Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Jasmine

05/04/2006, 20:10

Septembre 2007.

C’est la rentrée… sociale. Et le début de la fin de l’état de grâce. La précarité occupe le terrain. Les entreprises débauchent en masse des CDI et rembauchent des CDV (Contrat à Durée Variable). « Variable‭ », c’est selon le patron. On ne sait pas pour combien de temps au début.

Mais la seule chose sûre, c’est que ça ne durera pas. En tout état de cause, le CDV ne peut durer plus de quatre ans. En cas de licenciement, ce contrat censé aider les patrons à embaucher pour juguler la crise et permettre à un chômeur de travailler est un cadeau proposé à l’employé qui ne peut y souscrire qu’après six mois de chômage. Son annulation par la volonté du patron ne peut donc entraîner une quelconque action devant les prud’hommes.

La gauche est passée au pouvoir avec mission de réformer le CDV, mis en place par l’ancienne majorité en représailles aux luttes anti-CPE et anti-CNE. Le peuple a vu ce qui pouvait être fait quand un parti dispose d’une confortable majorité, d’une police efficace et d’une volonté sans faille et sans état d’âme. C’était le but de l’instauration de la V république‭ :‭ permettre la stabilité du pouvoir contre vents et marées.

Les patrons en agissant ainsi (ils suppriment des CDI, ne prennent que des CDV) veulent obliger la gauche à la passivité. Soit il y a du travail mal payé, soit il y a du chômage payé par la collectivité. De même, on menace de délocaliser d’un département à l’autre s’il n’y a pas baisse de l’impôt sur les entreprises. Mais on ne jeûne pas dans les couloirs de l’Assemblée Nationale pour autant.

Le nouveau président a encore fort à faire. Son équipe purge les hauts fonctionnaires installés depuis douze ans par le précédent pouvoir. Et il faut pouvoir « remercier‭ » et placer tous les soutiens de sa campagne. Il doit pouvoir compter sur ses administrations pour pouvoir tenir le pays. Car il sait déjà qu’il n’est pas de taille à lutter contre le capitalisme mondial. Le peuple français sera plus facile à contrôler.

Gagner du temps d’un côté, maintenir « l’espoir‭ » de l’autre, le temps que la masse s’habitue à ce qui lui pique les yeux aujourd’hui.

Les entreprises obtiennent donc des facilités de l’état et des baisses d’impôts tandis qu’elles doivent faire mine de négocier avec les syndicats pour l’après CDV.

En appelant au patriotisme, et en anticipant la déflation, le gouvernement décide de geler les traitements des parlementaires et de baisser ceux des fonctionnaires, afin de les équilibrer avec le secteur privé. Les pensions de retraite future basées sur le dernier salaire devraient donc baisser régulièrement. On ne touche pas aux anciennes pour l’instant. Attendons que leurs bénéficiaires vieillissent encore un petit peu, et ils ne s’apercevront de rien, ou personne ne les défendra car les autres, comparativement trouveront qu’ils touchent trop.

Cette déflation sera financée par les facilités de crédit. Déjà, le « créd’hypothèque‭ » (un crédit équivalent aux biens détenus) fonctionne bien et le « crédit pocket‭ », à taux avantageux permet d’endetter les jeunes à petite dose. Ainsi, ils seront prêts à accepter n’importe quel travail pour pouvoir rembourser, ou « taperont‭ » les proches pour être renfloués, ce qui leur permettra de se ré-endetter à nouveau.

Cela fait trente ans que les banques tiennent l’état grâce à ses dettes, il est temps de tenir les autres.

Néanmoins, la rue ne se laisse pas faire. Malgré les soupes populaires, suffisantes en milieu anglo-saxon ou en pays pauvre d’origine, les « laissés pour compte‭ », de plus en plus nombreux, ont une culture des droits individuels très développée. Ils ne connaissent pas leur histoire, mais ils savent qu’ils ont été gagnés à coup de fourches contre les aristos, et à coup de marteaux ou de barres de fer contre les forces de police.

Dans la rue, les étudiants et les chômeurs du tertiaire commencent à s’armer comme les casseurs deux ans plus tôt. Les heurts deviennent plus violents. Les forces de police ne peuvent plus s’infiltrer dans les rangs. Les casseurs eux n’ont plus ne s’infiltrent pas. Cette fois, c’est fini de piquer des portables ou des blousons à des gosses. On ne les débauche plus des collèges et des lycées. Les parents ont mis le holà après les résultats catastrophiques des deux années précédentes. Les profs étaient présents pour les pousser dans la rue, mais beaucoup moins dans les études. Par manque de place, tous les redoublants n’ont pu être repris et ils sont allés grossir les rangs des non-diplômés. Ils n’ont rien dit non plus quand les rectorats les ont obligés à faire passer les examens… Leur paye durant les grèves estudiantines pouvait sauter par décision s’ils ne collaboraient pas.

Alain est assis à même le trottoir. Devant lui un carton et quelques piécettes. Il a la tête entre les genoux et ne regarde plus les passants. Il a pu passer la nuit dans un foyer sordide et surtout se laver et se raser ce matin. Il a vu dans la glace son visage creusé et émacié.

Il ne se reconnaît plus. Il n’a que vingt-sept ans et la cloche commence à le détruire. Il ne boit heureusement pas, mais il ne mange plus assez. Les dons sont négligeables car les gens sont fauchés.

— Lève-toi et marche‭.

Alain lève les yeux vers cette voix féminine autoritaire. La femme n’a pas le physique du ton de celle-ci. Même si elle est en jeans, rangers, blouson et qu’elle tient un casque à la main. Même si un gros câble électrique pend à sa ceinture sur le côté. Même si elle à les cheveux courts.

— Pour aller où ?‭

— avec nous, te battre pour notre dignité.

— Pour faire une révolution, il faut deux mille calories par jour. Je ne les ai pas.

— Suis-moi et je te paye un sandwich‭.

Conversation au tac au tac. Cela faisait longtemps pour Alain qui parfois monologuait en vain devant un responsable des services sociaux inutiles, n’ayant en tout cas aucune solution ou alternative à proposer. Quant à parler à ceux qui lui font l’aumône, c’est devenu impossible pour lui. Même son merci est devenu étouffé, mécanique, soupir.

Alors Alain tend la main.

Elle la saisit, pour l’aider à se relever. Sa poigne est saine, son bras nerveux. Et sa main si douce.

Le don d’Alain s’est concentré car il n’a pas été utilisé depuis longtemps. Et bien que celui-ci soit un peu anémié, il provoque en plus de ses effets bénéfiques, une sorte de frisson suivi d’une montée de température chez Jasmine.

Elle se méprend et confond avec un coup de foudre. Elle regarde mieux Alain. Pas épais, sans âge, les premiers cheveux blancs. Quelconque. Pourquoi l’attire-t-il ?

Leurs regards se croisent mais restent muets l’un pour l’autre. Jasmine s’est engagée devant ses compagnes. Par bravade, elle est allée chercher Alain. Il va falloir l’assumer. Elle reprend son rôle de chef de bande.

— Allons-y !‭

Les manifestants en sont au rassemblement avant le départ du défilé. Alain lit les pancartes pour se mettre au parfum. Mais les noms des politiciens, les sigles utilisés ne lui disent rien. Trop longtemps qu’il ne suit pas les infos. Tout ce qu’il sait, c’est que depuis un an, les gens défilent quelque part tous les deux jours au moins.

Jasmine cause avec les autres. Alain en est le sujet. Ça glousse un peu dans les rangs mais il n’en a rien à faire. Le sandwich, il ne compte plus dessus. Mais après tout, marcher avec du monde autour de lui, ça ne lui a pas déplu. Surtout que certains ont même remarqué qu’il était le seul gars de la bande. Il observe les autres et ne se sent finalement pas si différent qu’eux. Ils sont jeunes, modestes et les fringues sont relativement défraîchies pour tous. Il faut dire qu’à part les politiciens en début de cortège (quand il y en a) et leurs gardes du corps, personne ne met ses habits du dimanche pour manifester.

Certains répètent des slogans pour se chauffer la voix, d’autres discutent par petits groupes. Certains se tassent face à un objectif de caméra de télévision. Beaucoup parlent au portable ou l’utilisent pour jouer.

Jasmine se tourne vers Alain.

— Viens avec nous. On va aller chercher un coin pour s’asseoir‭.

Alain sourit. Il n’est pas seul sur cette grande place.

Tous les lieux pour s’asseoir sont déjà occupés. Alors le groupe se dirige vers un coin où d’autres déjà sont assis par terre et ne sont pas dérangés. Une fois assises, les filles sortent de leur petit sac à dos leur en-cas du matin. Jasmine partage avec Alain et les autres ne veulent pas être en reste. Alain leur raconte alors un peu de lui, un peu de sa vie de SDF, mais pas de sa vie d’avant. Les filles veulent poser avec lui. Jasmine les prend en photo tous accroupis, se retenant les uns les autres par les épaules. Les filles, au contact d’Alain, ressentent, mais bien moins fort que Jasmine, le don de celui-ci et elles en tirent un sentiment de joie intérieure.

Les mégaphones commencent à rameuter les troupes, faire passer les consignes et chauffer les manifestants. Le trajet est comme une nasse. Ils se rassemblent, entrent dans le dispositif policier, d’abord peu dense, puis plus fourni. Pour finir, forces de police et manifestants sont face à face, tandis qu’à l’arrière, les casseurs et d’autres policiers « s’expliquent‭ ». On peut sortir du piège à condition de se désagréger dans toutes les directions, en suivant les étroits passages. Sur la moitié de la place d’arrivée, c’est bus, VAB (véhicules blindés) bleus et fourgons. Les fourgons, c’est pour y mettre les « interpellés‭ ». Tandis que les bus donnent une idée du volume de policiers mis en place.

Aujourd’hui, mauvais signe, que personne ne remarque. Il n’y a pas de politiciens en chef, mais seulement des seconds voire troisièmes couteaux. Et peu nombreux. Par contre, il y a les excités au mégaphone habituels, qui chantent les hymnes et les slogans, chauffent les manifestants, provoquent les forces de l’ordre, haranguent la foule…

Les forces de l’ordre y répondent par des coups de matraque rythmés sur leurs boucliers. La synchronisation impeccable est impressionnante. Leur répertoire est peu varié mais musclé.

La confrontation dure. Une brève ondée de pavés s’abat sur les boucliers et un casque des policiers. Riposte à la grenade lacrymogène. C’est le moment de mettre casques, lunettes et foulards. Le pauvre Alain n’est pas équipé et les effluves qui lui parviennent commencent à l’indisposer. Une pluie plus fournie en projectiles divers accompagnée d’insultes fait baisser les têtes chez les uniformes. Jasmine s’en donne à cœur joie. En face, jet de grenades puis les rangs s’écartent pour laisser passer la charge d’une compagnie de CRS. Les manifestants tournent les talons. Cinq costauds tombent sur Jasmine. Alain se précipite.

Il s’accroche à eux, les décroche de Jasmine. Ils ne parviennent pas à la ramener car elle se démène et lui aussi. Ils perdent du temps. Les copines de Jasmine appellent quelques gars au secours. Ils s’avancent, posément, matraques artisanales en main. Les CRS préfèrent décrocher mais Jasmine prend un grand coup sur le casque qui l’assomme à moitié.

Alain se précipite pour la tirer de là. Il la porte sous un porche, dans une rue adjacente. Pendant ce temps, c’est la débandade sur la place. Les copines de Jasmine s’enfuient comme elles le peuvent.

Les policiers interpellent à tour de bras. Il y a des blessés qui sont évacués par les deux camps. Quelques corps de civils gisent immobiles à terre, abandonnés par leurs camarades. Les fumigènes et les lacrymogènes répandent leurs voiles pudiques sur la place, masquant de nombreuses violences, que seuls les cris et les coups sourds dénoncent.

Alain frappe à une porte. Une femme d’une cinquantaine d’années leur ouvre, vérifiant que personne ne regarde. Alain pose Jasmine sur le canapé, lui retire son casque. Elle ouvre des yeux pas très assurés. La femme revient avec un linge humide et Alain l’applique légèrement sur la bosse de Jasmine qui reste les bras ballants le long du corps et ferme un peu les yeux pour se remettre.

Dehors, le temps se calme. Il est temps de rentrer. La dame s’inquiète.

— Vous allez y arriver ?‭ » demande t-elle à Jasmine.

— Oui, il me ramène chez moi‭, fait Jasmine en montrant Alain.

Chapitre suivant : Souriez, vous êtes filmés

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?