Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

14 juillet en berne

07/03/2006, 20:01

14 juillet 2014. En ce jour de Fête Nationale, la « présence américaine‭ » (pour ne pas parler d’occupation) dérange fortement. Elsa sait qu’aujourd’hui, elle a un rôle important à jouer pour ses compatriotes.

Ce matin, après un petit déjeuner coquin avec Christian, elle s’est connectée avec son manager pour voir son emploi du temps de la journée. Bien sûr, elle et son accordéon sont « de service‭ » toute la journée. Elle pourra ensuite se reposer deux jours si elle le désire. Ses heures d’aujourd’hui seront payées double en crédit-euros.

Elle sourit. Le restaurant où elle va jouer ce midi a une bonne carte. Elle mangera léger à onze heures et se régalera à quinze heures avec le reste de l’orchestre et l’équipe du resto.

À l’issue, elle s’octroiera une petite sieste, puis suivra un petit flash de l’info permanente afin de rattraper le flash obligatoire de la mi-journée. À partir de dix-huit heures, elle devra jouer au kiosque à musique.

19h 30. Direction le second restaurant. Le bât blesse cette fois. Elle va jouer dans un palace très fréquenté par les Américains. Son visage charmant se fend d’une grimace sacrilège explicite. Mais elle est passionnée, et son engagement dans la net-république est total. Donc, s’il faut distraire ces balourds envahissants (il ne faut pas parler d’envahisseurs, même si le jeu en leur présence est de garder les petits doigts raides), elle le fera.

À deux heures du matin, elle devra animer une fanfare mobile dans les rues de la capitale. Avec la nuit du 13 qui a déjà été animée, elle aura bien besoin des deux jours suivants pour retrouver le teint de ses vingt ans.

Son enfant sera gardée par la voisine, nourrice agréée de quartier, à partir de 10 h 30. Ce n’est pas la première fois, et autant que faire ce peu, les managers respectent le besoin d’habitude chez les enfants pour qu’ils ne soient pas déstabilisés. Ils ne peuvent avoir que 3 nourrices au maximum pour les suivre.

Il lui reste une heure pour se préparer, mais elle décide d’aller passer une petite demi-heure de bonheur avec la petite, avant de commencer cette deuxième longue journée.

Christian a la mine un peu sombre. Lui aussi doit avoir un travail déplaisant aujourd’hui.

« Service d’ordre‭ ». Il doit patrouiller à deux ou trois selon les heures pour repérer un éventuel « écorché vif‭ » qui voudrait rappeler aux américains qu’ils ne sont pas chez eux. Il a quand même quelques tickets consommation pour se rafraîchir et « surveiller‭ » de la terrasse d’un café après une petite marche. Les managers pensent à tout.

Il n’y aura pas de défilé militaire cette année sur les Champs Élysée. À la place, il y aura l’arrivée du tour de France. Il n’y aura pas non plus de maillot jaune américain. Le dernier américain en course a raté un virage dans une descente dans les alpes. Ces freins ont cédé brusquement (un sabotage évidemment). Si le vélo a heurté perpendiculairement la barrière de sécurité, le cycliste lui a fait un salto avant parfait dans le vide. La cime d’un providentiel sapin l’a réceptionné et les branches ont guidé sa chute en la ralentissant et en lui évitant de graves blessures. On recherche toujours celui qui a littéralement fait sauter les patins de frein avec une petite charge de plastique et un détonateur électronique situés à l’intérieur.

Il lui a suffit d’un signal radio pour faire exploser les quatre patins au bon endroit. Cet attentat, le seul répertorié contre les non-invités, fait couler beaucoup d’encre outre-atlantique. En tout cas, pas de successeur à un certain prédécesseur (déjà objet de certaines polémiques en son temps) cette année. Le maillot jaune sauf surprise devrait revenir à un Italien, et le maillot à pois restera français. Et le boudin, même pas pour les Belges !

Il fait beau dans la capitale. Le peu de véhicules et la brise permettent de larges bouffées d’air pur revigorantes. Mais, si on entend de la musique ici et là, l’ambiance est à la torpeur bien qu’on soit en fin d’après-midi. C’est un Espagnol qui a gagné l’étape mais on sent que les cyclistes français n’ont pas appuyé sur la pédale. Peut-être pour ne pas trop se réjouir de façon patriote, ce qui pourrait entraîner des débordements. En effet, depuis la World Company, il n’y a plus de marques pour payer les cyclistes. Ce sont donc les régions d’origine des coureurs qui les sponsorisent, et ce sont des équipes nationales ou régionales européennes (par exemple l’équipe serbo-croate) qui courent, si ce n’est l’exception américaine, en tant que membre de l’OTAN.

Elsa est ravissante dans sa robe de soirée. Plusieurs dragueurs lui ont d’ailleurs proposé de l’aider à porter sa valise. Mais elle ne confierait son accordéon à personne. Son sourire enjoliveur et désarmant la libère de ces empressés sans que pour autant ils soient déçus de leur rencontre. Arrivée au restaurant, elle mange un morceau avec le reste de l’équipe. Les plaisanteries vont bon train. Elle en connaît déjà deux ou trois et le courant passe bien avec les autres. Un compositeur leur propose à chacun une partition, pour faire découvrir à ses pairs sa dernière création.

Il espère ainsi qu’ils l’apprendront, et que la prochaine fois peut-être ils pourront la jouer ensemble. Elsa y jette un coup d’œil et une cascade de notes l’emplit de joie. Le morceau est beau, bien qu’un brin nostalgique. Cette fêlure dans le cristal illustre ce jour de fête imparfait. Elle est prise d’un mauvais pressentiment qui la fait frissonner. Son voisin se fige un peu et elle lui adresse un sourire rassurant. Le monde redémarre.

La soirée se passe bien. C’est le moment du solo d’Elsa. Elle décide de changer son morceau. Puisque il y a des Américains en surnombre, elle va leur montrer qu’elle connaît leur culture.

Elle joue un petit air de country qu’il lui avait plût l’année dernière quand elle l’avait téléchargé sur un site américain. Elle l’avait ensuite joué « à sa sauce‭ » et ce soir, elle a envie de le jouer avec une intime conviction. Un bruissement de joie parcourt l’assistance dès les premières notes. Les français ne bronchent pas. L’ambiance monte de deux crans tandis que l’accordéon déverse son flot intarissable d’ondes positives. Il fait vibrer les verres, les murs, les cœurs. Les serveurs ont arrêté leur noria et tous les regards convergent vers cet ange brun qui les charme. À la dernière note, le silence se fait. Une seconde, deux secondes, puis un premier applaudissement timide, enfin une vrai salve de reconnaissance humaine, chaude, bruyante, où se mêlent les mains, les voix, les tintements du fer contre les verres, toute la panoplie de la joie. Elsa se retire timidement, après une révérence à son public enthousiaste et laisse la place au guitariste. Ce n’est pas son premier solo, mais elle est toujours un peu émue après.

Alors qu’elle se refait une beauté aux toilettes, une femme vient la chercher. Un homme l’attend dans le côté droit de la salle. Un admirateur sans doute,. Quand elle le repère et s’approche de lui, elle constate son visage assez fermé et ses vêtements sombres.

— Mademoiselle, votre morceau n’était pas prévu au répertoire. Vous avez joué un morceau américain sans autorisation. Veuillez me suivre sans faire d’histoires‭, dit-il avec un fort accent étranger.

Deux individus qu’elle n’avait pas vu venir l’encadrent par l’arrière. Un troisième prend son accordéon. Elle est poussée vers la sortie.

Seul à une table, un homme, un bâton en plastique dans la bouche, la voit sortir ainsi accompagnée et marmonne quelque chose dans le creux de sa paume.

Chapitre suivant : Expulsion

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?