Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Die Hard 3

11/04/2006, 23:18

Mille idées tourbillonnent derrière le petit front de Véra. Certaines l’enflamment, d’autres la dépriment, mais globalement elle est heureuse. Il lui manque, et elle aime ce manque. Mais elle veut faire cesser ce manque. Elle est fatiguée mais elle sait qu’elle ne pourra pas dormir. Elle est totalement irrationnelle. Son corps la torture en lui rappelant les caresses et les baisers. Elle rougit rétrospectivement de ses audaces de la nuit passée, mais ne regrette rien, bien au contraire. Elle se replace instinctivement dans le contexte et ravive quelques étincelles au-dessus du feu brûlant… qui couve.

Elle s’habille… sexy et sort « se changer les idées‭ ». Ses pas la conduisent au bar-discothèque de la veille.

Elle y trouve Franck, attablé, seul.

Le doute s’insère en elle. Froid, nauséabond. Elle ressent de la trahison, une éventuelle jalousie, une grande détresse. Et s’il n’était qu’un coureur ? Est-il possible qu’il sache qui elle est ? Non, il ne le sait pas. Sinon, il ne l’aurait pas abordée. Sa famille, son éducation, tout lui impose de ne pas fréquenter autre chose qu’un blanc de la haute société. Alors pourquoi il lui plaît tant ? Que fait-il ici ?

Elle désire le rejoindre mais une force le lui interdit.

Elle voit trois américaines en bordée nouer la conversation avec Franck et s’imposer à sa table. Il sourit, l’animal !‭‭‭ Elles le dévorent des yeux, gloussent comme des oies, se tortillent sur leurs chaises.

Elle cache ses cheveux avec son foulard et va choisir une table discrète, d’où elle peut tout voir. Ses yeux à la dérobée lancent des éclairs à ses « rivales‭ ». Elle en commande même une boisson alcoolisée.

Franck est surpris d’être ainsi le centre des convoitises. Il intéresse la meneuse du groupe mais les deux autres l’aguichent aussi pour le cas où. Néanmoins, s’il a « partie gagnante‭ » à tous les coups, il est peu intéressé. Ces filles, une noire et deux latines parlent un anglais qu’il ne connaît pas mais qu’il sent très vulgaire. Il a honte de penser cela. Lui aussi est un gamin des rues. Voilà pourquoi au premier abord, il les a bien accueillies. Mais il s’aperçoit des progrès effectués et de son changement depuis le moment où il a franchi dans le sens de l’entrée la grille du camp des Landes.

La futilité ne l’intéresse plus. Ça, il le doit à Bernard. Et il est moins timide. Et ça il le doit à Véra. Véra qui hier lui a fait découvrir un autre monde. Le sien, mais plus sous le même angle, ni surtout avec le même avenir.

Dans son oreillette, il entend une réflexion de son ange gardien.

— Vire-les, vite, ta copine est dans le coin. Non, ne la cherche pas, elle se cache‭.

Franck est affolé même s’il ne le montre pas. Il sent en plus une « présence‭ » contre le haut de sa jambe, et une autre plus fine et plus invasive qui augmente son trouble. Il écarte la main et regarde l’effrontée dans les yeux, plus amusé qu’en colère, mais surtout très gêné. L’autre dégage son poignet et lui coule un regard de braise, provocateur et gourmand.

Son « téléphone‭ » sonne.

— Ici ton pote Matthieu, fait la voix, j’ai besoin de toi pour monter mon armoire je te rappelle‭.

Franck comprend et utilise le prétexte ainsi offert pour promettre qu’une autre fois peut-être. Cérémonie de bisous, mais l’autre a du mal à le lâcher. Elle veut plus, ce que Franck ne peut lui donner, avec Véra dans le coin. Il est obligé de garder le sourire mais d’être un peu brutal pour se dégager. Elle en grimace de frustration.

— Ne marche pas trop vite, qu’elle puisse te suivre. Voilà, elle est levée. Marche tout droit, traverse deux rues, entre deux minutes, ressort et réinstalle-toi en terrasse, qu’elle ne puisse ni te rater ni t’éviter‭.

Le cœur de Franck bât la chamade. Déjà qu’il n’est pas habitué à ce type d’histoires, si en plus il doit la gérer comme un conspirateur…

Et ça marche. Il a eu le temps de s’asseoir. Elle n’a pas eu le temps de reculer et « Qu’est ce que le hasard fait bien les choses !‭ ». Ils échangent quelques mots. Franck n’a pas à inventer puisque il n’a rien fait de la journée. Véra se montre très évasive sur son rôle dans l’armée américaine. Puis elle s’invente une fonction de « Public relation‭ » avec les instances françaises pour régler les petits détails matériels de la vie quotidienne entre les troupes américaines et la population française.

Franck boit ses paroles même s’il sait qu’elle ment. Ses yeux bleus émeraudes l’entraînent vers des mers lointaines. Il se retient d’embrasser son petit sourire permanent. Sa lèvre supérieure, légèrement gonflée, tressaute parfois.

Il a envie de frotter son nez contre le sien, petit et retroussé, dont les narines dilatées en disent long sur son état. Il a envie de serrer son buste, petit mais tout de même bien caréné, contre lui. Elle peut lui raconter n’importe quoi. D’ailleurs, c’est ce qu’elle fait. Il ne pense qu’à se retrouver seul avec elle, entre quatre murs protecteurs.

Véra se répand en banalités. Puisque il l’écoute, puisque elle l’a pour elle, alors elle ne va pas le laisser filer. Elle le force à la regarder dans les yeux pour qu’il ne soit distrait par rien d’autre. Elle sourit intérieurement de ses coups d’œil furtifs sur son décolleté. Elle l’allume en laissant un peu traîner langoureusement sa voix, en jouant sur son accent étranger. Elle voudrait se blottir contre lui, mais ils se sont installés face à face et sa petite main gauche dans sa grande main droite est le seul contact physique qui les relie. Leurs visages se rapprochent tout de même progressivement mais elle n’aime pas les embrassades en public, en plein jour. Elle le sent quand même un peu nerveux, mais elle pense à de la timidité…

Une catastrophe menace de s’abattre sur les tourtereaux. Sur le trottoir, à une dizaine de mètres, la bande de filles vient de les apercevoir. Leur chef semble furieuse et fonce sur eux. Un client se lève et la bouscule. Elle le couvre d’invectives.

— Partez, il ne va pas les retarder longtemps‭, souffle l’oreillette à Franck.

Celui-ci propose illico à Véra de se rendre à un pub à la mode plus loin, un pub qui fait Karaoké et dont l’ambiance est légendaire à Lyon.

— Pourquoi pas‭, sourit-elle.

Il pourrait l’entraîner au bout du monde…

Franck monte dans un véhicule taxi tandis que son ange-gardien l’active à distance. Ils parviennent à démarrer avant que le trio ne les rattrape. Chacun dans son coin a fait mine de ne pas les voir.

Devant le pub, Véra avoue sa fatigue. Elle voudrait juste manger un petit quelque chose et aller se coucher. Franck tente‭ :‭

— Et si nous allions à cet hôtel. Nous nous ferions monter du champagne et quelques en-cas.‭

Véra est d’accord, à condition de pouvoir s’endormir assez vite. Franck promet de ne pas la harceler. Néanmoins, il ne monte pas au côté de Véra avec les pensées aussi pures qu’il veut bien lui dire.

Dans le bunker, les anges gardiens anticipent sur la suite des événements. Et ils veulent aguerrir le nouveau, absent la veille. Ils vont donc l’abandonner seul face à la mission tandis qu’ils iront à la salle café assister au spectacle, d’un côté, et à l’observation de leur jeune collègue de l’autre. Ils en rient sous cape, car ils le savent plutôt coincé.

Chapitre suivant : Night hard too

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?