Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Incarcérations

21/04/2006, 20:20

Elsa est séparée de Christian dès l’arrivée dans le camp américain. Elle est conduite dans la pièce d’un bâtiment préfabriqué où elle doit se laver, enfiler des vêtements oranges et remettre toutes ses « affaires personnelles‭ » au fourrier.

Après avoir voulu refuser tout en bloc, un sergent lui fait lire un document sur lequel figure l’autorisation pour l’Armée américaine d’emprisonner tout fauteur de troubles sur le territoire français. Cette autorisation émane du gouvernement fantoche qui ainsi laisse les mains libres à l’envahisseur pour « pacifier‭ » le pays, ou plutôt le soumettre.

Elsa, toute innocente qu’elle puisse être, comprend qu’elle est dans de beaux draps. Avec ce papier, les Américains peuvent se permettre quasiment n’importe quelle incarcération arbitraire.

Elle demande néanmoins à voir et pouvoir conserver un exemplaire de la partie du texte de loi définissant ses droits. Le sergent lui répond qu’en France, nul n’est censé ignorer la loi, et dommage pour elle si elle ne les connaît pas. « Vae victis‭ » pense Véra, même si elle sait que le combat est en cours et que ce sont les Américains qui perdront cette guerre de toutes façons. Elle éclate en sanglots espérant attendrir le sergent, réclamant la présence de son mari, rappelle que sa fille a besoin d’elle mais en vain. Le sergent la prévient que si elle ne se lave pas elle-même, deux filles de leur équipe de « soccer‭ » vont s’en charger.

Et le caporal féminin présent ne doit pas la quitter des yeux.

Elsa se sent humiliée de devoir ainsi agir devant une autre, qui lui demande de « frotter plus fort et partout‭ ». Elle a sa petite revanche lorsque elle la voit lorgner sur sa lingerie. Il faut dire qu’elle l’a choisie juste après le « réveil en commun‭ » et qu’il s’agit d’un savant mélange entre l’adorable et le diabolique. De garder ainsi ses sous-vêtements, cadeau acheté en commun avec Christian, elle se sent moins seule et moins désespérée.

Non coiffée après avoir sommairement séché ses cheveux après la douche, vêtue de son pantalon et de sa chemise orange, chaussée de deux espadrilles blanches, elle ressemble à une sauvageonne et sa frange lui retombe sur les yeux, ce qui l’oblige à l’écarter tout le temps.

En échange de ses affaires, on lui remet un badge magnétique qui porte son prénom et un numéro, un drap et deux couvertures. « Le reste suivra‭ » lui assure-t-on.

Mais combien de temps va-t-elle rester prisonnière ?

En plus, elle a faim, mais trop tard pour le repas de midi. Prochain repas à dix-huit heures.

Pendant ce temps, Christian vit la même chose, en pire. C’est lui la cible. Il fait donc d’entrée l’objet de railleries systématiques et de mini-sévices ayant pour but de le faire craquer dès les premiers interrogatoires. Ses affaires sont malmenées. la tenue fournie a déjà été portée et non lavée. Une espadrille est trouée. La douche est froide, il n’y a qu’un mauvais savon et on ne lui crie qu’un anglais cinglant, vulgaire.

On le bouscule aussi pour le faire se presser. Et un petit malin fait des allusions sur Elsa. Ils attendent un acte de violence qu’ils vont pouvoir exploiter ou souhaitent au minimum le contraindre à la honte de la résignation.

Christian n’est pas de la graine de looser. Son éducation a été assez rigoureuse et la pratique du judo, au niveau départemental lui a forgé une bonne constitution ainsi qu’un esprit bien trempé. Sa formation d’informaticien d’une part, ses lettres classiques de l’autre, lui permettent d’analyser froidement la situation en prenant du recul. Ces atouts lui permettent aussi d’anticiper les coups, qu’ils soient portés sur le physique comme sur le moral. Ainsi, il peut accompagner ou éviter un coup et réduire à néant la force de l’impact

Néanmoins, il adopte le profil bas pour éviter l’acharnement. Lui aussi est enfermé, seul, sans explication. Sa cellule empeste de l’imprégnation des déjections de ses précédents pensionnaires. Il ne s’inquiète pas trop pour Elsa qu’il considère lui aussi comme une dure à cuire, mais regrette de ne pas pouvoir veiller sur elle et lui offrir le monde qu’elle mérite.

À dix-huit heures, il entend des bruits métalliques sourds. C’est la roulante, qui emmène les repas. Choc alu contre alu, déplacement cahotante sur le carrelage posé trop vite. Il repère un ensemble de gamelles en alu et un quart posé dans un coin de la cellule. Il fallait s’y attendre. Sales. Il n’a pas le temps de nettoyer avec le mince filet d’eau et ses tourmenteurs rient en versant son repas dans ses écuelles cradingues.

Il préférera se contenter du quignon de pain pour ce soir. « Qui dort dîne‭ » philosophe t-il. Mais le sommeil est dur à trouver sur un sac de noyaux de pruneau…

Elsa elle fait la queue à un réfectoire. Elle est rabrouée et bousculée par les « matonnes‭ » mais elle parvient à créer un petit contact avec la fille de devant. « Un bonjour‭ » discret, un mince sourire… Il n’en faut pas plus pour commencer et comme les conversations sont interdites durant le repas… Elle espère que sa détention sera courte, car les repas sont minables tant par la qualité gustative que par leur déséquilibre diététique. Après le repas, les détenues sont laissées à l’extérieur dans une enceinte grillagée et Véra se présente aux anciennes. Celles-ci lui font bon accueil. Elles aussi en majorité vivent avec un informaticien mais aucune d’elles ne l’est. D’autres femmes sont elles aussi emprisonnées et « mises au secret‭ ». Elles doivent être informaticiennes. Toutes ont été arrêtées dans les deux semaines précédentes. Elles ne sont pas maltraitées mais le régime est plus dur pour les autres. Elsa a une pensée pour Christian. Il ne doit vraiment pas être à la fête.

Pour l’instant, il ferme les yeux et « écoute‭ » sa femme lui interpréter « La marche turque‭ » à l’accordéon un dimanche matin. Il ne sent même pas l’infâme cafard remonter le long de sa jambe de pantalon. Les concerts privés d’Elsa sont « inoubliables‭ » à plus d’un titre parce qu’elle joue pour le plaisir et le spectateur est conquis. Il se laisse ensuite dévorer par l’amante religieuse ardente malicieuse au moment qu’elle choisit car il est hors de question de l’interrompre.

Elsa quant à elle observe tout, pensant déjà à l’évasion. Sa nature rétive à l’ordre établi arbitraire, qui lui a déjà valu quelques ennuis, s’impatiente déjà du manque de liberté. Et les Américains, dans leur bêtise, la considère comme une idiote inapte au clavier sous prétexte qu’elle est artiste. Mais Christian lui a montré quelques instructions de supra-net, qui se rajoutent aux fonctions habituelles d’un OS classique et qui permettent de communiquer discrètement sur n’importe quelle machine « infectée‭ ». Donc son boulot va être de trouver un micro relié au réseau et de tester la présence de l’infection. Si la machine est infectée, elle pourra prévenir les admins du Supra-Net qui mettront les cercles concernés au courant. Le monde entier devrait ensuite le savoir…Elle demande des noms qu’elle « enregistre in petto‭ » pour pouvoir renseigner l’extérieur au maximum dès qu’elle en aura l’occasion.

Elle s’abstient de faire partager ses projets, au cas où une taupe serait infiltrée parmi les détenues, ou que l’une d’entre elle la dénonce, espérant une libération anticipée ou un traitement de faveur.

Il est vingt-deux heures et tout le monde ne dort pas. Le major DAD surveille les interrogatoires de cinq informaticiens, tirés de leur premier sommeil, de la pièce centrale à la structure hexagonale formée par les sept pièces. Ses fenêtres sont des miroirs sans tain La nuit va être longue et le café est exécrable. Serait-il manipulé lui-même pour être un tourmenteur acariâtre, donc plus efficace ? Derrière la vitre, Christian, un peu hébété tout de même, s’applique à présenter son profil le plus niais. Les choses sérieuses commencent.

Chapitre suivant : Palpitations

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?