Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

La plus belle des prisons ?

24/05/2006, 19:46

Brian est convoqué chez le chef de centre. Ce genre d’événement est tout à fait exceptionnel. En effet, ce responsable n’a pas de contact habituellement avec les prisonniers.

Il se rend seul au bureau concerné. C’est tout de même un bon présage. La secrétaire le fait patienter sur un canapé et il en profite pour lire en français la revue « Science et Vie‭ ». Il sourit de constater que le « complément sensible‭ » est en ligne pour les abonnés seulement.

Les français protègent certaines avancées techniques des regards de l’envahisseur, mais l’information est disponible pour les concitoyens. Cette confiance en la population est assez incroyable.

Il est interrompu dans sa lecture par la secrétaire. Brian franchit le seuil du bureau et se retrouve dans un bureau immense face à un petit homme austère, qui lui fait signe de fermer la porte derrière lui.

— Avancez, mon jeune garçon, n’ayez pas peur. Asseyez-vous.‭

Brian s’exécute. Au passage, il voit face à son interlocuteur un gros dossier à son nom. L’informatisation n’a pas encore supprimé le papier chez les grands pontes. De plus, il y a une feuille griffonnée à la main. Des notes de l’intéressé semble-t-il.

— Comment se passe votre séjour parmi nous ?

— Je pense que l’histoire a connu des détentions beaucoup plus désagréables. Néanmoins, une détention reste une détention.‭

— Vous avez eu l’opportunité de vous enfuir il y a peu.

— Vous avez su créer une chaîne très difficile à briser.

— Je vois que vous savez apprécier la qualité de notre système. Mais ce qui m’intéresse, c’est de savoir quel est votre état d’esprit aujourd’hui.

— Je me suis bien adapté à la situation parce que vous avez créé les conditions pour cela. Je parle couramment le français grâce à vos cours accélérés et à l’immersion forcée. Les sujets abordés dans le cadre de mon travail pour vous sont intéressants à la différence des premiers, très propagandistes. Ce serait même un emploi qui me plairait, bien qu’il ne doit pas exister en temps de paix.

— Détrompez-vous. Hors cadre de la propagande, la communication directe avec des partenaires extérieurs, sans la déformation des médias à la recherche du scoop et du profit est une nouvelle forme de journalisme. Chez nous, ce métier existe et garantit la véracité des faits et l’indépendance du rédacteur. Nous manquons juste de « traducteurs‭ » et de « professeurs‭ ». Voilà pourquoi nous nous sommes un peu servis chez l’ennemi.

— Vous savez que vous n’avez pas le droit de me faire travailler contre mon propre pays, selon les Conventions de Genève.

— Il est plus exactement marqué que nous ne pouvons vous forcer à travailler contre les intérêts de votre camp. Il est vrai que vous avez subi quelques pressions psychologiques au départ pour vous suggérer le pire en cas de refus de votre part. Nous n’avons assassiné personne dans les caves de cet établissement, ni ailleurs. Il y a des lieux de détention cachés qui respectent la volonté des prisonniers de ne pas faire ce que vous faites ou qui ont tenté de nous tromper. Mais eux ne bénéficient pas non plus de votre régime de faveur, sauf ceux qu’on a pu changer d’emploi, et qui font tourner le centre, comme des cuistots, du personnel d’entretien… et là, on a le droit.

— Je dois reconnaître que le fait d’être payé, avec des primes de surcroît, fait céder certaines réticences. Mais je ne me considère pas comme un traître pour autant.

— On ne vous en demande pas autant. La propagande est du ressort de nos personnels nouvellement formés maintenant. Et comme vous l’avez fait remarquer, vous ne travaillez plus contre les intérêts de votre pays et de sa population, mais tout de même contre la World Company. À ce titre, si nous perdons notre combat, vous pourriez être inquiété.

— Que voulez-vous de moi ?

— Comprendre. Notre système fonctionne bien. Mais nous voulons savoir à quel point, car vous avez fait progresser les limites de nos objectifs à atteindre. Votre sortie dernièrement s’est passée dans la clandestinité la plus totale au sein de nos services. Ce collier étrangleur est choquant et son usage a failli être dramatique. Il était prévu pour le transfert de prisonnier et sa mise en œuvre devait être plus sécurisée que ça. Il fallait le déclenchement de deux des accompagnateurs sur quatre. Enfin, vous avez failli être tué à cause du remue-ménage qui a attiré la patrouille‭.

— Tué ? Tué par qui ?

— Votre amie était armée. Elle avait poussé le cran de sûreté, nous nous en sommes assurés. Vous êtes passé à côté du pire, sans compter qu’elle aurait pu être tuée elle-aussi par la patrouille.

— Monsieur, est ce pour cela que je ne l’ai pas vue depuis ? C’est de ma faute si…

— Le devoir d’un prisonnier, selon les textes, est de s’échapper.

Elle est donc seule responsable pour ses actions de sabotage du système de sortie et son imprudence qui aurait pu être fatale. Néanmoins la situation est inédite. Aucun système carcéral n’a volontairement rapproché gardiens et prisonniers pour devenir efficace. Nous craignons une « contagion‭ » de ce genre de tentative. D’autre part, le système a fonctionné. Vous n’avez pas tenté de vous enfuir. Ne vous inquiétez pas. Votre amie, après interrogatoire, était trop secouée psychologiquement par cette expérience. Elle était donc en vacances dans un centre spécialisé de remise en forme. Là aussi, on ne peut pas dire qu’il y a eu sanction, jusqu’à maintenant. Elle sera mise aux arrêts à compter de demain pour une période d’un mois. Néanmoins, vous pourrez toujours vous voir.

— Merci monsieur.

— Revenons à vous. Vous connaissez le « syndrome de Stockholm‭ », qui peut affecter des otages. Pensez-vous que vous en soyez atteint concernant votre réclusion ?

— Non monsieur. Je ne pense pas que je puisse avoir de la sympathie pour des matons « classiques‭ ». Je peux avoir été influencé par vos idées dans le cadre de mon travail, je peux être heureux de bénéficier de votre fameux « traitement de faveur‭ » et je ne sais pas, en cas d’arrivée impromptue de forces américaines si vous allez nous exécuter traîtreusement ou pas. J’aurai donc des raisons d’être inquiet ou stressé. Je comprends mieux les larmes de mon amie à notre retour. Je sais aujourd’hui toute la sincérité de notre relation, même si vous savez la force de son engagement. Pour ça, oui, je peux dire que moi-même je n’arrive plus trop à vous considérer comme un ennemi. Mais ce sont aussi mes gouvernants qui vous ont désigné comme tel. Je pourrais aussi vous répondre. « Pensez-vous que je sois un ennemi pour vous ?‭ »

— C’est bien pour cela que toutes les armées du monde condamnent la « fraternisation‭ » entre les combattants et diabolisent le camp adverse. Néanmoins ensuite, le retour à la paix en est compromis et le risque d’une nouvelle phase d’hostilité élevé. Je constate que les gens comme nous ont compris l’horreur de ces conflits fabriqués de toutes pièces pour contraindre une autre population à servir, soit les intérêts de l’agresseur, soit aujourd’hui ceux des marchands internationaux. Mais si les hommes, par eux-mêmes, ne sont pas des ennemis « naturels‭ », ils ont tout de même le réflexe de vouloir se protéger, eux et leur famille, et donc de servir du côté de leurs dirigeants plutôt que de faire confiance aux dirigeants d’une autre nation.

— Oui Monsieur. Mais aujourd’hui, j’ai l’impression que ma famille, mes amis, mes concitoyens, sont victimes de leurs propres dirigeants, mais surtout de notre modèle économique et social. La pauvreté, la frustration et les paradis virtuels nous empêchent de profiter d’une vie équilibrée, alors que votre système semble convenir à votre population, sans que d’autres en soit victimes. Propager vos idées dans mon pays, ce n’est pas autoriser une armée étrangère à nous mettre au pas, c’est permettre de nous libérer de ceux qui exploitent notre malheur et notre désir d’être heureux pour s’engraisser au-delà de leurs besoins et de toute limite raisonnable. Alors Monsieur, si jamais je ne prendrais les armes contre mon pays, contre un de mes camarades dans l’armée, à mon retour, je continuerai à défendre votre idéologie.

— Brian, je n’osais en espérer autant.

Néanmoins, même sympathisants, nous devons vous et moi rester prudents. Vos prochaines sorties seront donc surveillées. Ce ne sera pas votre compagne qui aura à faire le sale boulot mais il serait éventuellement fait. Trop d’intérêts sont en jeu. Si d’autres que vous obtiennent cette possibilité, l’autorisation de sortie pourra être soumise à quota en fonction de la disponibilité de mes moyens de surveillance et la responsabilité d’une tentative de fuite serait collective. Vous serez prisonnier jusqu’au bout. C’est aussi une protection pour vous. Sinon, vous risquez le peloton d’exécution de votre propre camp.

— Bien monsieur. Ma compagne étant sanctionnée demain, est-il envisageable d’espérer une sortie pour ce soir ?

— Elle a déjà été planifiée.

— Je voudrai pouvoir lui faire un cadeau, pour ne pas m’avoir tiré dans le dos.

— Je vais vous organiser un petit shopping avec un chaperon. Vous pourrez aujourd’hui dépenser ailleurs qu’au foyer.

— Merci Monsieur.

— Bonne journée Monsieur Oneyed.

Brian sort du bureau. Il ne sait pas si c’est la peur rétroactive ou la joie qui le fait ainsi trembler de tout son corps. Mais il va enfin revoir Véronique. Cette soirée sera inoubliable.

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?