Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Interrogatoires

08/05/2006, 21:35 ‭

Les néons bourdonnent et s’allument. Des portes métalliques s’ouvrent. Beuglements d’américains, soupirs et même, des jurons français. Le réveil dans la chambre des dames n’est pas très romantique. Le petit déjeuner ne leur est même pas servi au lit. Elles doivent se lever, se laver et s’habiller pour être prêtes à sept heures, heure de départ pour le réfectoire.

Elsa se redresse sur son lit, fait le dos rond pour décrisper le dos. Son matelas assez dur est de surcroît peu confortable et elle a quelques douleurs dans le dos. Petits mouvements de tête pour se réveiller, pose du pied droit en premier sur le carrelage froid et la petite lutine devant sa glace récupère toute sa beauté. Ses jambes de danseuse sont à la fois dures, musclées, arrondies et gracieuses et lui donnent une démarche légère et sautillante de moineau. Ses hanches sont fines, sa taille de guêpe laisse songeur, son dos est musclé avec une légère cambrure et ses petits bras, fins graciles et robustes grâce à la pratique de l’accordéon peuvent aussi bien servir à porter élégamment un sac à main que déménager un frigo. Elle a aussi de belles mains avec de petites paumes et de longs doigts fins mais non osseux. Ses ongles taillés en ovale, et souvent teints en rose complètent l’impression de douceur. Son buste tient bien et ses épaules sont assez carrées même si elles appellent à la caresse quand elles sont dénudées. Un cou fin et un visage gracieux, bien symétrique. Quand Elsa sourit, c’est un bonheur.

Mais aujourd’hui, son visage est plutôt fermé et dur. Même le débarbouillage sommaire ne le détend pas. Et sa tenue orange ne convient pas à un défilé de mode. Néanmoins, pas de poches sous les yeux et du dynamisme dans le regard. Elsa est prête à se battre.

Lait, chocolat, corn-flakes, flocons d’avoine, fruits, jus de fruit, miel, sirop d’érable, american pie et pancakes les attendent. On la prévient que le café a un goût infâme. Elsa apprécie tout de même ce petit déjeuner, un peu loin du café croissant, mais consistant et bon, excepté les corn-flakes C’est peut-être le seul repas qu’un Français peut partager avec un Américain.

À une petite centaine de mètres, Christian rêve de monter sur un ring avec un Américain. Il n’a pas dormi de la nuit et leur interrogatoire a été usant. Il n’a pas subi de réels sévices, mais il en ressort fatigué et agacé. Il sait que tout est dosé. Il va être récupéré par d’autres qui vont continuer bientôt leur travail de sape, avant qu’il ne puisse reprendre du poil de la bête. Il a envie d’exploser mais il sait qu’il doit au contraire se détendre. Penser à Elsa l’aide, tandis qu’il mâchonne son pain dur et boit sa décoction de glands grillés.

Il n’a encore rien dit. Il a nié, a reconnu son travail de gestionnaire de stocks, ne voit pas de quoi ils veulent parler, ne travaille pas sur le net, sauf pour passer des commandes ou utiliser une messagerie…

La résistance ? L’armée française ? Ce n’est pas lui. Il est marié, veut d’autres enfants, n’a rien contre les Américains tant qu’ils ne lui posent pas de questions stupides (là, il s’est pris une baffe).

Le gouvernement clandestin ? Connaît pas. Il ne connaît qu’un gouvernement, et ils devraient le connaître eux aussi puisque ils l’ont mis en place (autre baffe).

Puis ils posent des questions d’ordre quotidien. A-t-il une voiture ? Comment fait-il pour aller travailler. Le prix d’un abonnement mensuel au métro. Les impôts sont-ils trop élevés ? Leur erreur est d’interroger quelqu’un qui a connu l’ancien système et qui peut ainsi rester vague pour suggérer que rien n’a changé. Un jeune de 17 ou 18 ans ne connaît que le nouveau système de cercles de responsabilités, par domaine, par répartition géographique ou par mission. Il ne connaît pas les informations ancien modèle où elles étaient les mêmes pour tous, et diffusées en continu. Aujourd’hui, il y a un sommaire, avec le niveau d’importance et le type de contenu. Les décisions de cercles simplifiées sont obligatoires, les faits divers, le sport, le people, les spectacles sont optionnels, et les grands dossiers en cours sont permanents et mis à jour au fur et à mesure afin de coller au mieux avec la réalité. Ils y a aussi les infos spéciales, celles que tout le monde doit connaître pour sa propre sécurité. Enfin, le déroulé est au choix de l’informé‭ :‭ c’est ça l’interactivité. Petit détail. Selon l’âge de chacun et le niveau scolaire, les textes présentés varient, ainsi que les sujets.

Chaque personne a un login différent. Ce login est unique sur tout le répertoire national. Ainsi, chacun peut consulter sa boîte aux lettres de n’importe où.

En fait, tout le monde a deux login. Un vrai, et un pour quand les Américains sont en train de vouloir lire par-dessus votre épaule. On tombe alors sur un web totalement classique.

En cas de surprise, il suffit de cliquer en bas à droite pour basculer en trois secondes.

Dès qu’on utilise le login d’urgence, les responsables utilisent les hauts parleurs comme microphone s’il n’y a pas de webcam et l’ordi est physiquement situé. Le contenu du disque est aspiré vers un site pour être sauvegardé, les programmes additionnels supra-net s’effacent et un contenu anodin remplace l’espace libéré. Christian espère donc qu’on exige de lui qu’il aille sur le net, mais manifestement, ils ont déjà testé l’inutilité de la chose. Et ses tourmenteurs n’utilisent pas de micro-ordinateur pour le filmer ou noter ses réponses, ses réactions…

Elsa est conduite dans un bureau isolé pour répondre elle aussi à de nombreuses questions. Comme Christian, elle répond vaguement ou n’importe quoi. À la question « Vous moquez vous de nous ?‭ », elle répond « C’est selon‭ ». L’homme en face d’elle est impressionné par l’insolence de ce petit bout de femme. Elle n’a pas peur, semble en colère et prête à mordre. Son profil n’est pas intéressant. Inutile de perdre du temps avec elle. D’autres craqueront avant.

Il lui explique qu’il ne peut la relâcher tant qu’il n’a pas les renseignements souhaités. Elle lui suggère le 118 911, le numéro de téléphone de renseignements mis en place pour militaires américains en détresse. Le zeste de sympathie qu’avait encore son interlocuteur pour elle est instantanément réduit en cendres. Elle est reconduite à sa cellule, avec privation de repas de midi et de sortie jusqu’au soir.

Christian subit un deuxième interrogatoire, plus musclé que le précédent. Les questions sont toujours les mêmes. Manifestement, ils ne progressent pas.

À la fin, on lui propose de l’argent, voire un visa pour le pays de son choix. Christian fait mine d’être intéressé, mais prétend ne rien savoir de ce qu’ils demandent. Encore une baffe et retour en cellule.

Aucun des deux ne voient de porte de sortie. Christian va subir un interrogatoire toutes les trois heures.

À 19 h 00, Elsa fait la queue pour le repas avec les autres. Elle a faim et a triste mine. Son tourmenteur passe à ce moment-là, esquisse un sourire et décide d’un nouvel interrogatoire immédiat. Il est bredouille et espère mieux finir la journée. Il n’est pas autorisé à employer ces moyens là avec les « conjoints‭ », mais le règlement, il s’en moque. Ce qu’il veut, c’est des résultats, et cette morveuse semble à point.

Quand Elsa pénètre dans la pièce, il est en train de manger l’entrée de son plateau repas. Un autre plateau est disposé sur une table à côté, protégé par une cloche spécifique pour conserver la chaleur des aliments. Elle a compris, et se renferme immédiatement.

— Mademoiselle, désirez vous partager mon modeste repas ?‭

— J’aurai préféré une invitation dans un grand restaurant

— Votre tenue n’est peut-être pas adéquate

— Je pense que c’est plutôt à vous qu’on refuserait l’entrée.

— Toujours irrespectueuse.

— Toujours mufle.

— Puisque vous le prenez comme ça, vous ne mangerez pas ce soir.

— De toutes façons, je ne mange pas de ce pain-là.

— Soyez raisonnable.

— Je vous…

— Puisque c’est ainsi…La nuit porte conseil et… qui dort dîne, comme on dit chez vous‭.

Elsa pleure dans sa cellule. Elle se sent faible, et elle se dit qu’elle n’aurait peut-être pas dû provoquer son tourmenteur. Puis vient l’idée. Constatant que la faim passe après les heures de repas, elle décide que demain, elle va entamer avec effet rétroactif une grève de la faim pour exiger sa libération.

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?