Atramenta

Retour à l'accueil Atramenta

Guerre contre les Majors V 1.9913

Par Fredleborgne

Œuvre publiée sous licence Licence Art Libre (LAL 1.3)

Date de publication sur Atramenta : 25 février 2013 à 21h02

Dernière modification : 7 avril 2013 à 20h23

Vous êtes en mode "plein écran". Lire en mode normal (façon ereader)

Franck

23/02/2006, 19:33

À la demande de mes premiers lecteurs, enfin des personnages.

Réveil en musique pour Franck. Il ne se rappelait pas du tout ce morceau. Mais il lui plaît, comme il lui a plût le jour où il l’a téléchargé puis installé dans son juke-box réveil matin. Il sait qu’il a jusqu’à la fin du morceau pour sortir des limbes. Ensuite, il devra se lever et cocher la case « réveillé‭ » sinon ce sera la « terrible sirène‭ » qui cette fois le tirera des draps.

Douche en musique, petit déjeuner avec les infos de FranceNet1 et retour devant son micro.

Que va -t-il faire aujourd’hui ?

Franck est célibataire. Il habite un appartement social de seize mètres carrés dont le loyer est retiré sur son salaire. Il s’agit d’un logement neuf, bâti en 2012, selon les normes de confort minimal définies dans les droits du citoyen français. Comme en plus Franck est un travailleur social sous tutelle de niveau 4 (niveau le plus élevé), son appartement a été équipé selon ces normes. Il a pu choisir parmi une trentaine de styles et de couleurs différents ses meubles, sa kitchenette intégrée et sa salle de bain avec douche et WC.

Franck revient de loin. Il y a trois ans, il suivait encore les cortèges de manifestants pour saccager les magasins et récupérer quelques trucs qu’il revendait une misère le jour même pour s’offrir de l’alcool et des cigarettes. Pas de drogue cependant. Et heureusement pour lui.

En échec scolaire en septembre 2011, (et arrêté en août), il a été parmi les premiers à qui on a proposé un contrat « école nouvelle chance rénovée‭ ».

L’Armée, les matons retraités, les flics qui ne voulaient plus être sur le terrain, étaient les seuls à encore croire en cette solution pour « réintégrer‭ » dans le système social la « racaille des banlieues‭ ». À cette époque aussi, le gouvernement reconstitué au mois de mai précédent présentait un nouveau modèle global de société autour du Net à la française. Ce programme anti-exclusion bénéficiait de nouveaux crédits, véritable bol d’air et latitude de moyens pour les « managers‭ ». Franck se souvenait de son premier entretien sur le Net avec le sien (il ne l’a jamais vu). Quand celui-ci lui avait demandé « Que sais-tu faire ?‭ », il avait répondu « rien‭ ». Alors, son manager avait rétorqué « Tu seras donc polyvalent, mon gars‭ ».

Depuis, chaque jour, il suivait quatre heures de travail manuel, deux heures de cours d’informatique et de mathématiques, une heure de cours de « Français et citoyenneté‭ », une demi-heure d’infos journalières obligatoires. Ensuite, il pouvait choisir en option deux heures de travail en plus et une heure de cours de spécialité. Ces options lui rapportaient des crédits-euros en plus à la fin du mois. Plus de crédits-euros, plus de distractions et l’assurance plus tard de plus d’économies pour fonder un foyer. Chaque centime « économisé‭ » serait doublé ce jour-là.

Aujourd’hui, le premier emploi du temps proposé était « quatre heures d’installation de fibres optiques‭ » à quinze kilomètres de là, puis repas, puis cours à partir de 14 h 30 jusqu’à 18 h.

Il avait déjà appris durant ces deux ans à poser des câbles électriques. Poser de la fibre optique était une mission de confiance, il le savait. Surtout qu’en ces heures sombres d’occupation étrangère, il fallait se dissimuler pour le faire, donc être volontaire.

Il accepta donc avec enthousiasme.

Il fit bien. L’option d’aujourd’hui était particulière, inespérée même. Il allait travailler « pour son pays‭ ». Ce soir, c’était « Mac do » à 19 heures et boîte de nuit de 21 h à 2 h du matin. Et s’il « levait‭ » une américaine, il avait l’hôtel offert, avec petit déjeuner compris et la journée du lendemain payée « à se prélasser‭ ». Si l’américaine quittait l’hôtel après sept ‭‭‭heures du matin, (elle serait donc en retard à l’appel du matin) il y avait une petite prime, à condition qu’elle parte avec une mine radieuse (pas le droit de la séquestrer de force) et trois rangées de cernes. Cette prime dépendait donc du responsable de l’hôtel.

Il valida aussitôt le choix proposé par son manager. Il était sept heures. Il attendit son plan de route pour rejoindre son travail. Cette solution permettait de ne pas avoir les transports en commun saturés le matin et le soir. L’imprimante ne mit que cinq secondes à le sortir au lieu d’une minute habituellement. Franck n’en crut pas ses yeux. C’était juste un code, un modèle et une plaque d’immatriculation. Aujourd’hui, c’était GPS et grand luxe. Il avait droit gratuitement au « Modèle V‭ », un rêve.

« Merci Chef‭ » prit-il le temps d’écrire avant de filer à son véhicule. Il devrait suivre le trajet imposé, mais il avait le droit d’être dans la voiture à l’avance et d’en profiter un peu avant de démarrer. Il verrait alors les regards envieux des passants. Si tout le monde pouvait espérer un jour en profiter, la probabilité était assez rare et réservée aux bons éléments. Sinon une « promenade‭ » coûtait assez cher.

Ce « merci‭ » alla droit au cœur de Bernard. Il sut qu’il avait enfin réussi avec Franck.

Quand il avait choisi de s’occuper de lui, il avait été plus intéressé par le parcours très particulier de sa vie, loin d’être un fleuve tranquille, que par sa « côte‭ ». En effet, Franck était classé dans les dix cas les plus difficiles du mois, et la prime pour son suivi et la réussite de sa socialisation était conséquente. Le bonus, c’est que Franck n’avait jamais touché à la drogue. Ce gamin n’était donc pas suicidaire et avait un petit côté réfléchi, même inconscient. Il est vrai aussi que, de par ce challenge, Franck était devenu un de ses préférés à suivre. Cet enfant violent avait la rage de réussir. Bernard avait dû retoucher certains cours dès qu’il avait commencé à adhérer à sa formation pour accélérer ses progrès. Ensuite, dans le choix des missions, qui auraient dû être orientées selon les goûts de l’individu, Bernard avait choisi l’éclectisme alors que Franck aurait déjà pu être un bon spécialiste. À terme, Bernard y perdait de sa productivité, donc des crédits-euros, mais Franck serait plus « complet‭ ». Bernard avait insisté pour que son poulain fasse un sport de combat assez exigeant et Franck avait bien adhéré au taekwondo. Ainsi, une fois sa violence canalisée, il avait pu s’investir dans une formation plus ardue. Aujourd’hui, Franck aurait droit au meilleur, mais pas seulement pour ses beaux yeux. Bernard s’était levé une heure plus tôt afin de choisir pour son poulain les meilleures missions disponibles. Car il avait su seulement hier qu’aujourd’hui il pourrait attribuer à un de ses protégés un cadeau exceptionnel. Franck, intelligent, sportif, pragmatique mais cruellement sensible, sauvage mais généreux et volontaire depuis qu’il avait adhéré ‭‭‭au programme concocté par Bernard, allait aujourd’hui se tester auprès des filles, gonflé à bloc, confiant en lui, intéressé par sa mission, qui elle, était un élément de la stratégie de défense du territoire.

Franck ferait merveille, il y croyait. Ce « merci‭ » valait pour l’instant tous les euros-crédits du monde.

Bernard alla prendre un café avant de préparer les cours de l’après-midi pour ses cents protégés. Il ne comptait pas ses heures et tous les euros-crédits économisés étaient pour sa future retraite dans un dom-tom. C’était son seul rêve, sa seule possibilité de jouir de la vie. Voir de belles choses et se sentir au chaud en plein air. Car lorsque Bernard quittait son poste informatique pour passer à la cuisine, il ne se levait pas de son fauteuil… roulant. Et il bénissait chaque jour cette société de plein emploi qui ne laissait personne sur le carreau grâce au télétravail dès que c’était possible. Sortant très peu de chez lui, il avait des aides pour payer son quatre pièces terrasse plein sud au dernier étage à Bayonne. Alors que Franck habitait Lyon..

Après sa mise à la retraite forcée (militaire) pour cause « d’accident », Bernard ne pensait pas qu’il aurait pu à ce point être utile un jour.

En faisant sortir Franck ce soir-là, il ne savait pas non plus qu’il venait de prendre une décision qui allait faire entrer son poulain dans l’Histoire.

Chapitre suivant : Manifestation tragique

Couverture
Couverture de "Guerre contre les Majors V 1.9913"
Etat
Cette oeuvre est complète, mais a besoin de relecteurs.
L'auteur vous invite à lui signaler les éventuelles fautes ou passages à retravailler.
Mode d'affichage
L'avis des lecteurs
  • 2 aiment
Fond : 3 coeurs sur 5
Intéressant : 1 lecteur
Forme : 3 plumes sur 5
Correcte : 1 lecteur
Table des matières
  1. Préface de Jack Minier
  2. Présentation par l’auteur (mars 2013)
  3. D. Day Two
  4. Veille d’élection
  5. Un enlisement perceptible
  6. Fuite à Varennes
  7. L’Appel du petit Kaporal
  8. La Net Révolution
  9. La cache aux serveurs
  10. La Campagne de France
  11. Franck
  12. Manifestation tragique
  13. Une défaite sans combat
  14. Contre-Attaque
  15. Brian
  16. Chantage en chanson ou ratage en rançon ?
  17. Véra S.
  18. Nuit d’amour
  19. L’homme de l’ombre
  20. Le Site Assassiné (Elsa et Christian)
  21. Fusions chaudes
  22. 14 juillet en berne
  23. Expulsion
  24. Fils de héros
  25. Prise du Net pouvoir
  26. Épuration idéologique
  27. Supra Net
  28. Enrôlé
  29. Derrière les barreaux
  30. Alain
  31. Puces motos à Niort
  32. Bienvenue Major DAD
  33. Camps de redressement
  34. Les DRM passent dans les mœurs
  35. Honneur et décadence
  36. Manifestations
  37. Dure journée
  38. Triste conjoncture
  39. Captivante captivactivité
  40. Die Hard 2
  41. Un scénario pour l’été 2007
  42. Avis de tempête
  43. La voiture qu’il nous faut
  44. Installation
  45. Le mariage d’Elsa et Christian
  46. Jasmine
  47. Souriez, vous êtes filmés
  48. Die Hard 3
  49. Night hard too
  50. Rafle au réveil
  51. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Préambule
  52. Escapade
  53. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ D’est en Ouest
  54. Incarcérations
  55. Palpitations
  56. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Bombannes
  57. Le Pouilleux
  58. Interrogatoires
  59. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Promenade au bord du lac
  60. Contre espionnage
  61. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Tourisme
  62. La plus belle des prisons ?
  63. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Commando malgré lui
  64. Cœurs froids banlieues chaudes
  65. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ retour précipité
  66. Les horreurs de la guerre
  67. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Dernier jour de plage
  68. Au bout du monde
  69. Du rififi dans le Médoc‭ :‭ Odyssée Épilogue
  70. Un nouveau départ
  71. La Boite de Nuit‭ :‭ Acte 1
  72. Sombres prémices
  73. La Boite de Nuit‭ :‭ acte 2
  74. Pour toujours
  75. Musique de guerre
  76. Postface
  77. Les Bonus
Que pensez vous de cette oeuvre ?