Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Captivante captivactivité

28/03/2006, 19:29

Brian en est à son troisième mois de captivité. Il a pu monter sur le toit de l’immeuble et en est resté pantois. Il est en pleine ville. Il ne voit aucun monument qui pourrait lui permettre de l’identifier. La terrasse est agréable car elle est arborée. Elle est censée éviter les barbelés empêchant une évasion. Ainsi, par satellite, cet immeuble est anodin.

Il a droit à une heure. Ils sont quelques-uns dans son cas. Mais aucun n’a envie de discuter pour l’instant. Chacun pourrait être un des éléments du trinôme des traducteurs en veille du net. En fait (Brian ne le sait pas. Les trinômes évoluent).

Des idées d’évasion lui traversent l’esprit. Ce qu’il ne sait pas, c’est que c’est fait exprès. Le sentiment d’une liberté possible évite le désespoir et invite à la patience. Il échafaude alors mille plans pour descendre sans encombre les 30 étages.

1) Franchir les barrières de sécurité 2) Sauter dans le vide 3) Il reste quinze secondes pour apprendre à voler. Alors, des idées de corde assez longue, d’élastique, de tuyau incendie… Y’en a un. Est-il assez long ? Il est bloqué par une manette, elle-même derrière une vitre… Il doit y avoir une alarme si on la brise…Et l’heure passe si vite.

Malgré tout, il ne sait pas s’il a vraiment envie de s’enfuir. La vie est plutôt agréable. Il commence à bien se débrouiller en français, et s’il traduit des textes pour les Français, il s’agit plus de textes pris sur le Net que de conversations militaires. Sa « trahison‭ » est relative. Il « aide‭ » à l’enseignement de l’anglais pour les Français qui espionnent les militaires.

Il écrit en anglais ce qu’on lui explique en français pour les messages de « propagande‭ ». Il a du travail. Il sait les zones à ne pas approcher. Il y a une salle de sport, une salle de détente, et si les Américains ne sont jamais laissés seuls pour discuter, les Français ne maintiennent pas une chape de plomb sur les débats.

Et surtout, il y a Véronique. Il n’avait que peu de souvenirs de la nuit précédant sa capture. Véronique est la fille avec laquelle il avait flirté. Elle l’avait repéré depuis un certain temps et l’avait trouvé « à son goût‭ ». Sélectionné, il a donc été drogué. Il lui en a un peu voulu au début, mais elle est revenue à la charge, lui expliquant qu’il lui avait « tapé dans l’œil‭ » et qu’ils pouvaient travailler ensemble. En fait, c’est elle que Brian forme pour les « écoutes‭ ». Les cours de « langues‭ » fatalement se sont poursuivis plus tard que prévu après quelques jours.

Brian a pu constater que la plupart de ses camarades avaient leur amazone. Il avait trouvé curieux que les Français n’aient pas capturé de femme. Véronique lui avait expliqué que la « disparition‭ » de soldats pouvait être expliquée par de la désertion. De plus, les parents s’inquiètent plus pour des filles que pour des garçons. Des parents pensant que leur fils avait déserté comprendraient de ne pas recevoir de nouvelles. Ceux qui avaient des filles demanderaient des enquêtes. Et l’opinion internationale serait défavorable aux français si on pensait qu’ils s’en prenaient aux femmes.

Brian est tombé un jour sur les « droits‭ » des prisonniers de guerre. Sa situation n’existe pas. Il tombe sous le coup des droits élémentaires dus à tout individu. Le droit vraiment bafoué est celui du courrier aux familles.

Officiellement déclaré déserteur, un « intermédiaire‭ » a pris contact avec sa famille pour leur proposer, contre argent, de donner des nouvelles à leur enfant. Il reçoit donc du courrier. Il peut y répondre électroniquement mais il est censuré. Il faut qu’il n’y ait rien d’identifiable à coup sûr. Il doit aussi ne rien raconter de sa détention. Ainsi l’intermédiaire peut apparaître pour un escroc aux yeux d’enquêteurs. Par contre, la famille qui veut y croire est « rassurée‭ ». Et Brian a du courrier.

Les Français sont encore plus malins. Les prisonniers travaillent, donc ils sont payés. Avec un petit versement immédiat pour améliorer l’ordinaire, et le reste pour leur « pécule de libération‭ ». Certains pensent qu’il s’agit d’une escroquerie, mais comme les Français ne sont pas obligés de le faire…

Enfin, Brian ne sent pas sur le dos la hiérarchie militaire pesante à laquelle il est habitué depuis son engagement. Si son travail est imposé, ainsi que les périodes de repos et de sport, il reçoit ses directives sur un ton normal, et non des ordres qui claquent.

Brian ne prendra donc pas le risque d’une évasion. Ces camarades non plus. Les meilleures prisons sont celles où le prisonnier accepte de s’enfermer tout seul. Il y a tellement de prisons qu’on ne soupçonne même pas.

Dans le bureau du chef de centre, un homme étudie les résultats de ce centre. Bien-être des prisonniers, efficacité des écoutes, les actions en cours, le travail de sape, les « petites victoires‭ » sur l’ennemi, les informations recueillies pour la suite…

Ça marche mieux que prévu. À croire que la torture, le sérum de vérité ou les sévices n’ont pas été inventés pour le renseignement, mais bien pour le plaisir de quelques malades. Il y a déjà quelques vocations d’agent double. Mais cela ne l’intéresse pas. Le risque d’une trahison mettrait en danger tout l’édifice. Le personnel français est aussi maintenu sous pression. Le lien affectif qui existe entre l’agent français et son prisonnier doit être au bénéfice de l’agent. Aucun ne doit être tenté de « faire plaisir à son prisonnier‭ » et lui permettre une évasion. Ce serait le peloton d’exécution pour les deux. C’est la guerre, malgré les apparences. Il y a trois mois, un agent a été surpris à collecter des données sensibles dans le but de les vendre aux américains. Il est aujourd’hui célèbre pour les treize deniers en plomb qui ont été sa récompense. La vidéo est ignoble, et on ne reconnaît pas l’individu, mais elle a eu son petit effet sur le réseau. Peu ont plaint la victime, en fin de compte. Si les agents sont au courant, la famille ne l’est pas. Elle n’a pas à porter le poids de cet acte. Un bon exemple est toujours plus efficace que mille menaces qui gâchent la vie et se banalisent, donc peuvent en devenir inefficaces.

L’homme est songeur. La guerre ne se gagnera que sur le long terme. Combien de temps arrivera-t-on à limiter le pire ? Il connaît trop ce qu’est une vraie guerre. Yougoslavie, Afghanistan, Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo…, autant de théâtres d’opérations qu’il ne pourra jamais oublier, et dont il ne veut pas une nouvelle illustration en France. Si les Américains se sentent trop menacés, ce sera le bain de sang.

« Trop pessimiste‭ » pense-t-il tout haut. Et pour se détendre, il se choisit une sucette à l’anis.

Chapitre suivant : Die Hard 2

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?