Chapitre 18

CHAPITRE 18

Postier

 

 

— J’ai tout perdu, maintenant qu’elle est partie, fait Monsieur Sanson le nez dans son verre de sauvignon.

— Dis pas ça, lui répond Postier, tu te fais du mal.

Ils sont assis devant le comptoir du Turc. Il est une plombe de l’après-midi. Encore une journée de merde qui se profile à l’horizon. Ils en sont maintenant à un nombre conséquent de kirs et de blancs limés.

— Je m’occupe plus de rien à la casbah, fait Peter Sanson. Mon crétin de fils reste enfermé dans sa piaule toute la journée. Il se fait sa bouffe lui-même, maintenant qu’il a plus sa mère pour le bichonner…

— Bien fait pour sa gueule, répond Postier. Il a qu’à se bouger le cul et aller chercher du boulot.

— Ça risque pas, c’est un malade du virtuel à c’qu’il parait…

— T’es mal barré mon pauvre Peter… (Soupir) Et si on s’en jetait un autre ?

Comme d’habitude, c’est Postier qui propose et c’est Sanson qui banque. À part picoler, il y a une tradition chez les Sanson, celle de donner des prénoms d’acteurs anglo-saxons aux enfants. Ainsi le « Peter » en question est dû à l’admiration de sa propre mère pour l’acteur Peter O’Toole. Sa femme avait choisi « Pierce » pour le reclus à cause du magnifique Pierce Brosnan et « Paméla » en hommage à Pamela Anderson, la nageuse au maillot rouge et à la poitrine fortement siliconée.

— Quand tu penses qu’il a même rejeté son prénom, ce petit con, fait Peter. Pierre, c’est quand même autrement plus banal que Pierce… Il soupire.

Un autre poivrot un peu plus cultivé intervient : « Vous êtes un peu bizarres dans votre famille, vous vous appelez tous pareils… »

— T’as forcé sur le Picon bière ou quoi ?

— Pas plus que toi. Mais Pierre ou Peter ou Pierce, c’est la même chose, banane !

— Et alors, braille Postier, Pierre c’est un prénom très bien puisque c’est le mien ! Je m’appelle Jeannemarie Pierre, Monsieur et j’en suis fier, bordel ! « Postier » c’est rien qu’un foutu surnom… Tout le monde ne peut pas s’appeler Ahmed. Il prononce même Achemède pour bien faire chier l’autre qui quitte le comptoir illico sans plus la ramener, tout juste s’il ne grommelle pas un « Illettrés ! » dans sa moustache. Le silence et l’ambiance retombent sur le comptoir. Ozgun astique ses verres. Sa femme met des paquets de clopes sur les étagères.

Les larmes montent aux yeux de Sanson. Jeannemarie Pierre en est tout gêné.

— Heureusement que j’ai Madame Rodriguez qui vient de temps en temps et qui nous achète quelques bricoles. Parce que je m’occupe plus de rien… Même le courrier, je l’ouvre pas, j’en ai plus rien à secouer…

— Tu vas pas nous faire une vilaine petite déprime, dit Postier. J’ai connu ça, moi aussi, quand ma Doudou m’a lâché pour l’autre salopard. Ça a été dur, mais j’ai remonté la pente.

— J’ai envie de rien remonter du tout, lance Peter. Veuf, retraité, une fille qui traîne et un fils qui croupit, tu vises le topo !

— Allez, j’ai une idée, mais je te la dis pas. Je suis sûr qu’elle est bonne. Tu viens avec moi. On va quelque part, je te dis pas où…

— J’ai envie d’aller nulle part. Juste encore une ou deux tournées et je remonte cuver devant Derrick…

— Tu déconnes, allez viens. Tu vas pas en revenir. Je te dis que c’est une idée super…

Finalement Sanson se laisse entraîner vers le parking.

— On prend ta bagnole, décide Postier. La mienne est naze !

— Mais on a un peu picolé.

— Qu’est-ce que ça peut bien foutre, c’est pas loin.

La R21 Manager grise a un peu de peine à démarrer, elle lâche un gros pet de fumée noire et les voilà partis. Ils traversent la ville et arrivent dans un coin un peu à l’écart en bordure d’un bois. Une pancarte indique : « Chenil-Refuge-SPA »

— Mais, j’ai pas envie d’un chien, braille Sanson. Qu’est-ce que je vais m’emmerder avec un chien !

Sans doute à cause des vapeurs d’alcool qui embrument son esprit, il se laisse entraîner par son comparse. Ils traînent devant les cages. Ça gueule, ça s’agite, ça pue le fauve et ça remue la queue de tous les côtés. Finalement, Sanson commence à regarder puis à observer et finalement à s’intéresser à un petit roquet vaguement bâtard, une sorte de Cavalier King Charles au regard craquant.

Il est tout petit, adorable. Le tenancier du refuge ne sait pas trop si c’est un bichon, un cavalier ou un Charles. C’est un mélange de tout cela.

— Avant que vous arriviez, il passait son temps à couiner, maintenant, il vous a adoptés.

Peter le tient dans ses bras. La boule de poils bien à son aise, n’en bouge plus.

En deux temps trois mouvements, les papiers sont signés, les vaccinations payées et les deux compères de retour vers leurs Asphodèles, tout contents de la tournure de leur affaire. À deux cents mètres de leur Cité, un barrage de flics. Ils s’arrêtent. Un gendarme à l’air peu avenant s’approche.

— Veuillez arrêter le moteur du véhicule…

— Veuillez présenter les papiers du véhicule…

— Vous avez un optique cassé et deux pneus lisses.

Le bichon, qui ne flaire pas une franche cordialité, pousse un petit aboiement de roquet ce qui ne plaît pas du tout à la maréchaussée.

— Et vous conduisez avec un animal sur les genoux et sans ceinture… Veuillez sortir du véhicule !

Dans la camionnette bleue, le pandore commence à remplir un tas de paperasses avec une lenteur tout administrative.

— Vous allez pas lui mettre une amende, fait Postier.

L’autre ne répond pas, mais dégaine immédiatement une espèce d’appareil qu’il tend à Peter Sanson.

— Veuillez souffler de toutes vos forces.

L’autre s’exécute. Le gendarme reprend l’appareil et fait une vilaine grimace.

— Conduite en état d’ivresse, ça va chercher loin…

— Mais, on a rien fait de mal, pas d’accident, pas de blessés, même pas d’excès de vitesse, tente de plaider Postier. Peter lui, ne dit rien. Il est simplement effondré. C’en est trop. Les larmes lui remontent aux yeux…

— Qu’est-ce qu’il vous faut : conduite en état d’ivresse dans un véhicule non conforme, vous risquez votre permis et une amende salée en plus de la remise en état obligatoire du véhicule. Et interdiction de repartir avec. Vous le laissez sur place…

Taille du texte
Police
  • Avec empattement
  • Sans empattement
  • Adaptée aux dyslexiques
Mise en forme
  • Littérature *
  • Littérature, alternatif
  • Poésie
  • Poésie, alternatif

*  choix de l'auteur