engagera, se soit d’abord posé toutes les questions qu’il aborde…

Et puis, si ce texte était parfait, il n’y aurait rien à ajouter, rien à critiquer, et ce n’est pas faire un texte parfait qui m’intéresse…




Et si l’occident était en crise ?

Une crise qui n’aurait rien à voir avec les problèmes internationaux, le pétrole, les matières premières. Juste une crise de croissance, voire une crise structurelle.

Un précédent article parlait de crise due à une révolution technologique (Le monde de l’information, c’est-à-dire informatique et Net) qui entraînait une révolution des esprits, puis une révolution tout court.

Une révolution technologique pourrait rendre un modèle de société obsolète ?

Pour certains modèles tyranniques, oui, dix fois oui.

Pour la démocratie, non.

Montesquieu dans son « Esprit des Lois‭ » concluait sur la démocratie, que tout utopique que soit le modèle, il ne pouvait fonctionner qu’avec un petit nombre d’individus. Mais il n’avait pas prévu le progrès technique, ni la force d’un pouvoir judiciaire en équilibre de l’exécutif, ni la « force de persuasion‭ » des médias.

Nos institutions sont fatiguées. Elles supportent une classe qui en connaît les moindres recoins et qui y fabrique des niches pour la parasiter. C’est un peu un clocher envahi par les corbeaux. On peut imaginer l’état de dégradation.

Cette classe est liée à celle des marchands.

En 1789, il y avait les nobles et les notables. Aujourd’hui, les nobles ont infiltré les notables de l’administration et les conseils d’administrations des entreprises d’état. Tandis que les notables marchands ont investi la vie économique.

Le libéralisme est aussi dénaturé que la démocratie. Des sociétés « de régulation‭ » du commerce servent les intérêts des industriels déjà installés contre la nouvelle concurrence ou le petit commerce. La liberté d’entreprendre n’existe plus.

Il faut très vite se soumettre sinon, c’est le rachat ou la ruine par harcèlement.

‭‭‭Tous les secteurs sont atteints. Les derniers marchés à conquérir sont les pays de l’est et les pays d’Asie-Centrale en paix. Seul le marché chinois résiste. L’Afrique n’existe pas encore et sera commercialement colonisée seulement quand la paix sera en place. En attendant, c’est le far-west et le vol manifeste qui y domine.

Faut-il raser le clocher pour autant ? Non, il faut trouver le « Hercule » qui nettoiera tout ça.

L’Europe aurait pu en son temps changer la donne. C’est fini. L’amer épisode de la constitution européenne l’a prouvé. Cette constitution est une constitution de marchands.

Le ras-le-bol de la population exploitée comme des poulets en batterie est aujourd’hui canalisé comme un vulgaire paramètre d’élevage. Comme en batterie, où une poule ne doit pas pouvoir voir le cul d’une autre sans risque de crêpage de chignon, la colère des individus est dirigée vers une recherche de plaisir immédiat, mais qui doit toujours être un peu frustrant, pour les motiver au travail, celui-ci source de revenus pour pouvoir assouvir ses nouveaux besoins préfabriqués et au passage enrichir encore la même caste via la consommation cette fois.

La peur du gendarme, mais surtout la peur de manquer, la peur de la solitude et la peur de l’inconnu retiennent à la ferme ces animaux pensants domestiqués.

Certains servent de « nourriture‭ » (consommateurs dégageant des bénéfices‭ »), d’autres de bêtes de somme et encore d’autres de gardiens. Car ce troupeau n’a besoin que d’être guidé pour être exploité. Sinon, il subvient à ses besoins élémentaires.

Il pourrait bien sûr mieux vivre s’il n’était pas parasité. C’est pour ça que les « chefs‭ » potentiels sont tués dès la naissance par l’inculture et la manipulation, œuvre des médias.

Aujourd’hui, un média échappe encore au contrôle. C’est le Net. Voila pourquoi DADvSI, en France comme à l’étranger est imposé. Aujourd’hui, les admins de ce site sont responsables de la moralité des « dialogues‭ » dans nos débats (racisme, incitation à la violence etc.). Demain, ils seront responsables des « incitations au piratage‭ ». Et après- demain, si on n’y prend garde, ils ne seront plus responsables de rien car ils n’existeront plus.

Pour un guest ordurier, il y aura eu dix captures d’écran en une seconde et il y aura des « procès‭ » de la part des ligues de défense des droits de l’homme.

Pendant ce temps, la corruption aux plus hauts sommets aura le temps de se préparer les lois d’amnistie.

Les droits d’auteur ont été le « cheval de Troie‭ » pour permettre une DADvSI liberticide qui rétablit un « ordre marchand‭ » sur le Net.

Les auteurs, les philosophes, les penseurs (et non les star’ac) peuvent effectivement, comme au 18° siècle, être le ferment de la révolte grâce à la connaissance. ‭

‭‭‭‭‭‭Pour lutter contre le retour des obscurantismes religieux, le retour des « jeux du cirque‭ » et du clientélisme, ainsi que le retour à la barbarie (car la « gestion‭ » du troupeau passe parfois par une « sélection‭ » et une éradication des éléments surnuméraires), il faut s’unir.

Non pas sur le sujet des droits d’auteur. La « plate-forme publique‭ » de l’article 31 a de quoi satisfaire les artistes « qui ne sont pas dans le circuit commercial‭ ». Elle sera financée par un prélèvement quelconque. Mais il ne faut pas se fâcher « pour si peu » car c’est bien le but de diviser pour régner.

Il faut s’unir contre DADvSI et ses instigateurs. Il faut dénoncer la CISAC et ses succursales nationales par secteur. Il faut dénoncer l’OMC et la banque mondiale. Il faut refuser la publicité à la télé. Il faut nettoyer nos institutions.

‭‭‭‭‭‭Il faut recréer la Démocratie et faire appliquer des règles simples, en en supprimant les alinéas véreux qui ont été implantés par les politiques véreux. Il faut recréer un libéralisme artisanal qui permet la petite entreprise, la seule qui donne du travail localement dans le tissu social.

‭‭‭‭‭Il faut remettre en vigueur les lois antitrust.

En France, on peut encore le faire. Les autres pays suivront.

Le Radar

J’ai appris par les journaux la raison de ces travaux sur la route de mon boulot. Sur le bas-côté dorénavant, il y aurait un radar vigilant qui contrôlerait ma célérité au poil près avec sévérité. Nous étions bien avertis que si par malheur nous étions pris en photo de bon matin, peu après il faudrait payer la contravention et que nous perdrions des points. Il fallait donc faire très attention, car sous prétexte de chauffards chroniques, tout le monde à cause du politique devenait la proie de l‘électronique, par le contrôle systématique, et de la sanction automatique. Il devenait ainsi plus pratique de sanctionner le délit sans juger et d’encaisser ainsi plus rapidement d’icelui incontestable le règlement.

Le radar c’est comme qui dirait, sur le côté une boîte carrée qui me regarde comme un coupable et me laisse aller comme un minable. À partir d’aujourd’hui et pour la vie, dès le réveil j’aurai cet œil maudit qui veut me condamner à l’enfer alors que je n’ai pas tué mon frère.

Et pour mieux veiller à ma sécurité, sur le Net aussi je suis fliqué. Pour tous la liberté d’expression, lorsqu’on se plaint devient diffamation. La loi dans la confiance numérique a autorisé d’étranges pratiques. Dans ce monde nouveau épris de liberté ont voulu s’imposer les grandes sociétés qui avaient le contrôle des marchés mondiaux comme celui des mouvements sociaux. Mais l’internaute était un nouvel animal qui risquait de perturber l’ordre mondial. Et c’est de l’industrie de la culture qu’est venue l’attaque la plus dure.

‭‭‭La propriété intellectuelle, devenue droit industriel, et arme de guerre conventionnelle du secteur très concurrentiel des marchés du logiciel impose des normes contractuelles aux économies.

Mais sous prétexte de piratage, les sociétés du son et de l’image, utilisent leurs petites sœurs des médias afin qu’elles fassent passer leurs galimatias. Elles parlent de droits d’auteurs bafoués, mais il faut comprendre bénéfices menacés. Elles se plaignent de manque à gagner là où les résultats ne font que stagner comme si la crise générale ne devait pas écorner leur capital. Elles harcèlent les hommes politiques avec de fausses raisons économiques pour obtenir des mesures drastiques servant leurs visées stratégiques. Elles créent des conflits juridiques dans un but hégémonique broyant tour à tour concurrents et internautes innocents sur la base de lois type DADvSI, aux potentialités sinistres, poussées en sous-main par certain ministre, abusant d’une majorité absolue à toutes les assemblées d’élus. Il est aujourd’hui par décret interdit de copier un CD pour écouter en voiture alors qu’on paie une taxe sur la copie privée sans commettre un acte de forfaiture‭ :‭ avoir le logiciel pour graver malgré les mesures de contrôle d’usage, qui interdisent sur le Net le partage.

Les artistes vaches à lait des majors, pour conserver avec elles leurs accords, autorisent l’encodage propriétaire qui pour l’écoute ou la vue de leurs œuvres oblige à l’achat du matériel nécessaire. « Vente liée‭ » est le nom de cette manœuvre, frauduleuse mais rarement punie, ou alors bien en deçà des bénéfices. Voilà ce qu’est aujourd’hui la Justice. Pour l’un la ruine, pour l’autre le déni.

Ces artistes n’ont pour ambition que de se remplir les poches en nous prenant pour des cloches durant des générations *.

Pour mieux connaître le consommateur, les vendeurs veulent aller sur son ordinateur. Au passage, ils pourront voir ses disques. Vous imaginez bien pour lui le risque… Et bien pas notre cher législateur au service du ministre de l’intérieur.

Notre gouvernement avide de nos voix, puisque en deux mil sept nous aurons le choix prend des mesurettes anti-fumeurs qui donne un képi à chaque délateur.

‭‭‭Sur la route, mécanique ou assermenté, virtuel sur le net, amateur en public, toujours pour des raisons de sécurité, partout où nous sommes, y’a un flic

‭‭‭Les riches pourront toujours payer, pour avoir le droit de rouler, mais le peuple devra travailler pour éviter à l’état de couler.

Pour lutter il y a le monde du libre, des créateurs qui pour l’équilibre vous proposent gratuitement de profiter de leurs créations. D’autres animent des discussions pour vous dire quand où comment il vous faudra venir défendre cette liberté qu’ils veulent vous prendre.

Et s’il faut récrire une carmagnole, pour défendre les droits de la bagnole, faire baisser le prix du pétrole, faire entendre notre parole…

Chanter une nouvelle marseillaise, pour qu’ils se sentent moins à l’aise…

Ces riches qui nous méprisent, ces politiques qui nous les brisent

Ces privés qui nous volent, ces flics qui nous contrôlent…

La situation ne fait qu’empirer, alors, tous prenons les devants,

Le radar c’est comme qui dirait… au suivant… au suivant.



fredleborgne



* Par « Ces artistes », il faut bien comprendre « les artistes qui ont signé des textes en faveur de DADvSI » et qui veulent des rentes à vie, (et même à mort pour leurs héritiers) y compris en imposant les ordinateurs personnels et les abonnements internet à leur profit ou celui de leurs sociétés de production.

Je respecte les vrais artistes mais je regrette de ne pas entendre leur voix à mes côtés.

Factice

Factice est ma première « Nouvelle du Net ». Je me suis inspiré de certains posts de mécontents de FAI sur les forums. Surtout un. Entre lui et son FAI, ça ne passait pas. En plus, les modos du site lui disaient de faire le n° de la hotline pour régler ses problèmes.

Ce numéro étant réputé injoignable, et Bisbille reprochant aux modos de ne savoir que conseiller ce moyen-là, j’ai écrit cette petite scène fortement inspirée du malade imaginaire (Acte III scène 10)

Je rappelle que je suis pour l’instant très satisfait de mon FAI.



Factice

(Acte III scène 10) Modo - Bisbille - Fred Le Borgne

Modo ‭ :‭ Monsieur, je vous demande pardon de la curiosité que j’ai eu de vouloir dépanner un illustre abonné de Factice comme vous êtes. Et la réputation acquise partout par vos posts sur ce forum peut excuser la liberté que j’ai prise.

Bisbille‭ :‭ Cela est admirable. Monsieur, je suis votre serviteur.

Modo‭ :‭ Je vois Monsieur, que vous me regardez fixement. Combien d’internautes ai-je aidés à votre avis ?

Bisbille‭ :‭ Je crois que vous en avez aidés vingt-six ou vingt-sept.

Modo‭ :‭ Ah Ah Ah Ah. Sous mes différents pseudos, j’en ai dépanné quatre-vingt-dix.

Bisbille‭ :‭ Quatre-vingt-dix.

Modo‭ :‭ Oui, c’est un des secrets de mon art que de savoir dissimuler mes talents, et de me conserver ainsi frais et vigoureux.

Bisbille‭ :‭ Par ma foi. Voilà un pseudo avec peu de posts affichés ‭‭‭ pour quatre-vingt-dix sauvetages.

Modo‭ :‭ Je suis informaticien volage. Je vais par les forums, les sites et les rayons de grande surface secourir l’infortuné novice qui désire s’équiper pour surfer sur les autoroutes de l’information. Je dédaigne m’occuper de simples problèmes de connexion ou de configuration par défaut. Je veux de ces problèmes d’importance, réseaux, domaines masqués, adresses IP, normes techniques, propriétés TCP/IP, Normes‭ :‭ ANSI T1. 413i2/G. DMT (ITU992. 1)/G. LITE (ITU 992. 2)/G. DMT annexes A, B, C ‭‭‭ …

Bisbille‭ :‭ Je vous suis obligé, modo, des bontés que vous avez pour moi.

Modo‭ :‭ Indiquez-moi les voyants. Hoy, ce débit fait l’impertinent. Qui est votre F.A.I ?

Bisbille‭ :‭ Factice

Modo‭ :‭ Cette femme-là n’est point dans mes petits papiers. De quoi a-t-elle dit que votre liaison vacille ?

Bisbille‭ :‭ Elle dit que c’est d’un manque de patience, et d’autres disent que c’est d’un manque de services.

Modo‭ :‭ Ce sont tous des ignorants. C’est du 118 911 que vous êtes malade.

Bisbille‭ :‭ Du 118 911 ?

Modo‭ :‭ Oui. Que sentez-vous quand vous surfez ?

Bisbille‭ :‭ J’ai mon upload qui peine.

Modo‭ :‭ Justement !‭‭‭ le 118 911.

Bisbille‭ :‭ Il me semble parfois que mon débit est bridé.

Modo‭ :‭ Le 118 911.

Bisbille‭ :‭ Qu’il y ait quelquefois des déconnexions intempestives.

Modo‭ :‭ Le 118 911.

Bisbille‭ :‭ Je sens parfois des temps de réponse assez longs.

Modo‭ :‭ Le 118 911.

Bisbille‭ :‭ Et quelquefois, il m’arrive de pinguer dans le vide, comme s’il n’y avait pas de proxy.

Modo‭ :‭ Le 118 911. Vous avez envie de télécharger ?

Bisbille‭ :‭ Oui modo.

Modo‭ :‭ Le 118 911. Vous aimez téléphoner en illimité ?

Bisbille‭ :‭ Oui modo.

Modo‭ :‭ Le 118 911. Il vous prend une petite colère après une certaine pub et vous n’êtes pas bien aise de dormir ?

Bisbille‭ :‭ Oui modo.

Modo‭ :‭ Le 118 911. Le 118 911 vous dis-je. Lui seul peut quelque chose pour vous. Que vous ordonne votre bon sens pour vous connecter ?

Bisbille‭ :‭ Il m’ordonne de bien lire les tutoriaux.

Modo‭ :‭ Ignorant.

Bisbille‭ :‭ Les forums.

Modo‭ :‭ Ignorant.

Bisbille‭ :‭ De demander aux copains.

Modo‭ :‭ Ignorant.

Bisbille‭ :‭ De bien procéder dans l’ordre.

Modo‭ :‭ Ignorant.

Bisbille‭ :‭ Et surtout de patienter.

Modo‭ :‭ Ignorantes, Ignoranta, Ignorantum. Il faut téléphoner au 118911, et pour votre abonnement, qui n’est pas assez complet, il faut demander le service télé, la protection anti-virus, le forfait mobile. Et bien lire vos CGU. Je vais vous les télécharger et je viendrai en discuter de temps en temps tandis que je serai connecté en ce forum.

Bisbille‭ :‭ Vous m’obligez beaucoup.

Modo‭ :‭ Que diantre faites vous de cette clé USB WIFI ?

Bisbille‭ :‭ Comment ?

Modo‭ :‭ Voilà une clé que je débrancherai sur l’heure si j’étais que de vous.

Bisbille‭ :Et pourquoi ?

Modo‭ :‭ Ne voyez-vous pas qu’elle attire au portable toute la bande passante et qu’elle empêche à votre fixe de télécharger ?

Bisbille‭ :‭ Oui, mais ma femme utilise le portable pour surfer dans la cuisine.

Modo‭ :‭ Vous avez là aussi un conjoint que je ferai crever si j’étais en votre place.

Bisbille‭ :‭ Faire crever ma femme ?

Modo‭ :‭ Voyez-vous pas qu’elle vous incommode, et vous dérobe vos ressources ? Croyez-moi, faites la crever au plus tôt, vous en mettrez plus à gauche.

Bisbille :‭ Cela n’est pas pressé.

Modo‭ :‭ Adieu. Je suis fâché de vous quitter si tôt. Mais il faut que j’aille aider un internaute qui a résilié hier.

Bisbille‭ :‭ un internaute qui a résilié hier ?

Modo‭ :‭Oui, pour aviser et voir ce qu’il aurait fallu lui faire pour conserver sa clientèle. Jusqu’au revoir

Fred Le Borgne‭ :‭ Voilà un modo fort habile.

Bisbille‭ :‭ Oui, mais il va un peu vite.

Fred Le Borgne‭ :‭ Tous les grands modos sont comme cela.

Bisbille‭ :‭ Supprimer ma liaison avec le portable, et faire crever ma femme afin que je puisse consommer mieux ? J’aime bien mieux me priver un peu. La belle opération que voila de me rendre enchaîné au fixe et veuf !

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?