Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Enrôlé

13/03/2006, 18:52

Avertissement avant lecture

Le petit bijou technologique décrit a été en partie réalisé. C’est la synthèse mini équipement - liaison haut débit et machine virtuelle sur méga calculateur qui peut être une sacré idée pour demain (plus besoin d’avoir des processeurs individuels surpuissants, des méga disques durs (que la Sacem-Socorep espère bien taxer un jour où l’autre) etc.)

(Rajout 2013 : On pourrait penser à un gros smartphone taxé d’aujourd’hui…)

Sonnerie de clairon dans l’appartement de Franck.

Réveil en sursaut. Agressivité maximum. Qu’est qui lui prend à ce #@[& d’ordinateur ?

Et sur l’écran, la mine réjouie de Bernard, son tuteur étale son demi cercle de dominos.

— Debout Franck, il est 14 heures‭.

— Mais Chef, j’ai ma journée de libre !‭

— Et tu as eu une dure nuit, je sais. Enfin, dure, il faut relativiser. Comment va tu mon garçon ?‭

— J’étais bien, jusqu’à cette horrible musique militaire‭.

— Un peu tard tout de même pour le « réveil du matin‭ », soldat. Aurais-tu préféré un simple « garde à vous‭ » ?‭

— Assez avec vos références de bidasse en folie. Que me vaut un tel traitement de votre part ?‭

— Mon cher Franck, je bataille pour toi depuis ce matin. Il faut dire que tu en as fait de belles cette nuit !‭

À cette évocation, Franck retombe dans un état béat et nostalgique. Il lui semble encore sentir contre lui le corps de Véra, sa douceur, son parfum…

Bernard rit

— Oui, il semblerait que tu aies tiré le gros lot. Et de quelle manière. Nous en avons ri encore à la réception du compte rendu du taulier. Il a eu quelques plaintes et manifestement, quand vous êtes descendus, vous n’étiez plus que l’ombre de vous-mêmes mais vous ne vous en plaigniez guère. Ça a même calmé un des clients mécontents. Mais vois-tu Franck, tu es un peu passé en direct une bonne heure chez les grandes oreilles avant qu’un supérieur fasse couper et que l’équipe se remettent aux autres écoutes en cours. Ce n’était pas toi qu’ils surveillaient et tu as foiré tous leurs plans. Sais-tu avec quelle fille tu étais ?

— Elle s’appelle Véra, je crois, et elle est américaine.

— Elle s’appelle Véra Sanders, elle est officier de renseignements, et surtout la fille unique d’un très grand ponte de la World Company.

— En plus elle est belle

— Et intelligente. Diplômée de Harvard en français et espagnol classiques. Je me demande ce qu’elle a pu te trouver.

— Mon charme naturel.

— Je n’en doute pas, bien que je ne sois pas spécialement un spécialiste en la matière. En tout cas, le play-boy étalon de service a sportivement reconnu qu’il n’aurait pas mieux fait que toi, et j’ai défendu ferme ta candidature.

Il faut dire que lorsque tu es reparti à l’assaut la quatrième fois, tu en as impressionné plus d’un. Félicitations, elle est acceptée. Te voilà lieutenant du renseignement dans l’Armée Française Libre de l’Intérieur. J’ai fait valoir que tu ne pouvais pas avoir un grade inférieur à ta dulcinée, bien que je pense que tu aurais pu faire un excellent sous-officier. Je vais devoir te saluer mon garçon.

— Vous plaisantez Chef, je ne veux pas.

— Va voir dans ta boîte aux lettres. Y’a une surprise‭.

Franck s’assoit devant le micro, saisit la souris.

Bernard éclate de rire, à s’en étouffer. Ému pour son poulain, ce rire salvateur lui permet de dissimuler ses sentiments.

— Pas celle-là, Franck, la vraie. Tu dois y avoir un colis‭.

C’est une première pour Franck. Un colis qu’il n’a même pas commandé. Curieux, il cède à l’envie d’invectiver son tuteur pour aller chercher un petit paquet.

Il en ressort une sorte de grosse calculatrice.

— Alors, elle est comment cette merveille ?

— c’est quoi ce truc ?

— c’est ce qu’il se fait de mieux aujourd’hui comme assistant personnel. C’est à la fois un micro-ordinateur personnel, avec accès sur internet, un appareil photo numérique, un enregistreur, un téléphone, un navigateur, une balise Argos, un porte monnaie électronique avec argent de l’état en mission, et surtout un ange gardien. En mode assisté, tu es en permanence en contact avec un agent, voire bien plus pour t’aider dans ta mission.

— Vous plaisantez. Il est trop petit l’écran.

— En mode ordinateur, tu défais la petite patte a l’arrière et elle te sert de socle. Tu écartes le volet du haut et le volet latéral. Fais « on‭ » sur le côté et un clavier est éclairé sur le bureau. Tu as aussi une zone rouge où tu peux en y promenant le doigt diriger ta souris. Par le haut, l’image est projetée contre le mur blanc de préférence. Sinon, tu as un petit écran pliant dans les options qui se clipse à l’arrière du boîtier pour le transport. La webcam est bi-oculaire. Elle surveille et interprète la place de tes doigts pour saisir les caractères que tu désignes. L’autre oculaire est à 360° et informe de toute la pièce autour de toi. Un logiciel spécifique redresse ton visage et tes épaules pour te redonner l’air humain. La caméra enregistre en continu ou peut faire de très bonnes photos panoramiques. Cette boîte inclut une mémoire flash, et un modem wi-fi grâce auquel tu te connectes au supra net. Tu disposes alors de toutes les ressources d’ici (ordinateur virtuel) et non du petit processeur embarqué. Bien sur, tu as l’oreillette qui fait à la fois écouteur et qui interprète les vibrations de ta mâchoire et de tes joues pour retranscrire tes paroles. L’écran sert de navigateur et d’assistant personnel classique. Nul ne doit savoir ce que tu as entre les mains.

Cette petite merveille technologique vaut son pesant d’or. Pose ton index sur l’écran et enregistre ton empreinte comme mot de passe. Elle est à toi, si tu acceptes le poste bien entendu.

— Pas question de me laisser manipuler. Je ne suis plus un gamin qui travaille bien à l’école parce qu’il a reçu un train électrique pour Noël. Je ne suis pas intéress…

— As-tu songé que tu devrais arrêter de voir ta nouvelle conquête ? Si tu ne veux pas faire le travail, il faudra bien que quelqu’un d’autre le fasse.

— Et qu’est ce qu’il fait son père pour que sa fille aie autant d’importance ?

— Je vois que tu comprends vite. Son cher papa est juste celui qui a produit toutes les DRM de troisième génération. M Sanders senior était chef de département dans l’ancienne entreprise Microsoft à ce moment-là. Maintenant, il est juste numéro 30 de la World Company et ses équipes se frottent à notre ‭‭‭Supra-Net de plus en plus souvent.

— Vous désirez quoi ?

— Pour l’instant, tu restes avec elle. Tu vas même lui donner un peu de ce qu’elle cherche pour que ses supérieurs en soit satisfaits. Mais le cas échéant, tu pourrais l’enlever…

— Pas question de lui faire du mal !

— … pour l’emmener dans une retraite terriblement romantique tandis que Beau Papa se ferait un sang d’encre. N’aie pas de remords. Elle est d’une vieille famille sudiste et je doute que tu correspondes pour lui au gendre idéal. Tu as besoin de nous si tu veux continuer à la voir, car dès qu’il saura pour toi, tu seras en danger.

— Je suis « vraiment‭ » lieutenant ?

— Promis, mon gars. Si tu le veux bien sûr !‭‭‭ Ah, pour avoir la paix durant cinquante minutes, il faut appuyer là. Mais c’est liaison obligatoire toutes les cinquante minutes. Sinon on s’inquiète

— La quatrième fois, c’était au bout de trois heures. Je crois que vous êtes plutôt longs à réagir dans les services secrets avant de prendre une décision. Je n’ai pas d’arme ?

— Tu as ce qu’il faut où il faut pour ta mission actuelle. Le cas échéant, nous aviserons Mon Lieutenant‭.

Chapitre suivant : Derrière les barreaux

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?