Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Bienvenue Major DAD

21/03/2006, 20:07

Mars 2015.

L’occupation de la France par les Américains dure depuis dix mois. Il faut commencer les relèves afin de faire un équilibre entre ceux qui vont prendre des congés avant de revenir pour un an et ceux qui vont rester un an pour ne pas revenir. On prévoit large car le conflit s’enlise. Les centres de communications français sont toujours opérationnels et introuvables.

« Curieusement‭ », la relève n’est pas trop difficile à effectuer. La vie en France est un long fleuve tranquille. Les familles désirent voir leurs proches mais ne tremblent pas pour eux. Et pourtant, pour le major « DAD‭ », ainsi surnommé par ses hommes pour son paternalisme en opération, cette tranquillité est pour lui trompeuse.

Sa mission : responsable adjoint de la Cellule Renseignement- collecte des informations fait divers. Tous les petits problèmes où sont impliqués des soldats américains lui parviennent. Il peut constater un taux de disparitions assez élevé, souvent attribué à de la désertion. Or, la vie du soldat américain n’est pas trop dure ici. Il faut rajouter la disparition systématique des agents envoyés sur le terrain au bout de quelques mois. Peut-être avaient-ils trouvé quelque chose, car actuellement ils n’ont rien de tangible. Impossible de s’intégrer dans des populations désœuvrées, marginalisées ou réfractaires pour y trouver des indics à peu de frais. La seule qui existe est celle des « immigrés‭ » et ils sont étrangers dans leur propre pays. Ils commencent à repartir pour l’étranger, souvent avec de l’argent mais leurs biens, qui avaient été en majorité respectés dans la période 2011-2014 sont cette fois occupés après leur départ.

Comment vendre à des gens qui ne sont pas propriétaires de leur logement ? Qu’ont-ils fait de leurs pauvres, de leurs drogués, de leurs délinquants, de leurs « sans papier‭ », de leurs « SDF‭ » ?

Par contre, c’est la vraie galère sur les aéroports. Sous l’effet du printemps, certainement, la noria des avions pour la relève est assez perturbée. Pannes d’ordinateur, témoins d’alerte des avions déclenchés, bagages mal chargés, tour de contrôle… Son chef direct est exaspéré. Cela fait quatre fois qu’il rate son départ. Il a même décollé une fois et l’avion a dû faire demi-tour pour un problème d’erreur de quantité de carburant. Le summum, c’est quand au dernier moment pour embarquer, il n’était pas sur la liste…

En plus, au deuxième avion, les passagers qui étaient avec lui et n’avaient pu décoller sont bien partis. Par contre, lui est resté sur le carreau pour cause de quatre heures de grève imprévue suite à l’agression d’un pilote par un « partant‭ » un peu contrarié.

Il fulmine. Il retourne à l’aéroport et demande à un général de faire débarquer un troufion au dernier moment. Ça fait soixante-douze heures qu’il devrait être chez lui.

Deux heures plus tard, le major Dad voit revenir son chef, au bord de l’épuisement après une dernière crise de nerf. Air France refuse de l’embarquer durant vingt-quatre heures, le temps qu’il se calme. lors de sa dernière tentative, à bord dix minutes après le décollage, quand le pilote a annoncé un retour sur ROISSY car le train d’atterrissage ne rentrait plus, il a bondi sur l’hôtesse qui lui demandait de retourner à sa place et d’accrocher sa ceinture (Elle avait souri narquoisement selon lui). Deux stewards, le copilote et le mécanicien ont eu toutes les peines du monde à le maîtriser. L’hôtesse a retiré sa plainte et Air France n’a fait preuve de clémence que sur l’intervention du général cinq étoiles chapeautant l’opération « restore artists bénéfits‭ » comme l’appellent les Français. Le reste de l’avion est parti deux heures plus tard sans problème.

À la réflexion, une telle poisse n’est pas naturelle.

Le major Dad décide de s’interroger sur tous les « départs manqués‭ » tandis qu’il est parallèlement décidé que le colonel chef de bureau parte en hélicoptère militaire jusqu’à Londres, sous couvert d’un exercice de commandos parachutistes plongeurs de combat. Pas besoin de paperasse à présenter aux français. Départ le plus discret possible au cas où le colonel était la cible de enchevêtrement de circonstances troubles !‭ Et vol tranquille depuis Heathrow jusqu’à New-York.

À mi-chemin entre la France et L’Angleterre, on perd l’hélico sur le radar. Les recherches en mer ne donneront rien, pas même un débris.

* *

Après que trois autres personnels non évacuables par les voies classiques aient disparu en fin de compte alors qu’ils appartenaient à de hauts échelons de responsabilité, le major DAD trouva un premier point commun‭ :‭ la préparation et la conduite du bombardement de la ville du HAVRE.

Le major DAD passa quelques nuits blanches à analyser les disparitions. Celles-ci étaient souvent liées à des heurts avec la population française‭ :‭ accident de la route entre un véhicule militaire et un véhicule civil, bagarre ou accusation de viol, brutalités lors de manœuvres… ainsi que, en plus des « observateurs libres‭ », des sergeants bilingues et des administratifs, quelques jeunes officiers…

Manifestement, les Français étaient bien en guerre alors que les troupes américaines se prélassaient, insouciantes. Le montant des pertes, avec les accidents un peu bizarres se montaient à 1500… en dix mois seulement. Proportionnellement au temps passé, plus qu’en Irak quelques années auparavant, alors qu’il y avait des attentats, des opérations de guerre et des accidents de manipulation d’arme.

Mais, pour les évacuations en hélico avortées, comment les Français avaient-ils pu parvenir à savoir qui était à l’intérieur ? Dans cette pièce, tout était sécurisé, pas de micro ni de caméra.

* *

Illumination non évidente en anglais à trois heures du matin, dans cette grande pièce aux lumières trop crues et au silence assourdissant‭ :‭ le major DAD envoie un e-mail à son chef d’état-major. « Mon général, nous avons un problème. Je crois que nos ordinateurs ne sont pas sûrs‭ ». Click to « send‭ » et, dans les dix secondes, retour d’un message de réponse « from intelligency officer‭ » mais en français cette fois. « Vous croyez Major ? Mais vous pouvez en être sûr‭ ». Et là-dessus, l’ordinateur éclate d’un rire sardonique à glacer le sang dans les chaumières et à résonner encore longtemps dans la grande pièce vide ainsi que dans la tête du major DAD.

Chapitre suivant : Camps de redressement

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?