Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

D. Day Two

12/02/2006, 20:59

6 juin 2014.

Il est quatre heures du matin. De longues formes noires lugubres quittent les ports anglais et glissent furtivement vers les côtes françaises. Mis à part le sinistre ronronnement des diesels, la lancinante lamentation des câbles qui déchirent le brouillard et les coups sourds d’origine inconnue étouffés par les coques, le silence est total.

Dans les flancs des transporteurs de troupes, les hommes, serrés les uns contres les autres, moitié assis, moitié couchés, ont les yeux fermés ou vides. Beaucoup comme Brian mâchent un chewing-gum pour lutter contre le stress et le mal de mer.

À quoi peuvent-ils penser ?

Aujourd’hui, ils partent à la reconquête d’un état voyou, la France, qui depuis cinq ans refuse d’adhérer au Traité de Non Piratage des Œuvres Artistiques. Le bras de fer, qui a été efficace dans le reste de l’Europe est resté vain au pays de l’Exception Culturelle.

En 2007, après la chute du gouvernement libéral, la coalition de gauche a remplacé le Ministère de la Culture par le Ministère du Patrimoine. À ce titre, les œuvres françaises furent déclarées nationalisées et accessibles à tous. Toute protection gênant la réalisation d’une copie privée fut jugée illégale. Les produits culturels étrangers intégrant des protections, dépendants alors du Ministère du Commerce Extérieur, furent déclarés « non conforme‭ » à la vente et interdits à la commercialisation sur le territoire.

Néanmoins, les internautes souhaitant malgré tout consommer ces produits pouvaient les importer à titre individuels, au nom de la liberté de chacun. En outre, radios, télévisions et cinéma pouvaient très bien distribuer films et musiques. Seule la vente de mp3 ou de DVD bridés sur des sites et des serveurs français était interdite.

Les majors décidèrent par contre un embargo total pour la France. La RIAA licencia ses artistes français. Johnny Hallyday s’exila définitivement en Belgique, Florent Pagny avait depuis longtemps préparé sa reconversion en Amérique du Sud tandis que bon nombre d’entre eux, trop vieux pour évoluer, prirent leur retraite en des lieux reculés. Les chaînes de la TNT et M6, par manque de contrats de publicité (Coca-Cola, Nike, Warner…) firent faillite. TF1 redevint la première chaîne des Français, FR1 afin de bénéficier de la redevance, bien que celle-ci fut réduite de moitié. En effet, les producteurs de programmes français se firent moins gourmands alors la concurrence pour attirer des vedettes « chères‭ » n’existait plus. FR3 fusionna avec Arte pour constituer la chaîne culturelle, avec mission d’intéresser les enfants (ainsi le côté ennuyeux d’Arte fut banni des ondes), FR2 devint la chaîne du Cinéma et FR1 celle des variétés et des séries françaises. La CINQ ressuscita comme chaîne de l’info avec Jean-Claude BOURRET pour directeur. Canal + fusionna avec TPS pour être la grande chaîne du sport. Les Français s’y abonnèrent d’autant mieux que la non-concurrence permit d’acheter le foot et le rugby dix fois moins cher et que les tarifs furent divisés par trois.

Une chaîne musicale payante, avec des animateurs de radio, fut créée et diffusée sur le net, avec un tel succès que des internautes du monde entier s’y connectèrent dès que l’embargo mondial contre les œuvres françaises fut mis en place. De plus, la récupération en streaming des morceaux diffusés était autorisée puisque l’auteur était rémunéré grâce aux abonnements à chaque diffusion, chaque titre ne pouvant être diffusé qu’une fois par semaine, ceci afin de permettre le passage de tous les titres plébiscités par un panel aléatoire d’internautes qui changeait toutes les semaines. L’embargo des produits américains eut une nouvelle conséquence imprévue. Le rap tomba en désuétude dans les quartiers « sensibles‭ » qui développèrent leur propre style. Ainsi dans la musique, puis les autres médias, il put y avoir, comme l’avait souhaité sans rien faire pour le mettre en œuvre un ex-président Français, une diversité culturelle plus représentative de la population.

L’embargo eu aussi d’autres répercussions dans d’autres domaines commerciaux.

Dans le domaine vestimentaire, des marques françaises comme « Le Coq Sportif‭ » renaquirent de leurs cendres pour supplanter NIKE et ASICS. La marque au crocodile choisit de se démocratiser et décupla ses bénéfices en cinq ans, surtout qu’elle se relocalisa en France pour éviter la contrefaçon chinoise, après qu’elle eut constaté qu’on trouvait sur les étals des petits revendeurs thaïlandais des modèles avant leur diffusion en France. Malgré les DRM installées sur les titres internationaux, les pirates français parvenaient à les détourner légalement sur leur territoire.

Ils ne se gênaient pas ensuite de les diffuser à des internautes étrangers libres de toute « protection ».

Les majors firent alors pression sur les gouvernements mondiaux pour déclarer la France état voyou, parce qu’elle refusait de poursuivre en justice ses programmeurs-pirates.

Voilà en gros ce que pouvait savoir chaque homme qui embarquait aujourd’hui pour défendre la culture face aux pirates d’état-voyou. Les détails, ils n’avaient pas besoin de les connaître, mais surtout peu de gens les connaissaient en dehors des Français.

Les soldats de l’Alliance ne savaient pas ce qui les attendait sur les côtes françaises. Mais cette campagne ne ressemblait à aucune autre.

Aucune préparation par des bombardements. Les avions n’avaient pu risquer leurs ailes au-dessus du territoire français. Malgré leurs tentatives de brouillage, les satellites français et les radars étaient toujours opérationnels. Les missiles Matra avaient la réputation d’atteindre leurs buts à 97% et l’avion furtif américain faisait bipbiper de rire les radars de Thomson.

Durant six mois, 800.000 alliés se positionnaient en Angleterre, seul pays européen limitrophe ayant autorisé le stationnement de leurs troupes.

En face, le long de l’atlantique, c’était l’inconnu. Les satellites n’avaient déterminé aucun mouvement de troupe. Aucune fortification n’avait été édifiée. Mais les sous-marins atomiques français n’étaient pas à leur port d’attache. L’aviation Française pouvait intervenir en cinq minutes avec des armes classiques comme des armes nucléaires. L’affirmation de l’utilisation de cette arme, faite début 2006, retentissait aujourd’hui d’un écho sinistre. L’Amérique riposterait-elle de la même façon pour envahir un pays ? Surtout que la bombe lancée sur le territoire français ne pourrait pas être assimilée à une attaque sur le territoire américain.

Pire. Les responsables politiques français avaient fait mine d’ignorer sciemment l’ostensible montée en puissance des troupes pré-positionnées… Il n’y avait pu avoir montée de ton diplomatique et les dernières injonctions de Washington ne pouvaient être assimilables à une déclaration de guerre.

La France ayant été démise de son droit de Veto à l’ONU pour sa conduite inqualifiable, il y avait eu résolution votée pour l’occasion, et le droit international s’en contenterait.

Mais il était peu probable d’être attendu par un régiment de douaniers qui allaient se contenter de demander « Papiers, SVP ? »à chaque soldat débarqué…

Chapitre suivant : Veille d’élection

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?