Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Un scénario pour l’été 2007

29/03/2006, 19:57

01 juin 2007

La gauche pavoise. C’est son grand retour au pouvoir après douze ans de parenthèses parfois douloureuses. Et sans avoir du présenter une femme ! En échange, il a fallu se radicaliser pour prendre les voix du facteur, préférables à celles du centre. C’est encore un gouvernement d’intérêts divers. Il fallait battre la droite. Il y a eu coalition. Mais il n’y a pas eu de programme commun, juste des arrangements en sous-main. Pas question de décourager un socialiste libéral ou se refuser un marxiste léniniste à tendance révisionniste. Le parti socialiste ne représente que 40% de la gauche. Il a besoin des écologistes pour mener une politique mesurée malgré les exigences de la LRG (Ligue Révolutionnaire de Gauche) qui représente, grâce à l’union des divers gauches (sauf le PC indéboulonnable)‭ 35% de celle-ci. La banquière a cédé la place au facteur porteur de bonnes nouvelles. On passe de la R5 au vélo jaune.

Seulement, si la première décision est de dissoudre l’Assemblée, à majorité absolue de droite, la reconquête des sièges s’avère difficile. Au niveau local, l’entente qui a fonctionné pour la présidentielle fonctionne mal.

Entre la parité, les places promises pour chacun, le charisme et la notoriété de certains élus en place, le futur cumul des mandats, le type d’adversaire en face… et le délai très court pour la campagne des législatives, la désignation des candidats est un vrai casse-tête. Il faut éviter les candidatures multiples qui provoquent l’émiettement des voix et risquent permettre des duels Droite - extrême droite au second tour.

La droite elle-même s’organise. Le centre veut rester indépendant. Il ne faut pas aller chercher les voix extrêmes. Alors, tout est bon. On déterre les vieux démons. On rappelle ce que peut faire une majorité sans partage, surtout que la gauche tient les régions. Et surtout, on effraie avec l’archaïsme des idées, l’incompétence, la corruption et la chienlit… Pas un candidat n’échappe à l’opprobre. Le citoyen est désabusé. Personne n’a de programme et les slogans sont simplissimes.

Les politiques ont recours aux vedettes. Les champions olympiques, les footballeurs et les artistes. Le ministre de la Culture sortant « dépanne‭ » ses collègues avec l’aide des grandes industries internationales du disque et du cinéma. Les derniers décorés disent quelques mots gentils à la tribune des politiques en échange des médailles. Certains ont été amnistiés par Bercy et eux-aussi viennent avec leur tube de pommade. Les politiques investissent non seulement les créneaux d’information, mais surtout les émissions de jeu, de variétés et les reality show. Le « maillon faible » avec neuf candidats de neuf partis différents devient une émission culte. La « vérité qui compte » fait un flop mais « vis ma vie » démontre l’interchangeabilité des uns et des autres. « Sans aucun doute » ne parvient pas à convaincre, alors que certains font un tabac en guest stars « sous le soleil‭ ». Certains se mettent même à chanter. Bernard Tapie quitte la France, écœuré.

Les lois DADvSI refont leur apparition à l’improviste. Un candidat de gauche, sur le plateau de TF1 commente l’arrestation d’un internaute pour possession d’un logiciel de contournement des DRM..

Il reparle alors de licence globale. Le journaliste lui déforme par « taxe sur les FAI‭ » et augmentation de la facture d’internet. L’un comme l’autre confondent tout. Mais force revient au candidat qui parle de respect des droits d’auteurs car s’il y a moins de piratage, il y a aussi beaucoup moins de vente de CD et nos artistes vont finir par chanter au coin des rues. Si chaque internaute donne l’équivalent d’un ticket restaurant par mois, aucun chanteur ne mourra de faim (16 Millions de ticket quand même)‭.

Les associations d’internautes s’invitent dans le débat. La présidentielle a été gagnée grâce aux promesses concernant l’emploi, le CPE n’en ayant créé aucun, sauf dans les discours des candidats de droite. Les internautes veulent le vrai débat et la remise à plat de la loi DADvSI à l’Assemblée Nationale. Certains députés UMP rappellent leur action du 21 décembre 2005 et durant les débats suivants.

L’ancien ministre de la Culture parle de son évaluation positive au bout d’un an, des longs débats constructifs de 2006, des décrets d’application complémentaires concernant l’interopérabilité afin de permettre aux sociétés vendeuses de faire le meilleur choix technique pour leur gamme de produits HIFI etc. La gauche reparle de licence globale miraculeuse, permettant de supprimer le système répressif sur le net.

La dernière semaine de campagne entre deux tours est donc animée par des internautes pleins d’espoir qui reprennent de bons tubes inventés durant les durs moments de mars 2006. Henri Tournel se fait connaître en interprétant le « chant des partisans‭ » version internaute aux « enfants de la télé‭ » (Paroles empruntées à profJM).

La gauche remporte une grosse majorité sur les bancs de l’Assemblée. Néanmoins, il s’agit d’une des conséquences du système du scrutin uninominal majoritaire à deux tours où nombre de duels et de triangulaires (gauche, droite, centre ou gauche, droite extrême droite) ont pu être remportés grâce à l’union des gauches. À la proportionnelle, le résultat eut été moins rose.

Le 18 juillet 2007, une licence globale de quinze euros permettant l’échange P2P des fichiers musicaux diffusés sur webradios est instituée. Elle permet de justifier les taxes prélevées depuis 18 mois sur les CD et DVD. Le droit aux DRM est maintenu pour les vendeurs de musique en ligne afin de maintenir la viabilité de leur commerce. Les amendes de 38 et 150 euros sont supprimées de la grille de répression. Par contre, la possession d’un DVD shrinké passe à 1000 euros et celle d’un logiciel briseur de DRM à 5000 euros. Les majors ont tout de même obtenu trente pour cent sur le montant des taxes collectées à titre de dédommagement. Vingt pour cent iront à l’état en tant que TVA sur les taxes et les artistes pourront se partager le reste au prorata des albums vendus sur les plate-formes légales. Les « partenaires‭ » se félicitent alors de ce point d’équilibre enfin trouvé dans cette stratégie gagnant-gagnant.

* *

Le 19 juillet, les FAI recevaient neuf millions de demandes de résiliation. Un comité d’internautes fut créé en trois jours par élection sur le Net grâce à la fusion des ligues et associations. Le pouvoir prît peur. Le 25 juillet, un jeune internaute inconnu du monde politique devenait « Ministre de la Culture Numérique‭ ». Ce ministère incluait tous les médias numériques, y compris les programmes de Web télé et la musique sur Internet.

Les majors avaient le choix entre passer par les règles fixées par ce ministère ou vendre leurs films et musiques sur cassettes analogiques. La télévision hertzienne quant à elle était condamnée.

Un site « Ministère de la Culture Numérique‭ » fut ouvert et la « concertation‭ » fut reprise, démocratiquement, puisque chaque internaute en ligne au moment des choix pu voter pour les premières mesures. Le « point d’équilibre‭ » se déplaça donc plutôt radicalement. Pourtant, le vote ne fut pas à la proportionnelle. Il y avait trois camps. Le premier était celui de l’industrie du disque, avec peu de participants. Le second fut celui des artistes. Le troisième celui du consommateur. À chaque question, le « oui‭ » ou « non‭ » au sein de chaque camp était proportionnel aux voix exprimées pour ou contre. Ensuite, le nombre de réponses (3) étant impair, la décision était emportée.

Contrairement à ce qu’auraient pu attendre le commun des mortels, les artistes se rangèrent du côté des internautes contre l’industrie du disque pour la plupart des décisions. Il faut dire que par « artistes‭ », il n’y avait pas que ceux qui travaillaient pour les majors.

Néanmoins, quand il fut question de points concernant la possibilité de création avec les moyens des majors, il y eut unanimité. Comme quoi, les majors n’étaient pas exclues de participer, par leurs moyens de production, à la diffusion de la Culture. Seulement, les bénéfices escomptés n’étant pas à la hauteur de leurs prétentions, et ayant peur que les décisions prises en France puissent faire jurisprudence ailleurs, les majors quittèrent le débat et décidèrent d’exclure la France de leur zone de diffusion.

Le jeune Ministère adopta en première instance un adage très simple avant de vraiment cerner le problème pour le Net. « Interdit d’interdire‭ ». Puis le ministre se tourna vers les instances plus classiques pour réformer avec des idées neuves, tout en maintenant certaines contraintes malheureusement indispensables, le paysage audio-visuel français. Sur le Net français, les DRM ne firent pas donc pas long feu tandis que de jeunes artistes purent monter avec des internautes des plates-formes de musique « originale‭ » avec paiement volontaire. Un peu lent à démarrer au début, le flot de contributions équitables prit ensuite une altitude acceptable, alors que dans la vraie vie, les difficultés sociales et économiques se dégradaient de plus en plus. Enfin, les majors n’avaient pas dit leur dernier mot.

Chapitre suivant : Avis de tempête

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?