Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Une défaite sans combat

24/02/2006, 14:36

Février 2016 ‭‭‭

La maîtrise française du Net et le pacifisme apparent de la population ruine tout espoir de retrait honorable des troupes américaines. Au bout de bientôt deux ans d’occupation, le nombre de morts est inférieur à ce qu’il aurait été si les soldats étaient restés chez eux, en Amérique, où le nombre de tués sur la route, additionné aux meurtres en tout genre aurait fait plus de victimes dans leurs rangs. Néanmoins, le nombre de déserteurs est très important, surtout qu’on n’en retrouve qu’un sur dix environ. Parmi les disparus, on compte aussi les taupes que les services de renseignements ont voulu infiltrer chez l’adversaire et qui ne donnent plus de nouvelles. Impossible d’ébruiter l’affaire, comme il va bientôt devenir impossible de la cacher. Les familles sans nouvelles s’inquiètent et accusent leur gouvernement de leur « cacher des choses‭ ».

En apparence, la France est un pays prospère où il fait bon vivre. Pour un haut responsable de l’état-major américain, c’est un bourbier dans lequel on s’enfonce.

Le gouvernement fantoche en place paie aujourd’hui pour les deux-cent-mille alliés qui occupent encore le pays. Il n’a pas réussi à lever une armée ou à instaurer une autre police que celle qui est en place, et qui fonctionne selon ses propres règles.

Le « copinage‭ » a aussi atteint les limites de la patience du pouvoir clandestin. Des hauts fonctionnaires nouvellement nommés ne touchent pas leurs salaires à leur banque. Des « erreurs‭ » leur assure-t-on. On rectifie, et deux jours plus tard, le compte s’est à nouveau volatilisé. Chaque somme donnée en liquide se retrouve prélevée sur un compte d’un autre haut fonctionnaire du gouvernement fantoche. Et les effectifs en place commencent à être « grignotés‭ » ainsi petit à petit par ce harcèlement bancaire informatisé.

Les « immigrés‭ » quittent à nouveau le pays. Leurs commerces ne fonctionnent pas car personne ne répond à leurs propositions d’embauche, et aucun client autre qu’immigré ne pousse éventuellement leur porte. Ils quittent le pays avec ce qu’ils avaient laissés en banque en 2011 et qu’ils n’ont pas dépensé à leur retour. D’autres moins chanceux, ruinés et sans travail s’inscrivent au « Soutien Social‭ ». Ce service n’existait pas à l’arrivée des troupes en 2014. Ce n’est pas le gouvernement fantoche qui l’a mis en place. Il est apparu il y a six mois, et les « immigrés‭ » ont reçu à leur domicile les conditions d’admission, comme les possibilités de revente de leurs biens immobiliers, s’ils souhaitent quitter le territoire.

Pour bénéficier du soutien social, il faut

« - aucun bien immobilier - aucun revenu - aucunes économies - pas plus de 1000 crédits-euros de biens personnels‭ »

Aucun revenu, c’est bien le cas pour tous ceux qui n’ont pas intégré la fonction publique fantoche.

Les admis à ce soutien quittent leur région d’origine et rejoignent des ghettos nouvellement construits. Il n’y a aucune barrière et les conditions de vie y sont correctes. Sur place, ils choisissent une fonction qu’ils sont capables d’effectuer et touchent une rétribution pour celle-ci. Le logement est au prorata de la famille, et un loyer est prélevé sur le compte. Aucune vexation ne semble être faite à ces « vaincus‭ »., si ce n’est qu’ils n’ont pas le droit aux voitures, mais doivent emprunter les transports en commun.

Le mandat des troupes alliées n’autorise officiellement pas à se mêler des affaires franco-françaises. Des militaires américains ont inspecté ces bâtiments et interviewé leurs habitants. La vraie peur de ceux-ci est de perdre ce que leurs ennemis viennent de leur offrir. Néanmoins, aucune trace d’humiliation ou de mauvais traitement n’est visible. Une section patrouille régulièrement et la vie semble normale dans ces camps de prisonniers où les habitants se réfugient volontairement.

Dans une maison investie « de force‭ », les informaticiens ont pu constater que les personnes bénéficiaient du Net, mais que leurs forums étaient eux aussi spécifiques à leur condition. L’étude des programmes d’éducation pour les enfants ne donne pas non plus d’éléments pour comprendre comment fonctionne aujourd’hui la société française.

Le seul espoir de « progrès social‭ » et d’intégration proposé aux habitants est « votre situation s’améliorera quand les Américains seront partis‭ » Eux-mêmes commencent à souhaiter ce départ, pour quitter la précarité. Néanmoins, ils craignent une répression à leur égard même si aucun signe tangible ne vient étayer cette hypothèse.

Les américains comptent profiter aussi de ce regroupement géographique pour armer ces parias. Ainsi, si du désordre ‭‭‭ apparaissait juste après leur départ, cela pourrait justifier la volonté qu’ils ont eu à rester si longtemps. D’un autre côté, ils peuvent organiser la pression internationale contre eux pour être « contraints‭ » au départ « prématurément‭ » et rejeter la faute des troubles consécutifs sur les pays ayant souhaité leur départ.

Le six mars 2016, le drapeau mexicain flotte sur FORT ALAMO. La frontière a été enfoncée par dix-mille citoyens mexicains à bord de plus de deux-mille véhicules. Cette opération a été menée grâce à des « amis‭ » français pour faire réagir la communauté internationale contre l’impérialisme américain.

Chapitre suivant : Contre-Attaque

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?